Publié le 23 avril 2012 | par Rédaction

La Chevrolet Volt et l’Opel Ampera viennent d’être désignées “voitures de l’année” en Europe, une récidive pour la Volt déjà primée l’an dernier aux USA.

Remis très officiellement à Genève, le trophée européen de voiture de l’année a été attribué cette année à la Chevrolet Volt et à son double l’Opel Ampera. Assemblés dans l’usine Hamtramck de GM à Detroit et vendus sous les deux marques en Europe, ces deux modèles sont les développements désormais aboutis – et commercialisés – du Concept Voltec de General Motors, dévoilé au salon de Détroit en janvier 2007. À l’origine ce concept se distinguait de la myriade des diverses propositions “hybrides”, en se présentant comme un “véhicule électrique à range extender”.

Electrique, mais sans rupture d’autonomie

Alimentée par une batterie lithium-ion de 16 kWh rechargeable sur le secteur, la Volt fonctionne en effet sur son moteur électrique de 150ch et dispose d’une autonomie électrique de 40 à 80km. Mais… quand la batterie approche du dernier tiers de sa charge, un moteur thermique (1.4 essence de 86ch) se met automatiquement en marche pour entraîner un générateur qui alimente le moteur électrique et maintient un niveau de charge suffisant.

Chevrolet_Volt_Interieur.jpg

L’autonomie ne connaît alors en principe pas d’autre limite (environ 500km) que la capacité du réservoir d’essence qui pourra au besoin, se remplir, en deux minutes, à la première pompe venue.

Techniquement c’est un peu plus complexe. Situé sous le capot, à côté du moteur thermique, le groupe propulseur électrique est composé d’un moteur électrique principal (150ch) et du générateur (réversible) qui peut aussi fonctionner comme moteur électrique secondaire (72ch) et d’un train épicycloïdal qui améliore l’efficacité globale en réduisant la vitesse de rotation combinée des deux moteurs électriques.

Dans certaines configurations, quand la consommation électrique devient trop importante notamment à vitesse élevée, le moteur thermique peut apporter un surcroît de couple, on revient alors, au moins momentanément, à un système de type hybride. Ce système assure une vitesse de pointe de 161kmh parfaitement suffisante pour nos conditions de circulation et des accélérations performantes (0 à 100kmh en 9”).

Une logique de polyvalence

Toutefois, on le comprend aisément l’intérêt de ce concept dépend de l’usage. Si au quotidien, la Volt effectue un déplacement d’une cinquantaine de kilomètres (avec une prise de courant disponible à chaque extrémité du parcours) elle peut ne pas consommer la moindre goutte de carburant. La batterie de capacité moyenne (16 kWh) peut en effet se recharger totalement en moins de quatre heures sur une prise de courant européenne ordinaire de 16A/230V.

Chevrolet_Volt_ExtAVG.jpg

Mais si alors que la batterie est en partie déchargée, il faut soudainement repartir visiter un client et traverser l’hexagone dans la journée, elle consommera de l’essence…comme une voiture à essence ! Idem si le week-end venu, l’envie vous prend d’aller voir la mer. En entreprise, la Volt pourrait donc plutôt concerner des collaborateurs essentiellement sédentaires disposant à leur domicile d’un parking ou d’un garage pour la nuit et qui effectuent que leurs déplacements professionnels dans la proche périphérie de leur site de travail.

Fabrice Recoque : Chevrolet a aussi des diesels “propres”

Nouveau directeur des ventes de Chevrolet France, Fabrice Recoque ne prétend d’ailleurs pas que la Volt soit formatée pour faire des tournées commerciales de 300km/jour : “C’est un produit à très forte image qui interpelle particulièrement les entreprises engagées dans des démarches liées aux “greentech” et à l’éco-mobilité. Elles apprécient sa capacité à répondre aux déplacements imprévus ou à la diversité des usages personnels pour éliminer ainsi les contraintes d’un véhicule strictement électrique qui obligent souvent l’utilisateur à posséder un autre véhicule.

Chevrolet_Fabrice-Recoque_jpg03.jpg

KME : Comment s’insère la Volt dans la gamme Chevrolet. Avec la Volt, vous jouez sur le registre “voiture propre” avec ses 27g de CO2 et son bonus écologique de 5000€ alors qu’on associe spontanément Chevrolet à la Corvette ou la Camaro… pas franchement écolo !

F.R. : Chevrolet bénéficie d’une notoriété phénoménale, tout le monde connaît la marque, et l’identifie à “l’automobile américaine” en termes de confort, d’équipement et de fiabilité. Mais depuis maintenant quelques années, la marque Chevrolet est aussi associée à des modèles parfaitement adaptés aux besoins de l’automobiliste européen et particulièrement compétitifs.

La Cruze par exemple connaît un réel succès en entreprise parce qu’elle offre, les qualités routières, l’habitabilité, le confort et les finitions d’une excellente moyenne supérieure pour un prix “compact”. Cette berline dispose aussi d’une nouvelle motorisation diesel 1.7 CDTi de 131ch ce qui lui vaut des émissions de 117g, en berline 4 ou 5 portes. La Cruze c’est désormais également un break SW très valorisant, à 119g avec ce même moteur 1.7CDTi.

Et rappelons que notre petite polyvalente l’Aveo qui dispose d’une excellente habitabilité pour sa catégorie a reçu l’été dernier le 1.3 CDTi de 75ch qui n’émet que 97g. Nous la proposons aussi en “VU dérivé de VP” Cette version adaptée par Novetud sur une base cinq portes est réversible pour profiter de la remarquable valeur résiduelle de la version VP.

KME : Votre réseau est-il formé aux attentes de cette nouvelle clientèle d’entreprises et dispose-t-il des outils de financement adaptés ?

F.R. : Depuis février, dans chacune des 165 concessions françaises de Chevrolet, les entreprises ont, au moins, un interlocuteur formé pour leur répondre et les conseiller tant sur la fiscalité que sur les solutions de financement les plus adaptées. Quant aux outils de financement, ce sont, pour la LOA et le crédit, ceux de GMAC Bank et pour la LLD, ceux de notre captive Chevrolet, notoirement supportée par ALD Automotive. Cette expertise entreprise et l’arrivée des modèles diesel à faible taux de CO2, se sont d’ailleurs immédiatement traduites dans nos parts de marché sociétés.

Etienne LESSAGE

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...