Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Essais > Seat Ibiza : L’Ibiza en fête

Seat Ibiza : L’Ibiza en fête

mardi 11 juillet 2017, par Christophe Bourgeois

La cinquième génération de la Seat Ibiza est la première voiture du groupe Volkswagen à recevoir la nouvelle plateforme dédiées aux petits modèles. Le résultat est plutôt réussi.


Quatre millions et demi d’exemplaire. Depuis 33 ans, l’Ibiza est le modèle le plus célèbre et surtout le plus vendu du constructeur espagnol. C’est grâce à lui que la marque qui jusque dans les années 80 ne produisait que des clones de Fiat a pu s’implanter durablement sur le marché européen, voire au-delà, très rapidement soutenu par le groupe Volkswagen. Pour rappel, la première du nom avait été dessinée par Giugiaro et était équipée de blocs essence System Porsche. Aujourd’hui, cette cinquième génération de conception 100 % germanique a tous les honneurs car elle est le premier modèle du groupe à inaugurer la nouvelle plateforme MQB AO qui sera également reprise par les futures Volkswagen Polo et Audi A1. Cette première en dit long sur les attentes que le groupe allemand a pour sa citadine espagnole.

Longue de 4,06 m, l’Ibiza affiche les mêmes dimensions que la Renault Clio, leader sur le marché des polyvalentes et 9 cm de plus que la Peugeot 208, la challenger. Surtout, elle gagne 8,7 cm en largueur. Si cela bénéficie au style, cela permet surtout d’offrir un habitacle plus spacieux qui faisait cruellement défaut à l’ancienne génération. La sensation d’espace est renforcée par un empattement plus long rendu possible par la réduction des portes-à-faux. Le coffre affiche un volume généreux de 355 l, l’un des meilleurs du marché.

On trouve facilement sa position de conduite une fois installé derrière le volant. Les commandes sont ergonomiques, le tableau de bord très lisible. Des cadrans digitaux, comme sur les modèles d’Audi seront disponibles en 2018. Seat a soigné sa connectique en proposant un grand écran tactile de 8 pouces, le plus grand du segment et la technologie Full Link qui permet d’avoir sur l’écran de la voiture le contenu de son smartphone, qu’il soit sous iOS ou sous Android. Pratique pour travailler.

Que de l’essence... pour l’instant

Sous le capot, Seat suit la tendance actuelle. Pour l’instant, il n’y a qu’un bloc essence de trois cylindres d’un-litre de cylindrée, les diesels n’arriveront que début de l’année prochaine. On a donc le choix entre un faiblard 75 ch qui n’a que pour seul intérêt d’afficher une puissance fiscale de 4 CV et d’être disponible en finition Business et deux versions plus intéressantes, le 95 et 115 ch, affublées d’un turbo pour offrir de telles puissances. Notre choix s’est clairement porté sur la version 95 ch, elle aussi disponible en version Business, mais pour une curieuse raison, seulement dans sa version la plus chère.

Si ce trois-cylindres ne démérite pas, loin de là, il aime se faire entendre dès que l’on a tendance à jouer de la boîte de vitesses, qui au passage, s’avère parfois un peu revêche. Il se montre alors rugueux ce qui tranche avec le bloc de PSA, voire de Renault, qui sont des modèles du genre. A contrario, à vitesse stabilisée, sur autoroute, il sait se montrer discret, tout comme les bruits d’aérodynamisme. Les qualités du TSI sont donc à chercher ailleurs, notamment du côté de sa souplesse, de son dynamisme et de sa consommation normalisée de 4,7 l/100 km (106 g/km de CO2).

Belle polyvalence

Côté comportement, les ingénieurs ont revu leur copie de fond en comble. La suspension a été modifiée et la voiture dispose d’une traverse arrière inédite. Résultat, les saignées de la chaussée sont bien filtrées, la voiture se positionne sans difficulté dans les virages, la direction se montre précise. Sur certaines versions, il est possible de la paramétrer. Amusant, mais pas très utile sur ce genre de voiture. Quand au freinage, il s’avère correct. À noter que sur la version 95 ch, il s’agit de tambour à l’arrière tandis que ce sont des disques sur le 115 ch. Ainsi dotée, l’Ibiza offre une belle polyvalence et peut devenir un bon compagnon de travail.

Nouvelle Jeunesse

Dans un marché des citadines qui est en plein renouvellement cette année (Citroën C3, Nissan Micra, Kia Rio, Suzuki Swift, Ford Fiesta, VW Polo et restylage de la Toyota Yaris), la Seat Ibiza veut se faire une place au soleil. Avec une ligne dynamique, une belle habitabilité, de la connectivité et surtout une vraie polyvalence, elle a toutes les chances d’y arriver. À noter que cette nouvelle mouture ne disposera pas de version trois portes et break.

Christophe Bourgeois

Fiche technique

Moteur : 3 cylindres turbo essence, 999 cm3
Puissance : 95 ch à 5 000 tr/min
Couple : 175 à 1 500 tr/min
Vitesse maxi : 182 km/h
Consommation mixte : 4,7 l/100 km
Émissions de CO2 : 106 g/km
TVS : 424 €/an
Prix : 17 875 €

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80