Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Edito > Boire ou conduire ?

Boire ou conduire ?

vendredi 6 janvier 2017, par Louis DAUBIN

La réduction générale des cylindrées des moteurs de l’ensemble des voitures neuves exposées au mondial de l’automobile, a pour mission d’obtenir une homologation de chiffres de consommation et de pollution de plus en plus performante. Sur le papier, une réduction de cylindrée, souvent compensée par l’apport de puissance fourni par un turbocompresseur aboutie a une réduction de la consommation et donc à une homologation favorable en CO2 ; utile pour réduire votre facture de TVS.


Mais qu’en est-il réellement ?

Votre TCO réel vérifié explose et vous vous demandez pourquoi. Le bilan des consommations prend jusqu’à 40% de majoration de dépense sur votre parc. C’est une horreur et vous vous demandez ce qu’il se passe. Vos conducteurs sont-ils devenus des fous du volant ? Des délinquants routiers ? Que Nenni.

Il convient de regarder les faits en face : Vous avez choisi de remplacer des moteurs diesel par des essences ? Rajoutez 30% de cout de consommation en plus.

Vous avez remplacé des berlines bien étudiées par des SUV et des cross-over lourd et pataud ? Rajoutez 10/15% de cout de consommation en plus.

Votre parc roule beaucoup et vous avez opté pour des véhicules à cylindrées réduites pour des parcours autoroutiers ? Rajoutez de 10 à 50% d’augmentation de la consommation en fonction de vos conducteurs qui vont du paisible à 130 au pressé souvent pied à la planche entre deux radars.

Les Petits moteurs ne supportent pas les conducteurs exigeants. Ils ont une plage d’utilisation efficace réduite pour la sobriété et très large pour la gloutonnerie. Vous pouvez réduire vos consommations si vous vous astreignez à un usage restreint des performances moteur. Mais ça, on le savait déjà avec les gros moteurs. Par contre si vous sortez du rang et que vous sollicitez ces petits moteurs, vos consommations exploseront bien au-delà de celle d’un gros moteur sollicité de la même façon.

Pour illustrer, par la caricature, une expérience vécue : la comparaison réalisée sur un même parcours entre un V8 de 6,2 l de 435 ch. et un moteur 1,6 litre turbocompressé de 270ch a donné en usage intensif et a vitesse égale 26 litres au 100 pour le V8 et 41 litres au 100 pour le 1,6 litres ! Et je ne vous parle pas de la fiabilité comparé…

Petit moteur vertueux sur le papier, ou gros moteur sobre sur la route ? Boire ou conduire ? Il faut choisir.

Louis Daubin

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80