Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > L’homme du mois > Stéphane Crasnier, PDG d’Alphabet France

Stéphane Crasnier, PDG d’Alphabet France

mardi 11 septembre 2018, par Bertrand GAY, Louis DAUBIN

Stéphane Crasnier : « Les TPE constituent le cœur de la clientèle d’Alphabet France »

Le nouveau président directeur général d’Alphabet France fait le point sur la stratégie et les ambitions du loueur. Il souligne le mouvement vers l’électrification et les fortes positions d’Alphabet France auprès des TPE et PME


Kilomètres Entreprise : Vous venez de prendre la direction d’Alphabet France, quel est votre parcours ?
Stéphane Crasnier  : J’ai commencé chez Ford en tant que vendeur VO puis j’ai occupé divers postes dans le réseau de la marque. Ensuite, je suis passé chez Citroën dans l’organisation B to B avec des responsabilités dans le domaine des Grands Comptes. J’arrive chez BMW France en 2005 pour diriger les ventes aux entreprises puis j’ai pris des responsabilités dans le domaine des ventes et de la stratégie ; J’entre chez Alphabet en 2009. J’y occupe différents poste en France et à l’étranger jusqu’à exercer la direction de la filiale australienne. Je quitte ce poste pour revenir en France et je deviens président directeur général d’Alphabet France le 1er juillet 2018.

KMS : Comment percevez-vous l’évolution d’Alphabet France au cours de ces dernières années ?
S.C. : En 2009, Alphabet France avait 15.000 voitures en parc. Deux ans après, avec l’intégration d’ING, Alphabet était à 57.000 voitures et aujourd’hui, nous sommes à 97.000 voitures. Nous sommes le quatrième loueur multimarques en France. Rappelons qu’Alphabet est présent dans 21 pays et y gère une flotte de 680.000 véhicules. J’ai participé à l’implantation d’Alphabet en Chine, mais la situation y est différente de ce que nous connaissons en France. En Chine, Alphabet est très orientée vers du lease privé, car le marché n’a pas la maturité pour le modèle de location que l’on connaît en Europe.

KMS : Comment le parc d’Alphabet France est-il composé ?
S.C. : Notre parc comprend 25 % de BMW et 75 % de véhicules d’autres marques. Faire partie du groupe BMW est un grand avantage, mais c’est aussi un point important pour BMW car Alphab et les aide à entrer sur le sujet de la mobilité.

KMS : Qui sont les clients d’Alphabet France ?
S.C.  : Parmi nos clients, nous comptons 11.000 TPE. Elles constituent le cœur de notre clientèle, mais nous arrivons également à entrer chez des Grands Comptes. Alphabet déroule une approche différente vis-à-vis du client. Comme nous sommes forts sur le segment des TPE et PME, nous avons une forte part de VP et de marques Premium dans notre flotte. Celles-ci représentent 30 % de nos véhicules.

KMS : Comment voyez-vous le marché évoluer ?
S.C.  : De nombreux sujets, comme l’impact des normes WLTP sur fiscalité, chahutent le marché. Je pense qu’il faudra attendre quelques mois pour mieux comprendre ce qui se passe. L’allongement des contrats actuels peut constituer une réponse dans certains cas. En ce qui concerne les motorisations, nous sentons un mouvement vers l’essence qui s’affermit. Cette énergie constitue 15 % de nos commandes actuelles. Les hybrides et les véhicules électriques représentent 5 % de nos mises à la route. Il reste 80 % pour les motorisations diesel.

L’électrification constitue une tendance de fond. L’offre des constructeurs et l’offre des loueurs croissent rapidement. Sur le long terme, le mix entre l’essence et le diesel se rééquilibrera.

Enfin, parmi les nouvelles tendances d’usage, je note les clients ont une appétence plus forte pour la mobilité. Alphabet France est capable d’offrir des solutions de mobilité flexibles. Pour les entreprises de plus de 100 personnes, les Plans de Mobilité font émerger des partenariats pour du co-voiturage et des solutions d’optimisation vers l’usage de véhicules électriques. Les grandes entreprises créent une tendance qui va descendre vers les TPE et PME.

KMS : Plus précisément, qu’anticipez-vous dans le domaine de la fiscalité ?
S.C. : En ce qui concerne la fiscalité 2019, il est trop tôt pour voir ce que va faire le Ministère des Finances. De même, pour l’impact des homologations WLTP sur les grammages des SUV. Il est difficile de dire précisément ce qui va se passer. Tout ce que je sais, c’est que cela va générer des opportunités. Dès à présent, nous nous préparons pour conseiller nos clients.

Par ailleurs, je constate que l’évolution du véhicule dépend de plus en plus de la télématique et des équipements embarqués. Ces équipements et les fonctions de connectivité sont indispensables : si vous ne les avez pas, vous ne vendez pas. Et les clients attendent également de leurs véhicules, que ceux-ci les positionnent plus favorablement en termes d’image.

KMS : Et pour les nouveaux usages ?
S.C.  : L’autre tendance majeure est celle du véhicule partagé. Celui-ci fait partir d’un courant plus vaste dans lequel se trouve également le coworking. Ce dernier attire nettement les nouveaux collaborateurs de l’entreprise. Il faut que nous, Alphabet, puissions répondre à ces nouvelles demandes. Au sein d’Alphabet même, nous avons des véhicules électriques en autopartage et cela fonctionne bien.

KMS : Avez-vous des offres spécifiques pour favoriser l’usage du véhicule électrique ?
S.C.  : Avec AlphaElectric, Alphabet a développé une solution innovante et d’une simplicité sans précédent pour faciliter la mobilité électrique. AlphaElectric est un écosystème global. En trois étapes simples, nos experts accompagnent les clients tout au long du processus d’électrification de leur flotte. Ils réalisent l’analyse de la flotte de l’entreprise et sélectionnent les véhicules adaptés. Ils choisissent l’infrastructure de charge afin de permettre une utilisation optimale de la flotte. Enfin, ils aident nos clients à déployer les services associés. Il s’agit du système de carte de recharge mais également de la géolocalisation des bornes de recharge publiques via une application mobile spécialement développée par Alphabet.
Enfin, pour les longs trajets, AlphaElectric comprend l’accès à un véhicule thermique en cas de besoin.

Plus généralement, sur l’électrique et l’autopartage, je pense que nous avons atteint un certain niveau de maturité du marché. Nous allons voir cela progresser au cours des prochaines années. A noter également que nous venons de livrer 50 Renault Kangoo H2 doté d’une pile à combustible à Engie.

KMS  : Quel rôle peut jouer le loueur dans ce mouvement d’électrification ?
S.C. : Nous avons déjà évoqué l’importance du rôle de conseil que nous pouvons apporter dans ce domaine. De façon plus globale, nous devons aller vers des véhicules plus vertueux. Les constructeurs et les loueurs apportent des solutions pour cela. Je crois que l’hybride rechargeable répond aux besoins des clients. Rouler électrique fait du bien, la conduite est plus détendue, plus sereine.

KMS  : Que diriez-vous à un chef d’entreprise ?
S.C. : A court terme, prenez contact avec les experts d’Alphabet France. Ils vont vous aider à trouver une solution adaptée à votre parc et à vos usages. Des opportunités peuvent se dessiner mais attention, n’hésitez pas à solliciter auparavant, l’avis d’experts et de professionnels.

Propos recueillis par Louis Daubin et Bertrand Gay

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80