Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Interview > Philippe Callejon, Directeur Mobilités et Nouvelles Energies France de (...)

Philippe Callejon, Directeur Mobilités et Nouvelles Energies France de Total

mardi 17 novembre 2020, par Bertrand GAY, Louis DAUBIN

Philippe Callejon : « Nous voulons être un acteur de la distribution d’électricité pour les véhicules »

Le Directeur Mobilités et Nouvelles Energies France de Total intègre la création de TOTAL MOBILITY dans le cadre plus large de la distribution de toutes les énergies, dont l’électricité, destinées aux véhicules.


Kilomètres Entreprise : Pourquoi Total a-t-il renommé la marque TOTAL FLEET en TOTAL MOBILITY ?
Philippe Callejon : Le changement de nom en TOTAL MOBILITY traduit à la fois l’ambition internationale de Total et la volonté d’offrir un large éventail de solutions et d’énergies aux professionnels. Total désire devenir le partenaire de référence de la mobilité multi-énergies.
Ainsi, Total entend apporter des réponses aux questions que se posent les entreprises pour la mobilité de leurs collaborateurs. La transition énergétique et la gestion de la mobilité des collaborateurs sont des enjeux forts pour les entreprises, et le contexte réglementaire contribue à en accélérer la transformation. Avec TOTAL MOBILITY, nous facilitons dès aujourd’hui ces évolutions en proposant à tous les professionnels des solutions, des services et l’accès à de nouvelles énergies pour la mobilité qui s’adaptent à toutes les entreprises quelle que soit leur taille. Il s’agit d’aider les entreprises à réduire leur empreinte carbone.
J’ai pris la direction de l’activité Mobilités et Nouvelles Energies de Total en mars dernier pour mettre en place ce changement majeur pour le groupe Total.

KMS : Pourquoi Total se lance t-elle dans cette évolution ?
P.C. : Nous allons répondre aux besoins de nos clients dans le domaine de l’énergie en leur donnant accès à d’autres formes de produits que les actuels carburants liquides ou gazeux. Nous voulons être un acteur de la distribution d’électricité pour les véhicules. Nous constatons que dans les flottes d’entreprises, le véhicule de statut est en train de basculer dans un premier temps vers l’essence puis ensuite vers l’hybride-essence et l’électrique. Dans tous les cas, cela nous intéresse et tout particulièrement dans le cas de l’hybride essence qui se nourrit à la fois d’essence et d’électricité. Nous faisons le choix d’être multi énergies pour être un acteur de la transition énergétique.
Pour l’automobiliste, ce qui change le plus, c’est la manière de faire le plein. Nous allons vers une grande dissémination des points de charge.

KMS : Comment cette carte fonctionne t’elle et quels sont ses avantages ?
P.C. : Les 3500 stations des réseaux Total, Total Access et Elan, acceptent les cartes, intègrent de nouvelles fonctions, telles le lavage Total Wash ainsi que les nouvelles énergies tels le GNV et les biocarburants. A ce sujet, nous constations un développement des ventes d’E85 tandis que les volumes d’essence achetés par les professionnels progressent petit à petit.
Et la carte Total Mobility offre également la possiblité de régler des péages, des parkings et du stationnement. Il s’agit désormais d’une véritable carte multi énergies et multi produits qui se transforme petit à petit en véritable outil de gestion de flotte propre à abaisser le TCO des véhicules. Finalement, le choix de l’une ou l’autre énergie nous est égal car la carte permet de réaliser tous les achats.
Pour revenir vers le sujet de l’énergie, il s’agit de répondre à la transformation massive du marché BtoB vers le véhicule électrique et les autres énergies alternatives, contraint par les dispositions réglementaires, sur le CO2 au niveau européen, la loi LOM et municipalités mettant en place des Zones à faibles émissions (ZFE).

KMS : Et pour des énergies plus rares comme le GNL ou l’hydrogène, quelle est la position de Total ?
P.C. : Ces deux énergies concernent plutôt les camions et les bus. Ces deniers n’ont pas besoin d’un maillage de stations d’un niveau identique à celui des voitures particulières ou des utilitaires légers. Nous croyons à l’hydrogène pour les poids-lourds et les bus. Je suis assez impressionné de voir qu’actuellement tout le monde parle d’hydrogène. Cela peut constituer une solution intéressante complémentaire de l’électrique à batteries. Cela fait des années que les meilleurs chercheurs travaillent sur de nouvelles générations de batteries et nous ne constatons pas encore, à ce jour, de grandes avancées.
De façon générale, je pense que nous assisterons à une hausse des coûts et ce, quelle que soit l’énergie.

KMS : Total s’intéresse à la distribution d’électricité, qu’allez-vous mettre en place ?
P.C. : Le véhicule électrique entraîne un changement d’habitudes. Sa charge doit avoir lieu au domicile ou sur le lieu de travail. Pour le véhicule professionnel qui revient à sa base tous les soirs, le passage à l’électrique n’est pas un problème. Les véhicules de livraison, dites du dernier kilomètre, parcourent moins de 200 kilomètres par jour. Sauf cas exceptionnel, l’électricité leur convient.
En dehors de ces deux lieux de charge, nous pensons que la charge en itinérance va être minoritaire. Le modèle économique de cette charge sera celle d’une recharge rapide permettant de récupérer de 200 à 400 kilomètres d’autonomie en 20 à 25 minutes. Ce schéma est très coûteux pour les distributeurs qui ne peuvent avoir que trois clients à l’heure par borne. L’équation est compliquée et se double de questions techniques liées à un important appel de puissance. Nous aurons probablement une tarification variable dépendant de l’instant et du volume d’électricité appelé.
Et nous ne nous arrêtons pas à la distribution d’électricité, car nous produisons également nos bornes. Nous avions acquis un fabricant de bornes il y a deux ans. Nous savons développer, produire, installer, entretenir et gérer le service de recharge. Nous produisons ces bornes pour nous ainsi qu’en marque blanche pour des tiers. Nous nous sommes tournés vers cette activité pour anticiper la future baisse de vente des carburants liquides.

KMS : Estimez-vous que cette évolution sera rapide ?
P.C. : Nous mettons tout en place pour être un acteur majeur de l’électrification des véhicules dans une hypothèse 2030 où les VE représenteraient 30 % du marché. Les comportements évoluent lentement mais ils vont changer. Cette évolution viendra tout d’abord du monde professionnel, puis ce mouvement se poursuivra auprès des particuliers. Total devient donc un acteur multi énergies et nous n’avons aucune raison de ne pas être un acteur de référence sur ces nouveaux produits. Nous avons fait le choix d’être présent sur un grand nombre des maillons de la chaine de valeur. Total doit s’imposer comme un fournisseur majeur de mobilité électrique. Notre présence sur ce marché de l’électricité doit être un élément propre à rassurer l’utilisateur du véhicule. Nous avons l’objectif de superviser près de 150.000 bornes de recharge en Europe en 2025.

KMS : Que pourriez-vous ajouter en résumé ?
P.C. : Nous allons vers un monde décarboné dans lequel la gestion de flotte devient multi énergie. Nous sommes dans une logique d’apprentissage et nous aidons nos clients à aller vers l’électrification de leurs flottes en leurs proposant nos outils tout en respectant leurs besoins et l’usage de leur flotte. TOTAL MOBILITY est plus qu’une carte ; Il s’agit d’un véritable outil de gestion des dépenses professionnelles.

Propos recueillis par Louis Daubin et Bertrand Gay

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80