Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Essais > Seat Leon Style : Gamme anti-crise ?

Seat Leon Style : Gamme anti-crise ?

mardi 11 septembre 2018, par Axel EKMAN

À quelques mois de l’entrée en vigueur de la norme WLTP, il convient d’engager une réflexion sur la nouvelle donne en matière de modèles à privilégier. Seat nous a aidés à y voir clair...


Berline 5 portes, break, crossover ou SUV ? Quand la norme pseudo-écologiste NEDC, couplée au barème ubuesque de Bercy, sanctionnait avec discrétion et sans grand réalisme les automobiles circulant dans l’Hexagone, on pouvait orienter cette question en se focalisant sur le style d’un véhicule.

Mais avec la prochaine venue du couperet WLTP, les généralistes regretteraient presque d’avoir si longtemps axé leur marketing et leur effort publicitaire soit sur des SUV statutaires en diable, mais énergivores car plus massifs et moins aérodynamiques, soit sur le “downsizing” des moteurs, ces derniers tournant plus vite sur le nouveau cycle d’homologation. Avec la venue d’une fiscalité plus lourde, les choix semblent devoir s’adapter à l’étroit goulot de la Raison.

Privilégier les données

Chez un généraliste comme Seat – marque d’accès aux produits du groupe Volkswagen – on vend de la compacte polyvalente (Seat Style Business TDI 95 ch BVM5), du crossover branché (Arona Style Business TDI 95 ch DSG7 ou 115 ch BVM6), de la berline/break routière (Leon Style Business TDI 115 ch BVM5) ou du SUV (Ateca Style Business TDI 115 ch BVM6). Bien sûr, tous ces modèles, généralement bien équipés, se différencient par leur taille, leur poids, leur habitabilité et leur capacité d’emport.

Leur coût d’acquisition/utilisation va bien sûr peser, et si l’on considère les modèles Business cités plus haut, on constate un écart de presque 11 000 euros entre le bas et le haut du tableau. De même, côté grammages, on passe de 99 g (198 €/an) à 119 g (535,50 €/an), ce qui se traduit par un pont de 337,50 €. Mais en 2019, l’addition fiscale va grimper et il faudra reformuler ses choix en favorisant les facteurs objectifs, c’est à dire l’utilité du véhicule pour un besoin donné, plus que son allure ou son statut supposé.

Préférer, par exemple, l’espace utile du très agréable Leon break ST à 27 875 € et 108 g (587 l) à celui d’un Ateca tarifé 29 710 € et 119 g (510 l). Et à équipement égal, on privilégiera une Ibiza à 20 855 € et 99 g donnée actuellement à 3,8 l/100 km, plutôt que sa cousine Arona à 23 360 € et 107 g, gratifiée d’un 4,2 l/100 km. Eh oui : en 2019, le service comptabilité risque bien, calculette à la main, de peser plus que les ressources humaines...

Axel Ekman

Légende : selon

Fiche Technique :
Seat Leon Style Business Break ST

Moteur  : 4 cylindres diesel
Cylindrée  : 1,6 litre
Puissance  : 115 ch à 4000 tr/mn
Couple  : 250 Nm de 1500 à 3250 tr/mn
Vitesse maxi : 197 km/h
Boîte  : manuelle à 5 rapports
Consommation  : 4,1 l/100 km
Émissions CO2 NEDC : 108 g/km
TVS  : 486 €
Prix  : 27 875 €

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80