Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Edito > La liberté à un prix : le risque et un effet : le Bonheur

La liberté à un prix : le risque et un effet : le Bonheur

mardi 6 septembre 2016, par Louis DAUBIN

Le dossier traité ce mois-ci porte sur le nouveau régime « pénal » du risque routier et des responsabilités étendues sur l’aspect contraventionnel et délictuel des infractions à la législation routière.


Nous sommes arrivés à une forme d’impasse du discours officiel sur la sécurité routière. Tout le monde doit être coupable devant la loi, mais personne ne doit plus être responsable de sa conduite au volant.

L’initiative responsable est désigné fautive de tous les maux. Le bon conducteur doit devenir un conducteur soumis, obéissant aux logiciels qui amèneront sa voiture sous contrôle de « Big Brother » à prendre des décisions à sa place. Pour son bien, naturellement.

C’est un choix qui s’inscrit dans un parcours global de vie. La pertinence n’en est pas démontrée. Et rien n’apporte la preuve d’une amélioration à venir dans ce domaine. Mais l’homme doit abandonner son intelligence pour confier son avenir au système Global. Un conducteur responsable doit être un conducteur décérébré.

Accélérer sauve autant de vie que freiner, mais c’est déjà s’opposer que réagir. Pour établir des règles de fonctionnement pour tous de nos futures voitures quasiment autonomes il faut créer des comportements au volant partageables par tous. La seule hypothèse qui fonctionne est donc celle du cancre de la classe.

Le plus médiocre sera la norme que tous peuvent suivre. Les logiciels de « réaction » des voitures que nous essayons nous consternent par leur médiocrité et la stupidité de leurs interventions. Mais ils ne sont pas faits pour nous. Ils sont faits pour les cons dangereux au volant : Ceux qui roulent peu, à 90 km/h, occupent les voies du centre sur nos autoroutes désertes, et ne regardent jamais plus loin que le bout de leur capot pour donner coup de volant et coup de freins débiles mal à propos.

Nous pourrions les former. Cela couterait cher mais économiserait des milliers de morts sur la route. Mais non. Nous devons nous soumettre au nombre. Comme dans une élection. Ils seront la norme assistés. Vous serez les rebelles à éliminer. Zéro morts sur la route est un discours. Zéro Vie pour demain sera une réalité. La route ne doit plus être partagé elle doit être contrôlée, asservie ; comme l’humanoïde.

Je vous livre pour votre bonheur, deux citations de Françoise Sagan :
« Qui n’a jamais aimé la vitesse, n’a jamais aimé la vie, n’a jamais aimé personne ».

« C’est là tout ce que je crois vrai, finalement : la vitesse n’est ni un signe, ni une preuve, ni une provocation, ni un défi, mais un élan du bonheur ».

Louis Daubin Directeur de la Rédaction

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80