Publié le 30 août 2022 | par Bertrand Gay

Dorothée Bonassies : « L’Enyaq nous a permis d’entrer dans le parc d’entreprises prestigieuses ».

L’offre de Skoda s’est élargie avec le SUV électrique Enyaq et sa variante Enyaq coupé qui arrive en octobre. Avec ces véhicules électriques, la marque tchèque a réussi à séduire de nouvelles entreprises. Par ailleurs, l’Octavia TDI 116 reste toujours une voiture très efficace pour les grands rouleurs.

Kilomètres Entreprise : Quel bilan tirez-vous de cette première moitié de l’année ?

Dorothée Bonassies : Depuis le début de l’année, notre part de marché a atteint 1,9 % et nous sommes en ligne avec nos prévisions court et moyen terme. Cela repose notamment sur une accélération de 17 % des commandes en mai et en juin, ce qui nous donne 5 mois de commandes à livrer. Et, pour les gros rouleurs, nous avons la chance de proposer des diesel qui sont parmi les meilleurs du marché. Nous sommes à des niveaux de CO2 de 108 g/km avec une Octavia TDi ce qui constitue une belle performance. Nous avons des évolutions à venir sur les diesel et n’avons pas encore arrêté de date d’arrêt de commercialisation. Par ailleurs, pour une Octavia diesel, notre valeur résiduelle a augmenté de 6 points ces derniers temps. Il y aura toujours une demande soutenue pour ces voitures sur le marché de l’occasion. En immatriculations, tous canaux confondus, nous sommes à 62 % en essence, 25 % en diesel, 3 % en PHEV et 8 % en électrique. Petit à petit, les volumes de l’Enyaq, notre SUV électrique, progressent petit à petit. Nous avons trois mois de portefeuille de commandes à livrer sur l’Enyaq. Notre portefeuille moyen de commande est de quatre mois et demi. Skoda Auto estime que les perspectives au cours du second semestre sont clairement à l’amélioration des volumes de production avec une atténuation des perturbations. Nous allons voire croître nos livraisons de voitures électriques avec une meilleure disponibilité de l’Enyaq et l’Enayq coupé qui arrive en octobre. Et 35 % de nos immatriculations sont réalisées avec des flottes.

Kilomètres Entreprise : Quel type de contrat de LLD proposez-vous pour un Enyaq ?

D.B. : Nous avons une offre à 439 euros sur 60 mois. Ce qui nous donne, avec un contrat de 36 mois et 60.000 kms, un coût de 36 euros aux 100 kilomètres alors que nos concurrents directs sont au moins à 43 euros aux 100 kms. Nous sommes vraiment bien placés et avons même des loyers à 299 euros pour l’Enyaq.  Une part importante des contrats concerne des contrats de 37 mois et 45.000 kms.

Avec l’Enyaq, nous rentrons dans les grands comptes qui jusqu’à maintenant ne s’intéressaient pas à nous. Il s’agit, outre EDF de Hilti, Coca-Cola, Spie, Eiffage, Bouygues, Petit Forestier mais également Geodis. Et L’Oréal s’intéresse à nous. Cela nous fait grand plaisir car l’Enyaq nous permet d’entrer dans de nouvelles entreprises. Nous ouvrons de nouvelles portes.

Les gains obtenus en image, en notoriété, de reconnaissance et d’intentions d’achat après la campagne de communication télévisée de l’Enyaq augmentent à des niveaux jamais vus.

Kilomètres Entreprise : L’Enyaq vous ouvre donc de nouvelles portes dans les entreprises ?

D.B. : Oui absolument. L’Enyaq vient conforter une dynamique qui existait déjà auprès des grands comptes. En 2021, nous y avions enregistré 40.000 commandes. Nous y sommes entrés notamment avec l’Octavia qui a beaucoup plu. Nous avons réalisé des percées grâce à celle-ci. De plus, la loi LOM force les grandes entreprises à verdir leurs parcs.

Par ailleurs, nous avons commencé à livrer des Enyaq à la G7 et nous avons également un opérateur de VTC qui nous a commandé une trentaine d’Enyaq.

Kilomètres Entreprise : Le marché voit arriver des offres de marques chinoises de plus en plus attirantes avec des véhicules électriques, cela peut-il constituer une difficulté pour Skoda ?

D.B. : Ils arrivent avec de grandes ambitions et cela ne nous fait pas plaisir car ils vont trouver leur place sur le marché. Mais la concurrence nous motive et cela nous permet d’être encore meilleurs. Nous allons défendre notre plan de croissance sur le marché français qui doit nous mener à 3 % du marché en 2025. Nous sommes actuellement à 2 % et nous sommes dans une bonne dynamique pour accroître nos volumes.

Kilomètres Entreprise : Es t’il possible de vendre une voiture électrique sur internet ou estimez-vous le réseau indispensable ?

D.B. : Il y a incontestablement d’un concessionnaire pour cendre une voiture électrique. Il faut pouvoir essayer la voiture, bénéficier des conseils et de l’accompagnement du vendeur et rassurer le client. Nous investissons massivement dans la formation des vendeurs. Ils ont un rôle-clé, nous faisons du coaching et de la formation notamment en ce qui concerne les aspects fiscaux.

Kilomètres Entreprise : Que réalise Skoda dans le domaine des points de charge ?

D.B. : Le réseau de bornes de recharge va progresser et pour notre part, les réseaux du groupe Volkswagen disposeront de 200 superchargeurs implantés à la fin de l’année, dont 50 pour le réseau Skoda. Et les membres de notre réseau sont très motivés pour cela. Tous les concessionnaires désirent investir et leur motivation est réelle car il s’agit tout d’un investissement à 70.000 euros, et ils ne se posent même pas la question. Ces bornes seront accessibles, 24 heures sur 24, sept jours sur sept, à tous et pas uniquement à la clientèle Skoda.

Quand je charge sur des bornes, je constate qu’il y a une véritable communauté d’utilisateurs de voitures électriques. Je discute avec certains d’entre de l’usage et de l’expérience des véhicules électriques. Et je suis souvent questionnée au sujet de l’Enyaq qui suscite de la curiosité.

Kilomètres Entreprise : Comment vivez-vous la question des temps de charge ?

D.B. : Les entreprises vont vers l’électrique car en ce qui concerne le TCO, cette motorisation est très compétitive. Pour un usage professionnel, le temps de recharge n’est pas perdu. Quand je recharge mon Enyaq, j’ouvre mes mails et je travaille. Ces 20 à 30 minutes ne sont pas perdues sur le plan professionnel.

Kilomètres Entreprise : Quelles sont les conséquences de cette électrification sur la maintenance et la résolution des pannes ?

D.B. : Là aussi, le réseau s’adapte et accélère. De nombreux membres du réseau ont investi dans ce domaine pour des montants proches de 100.000 euros. Notre concessionnaire de Saint-Lô vient d’ouvre son centre de réparation batteries et n’a pas hésité.

En termes de satisfaction clients, nous sommes au niveau visé et dans les délais attendus, alors qu’il y a quelques mois les délais étaient assez longs. Nous sommes revenus à des délais tout à fait normaux pour l’entretien et la réparation et ce, grâce aux équipements d’intervention sur les batteries.

C’est un de nos points forts. Certains constructeurs désirent faire remonter à leur niveau les pannes de batteries pour les gérer en direct. Nous n’avons pas fait ce choix-là. Nous confions cela à notre réseau de distributeurs qui nous savons compétents et volontaires.

Kilomètres Entreprise : Que conseilleriez aux chefs d’entreprises dans un environnement où les loueurs leur disent de prolonger les contrats ?

D.B. : Je leur conseille de se tourner vers l’électrique et le plus tôt possible car l’inflation est là. Commandez maintenant un véhicule que vous pourrez recevoir au début de l’année 2023.  Une fois que l’on roule en électrique, on ne revient pas sur le thermique. Les chefs d’entreprises doivent faire ce travail d’explication et de pédagogie auprès des utilisateurs qu’il s’agisse de cadres ou de commerciaux. Et je suis confiante pour l’usage car les réseaux de charge se développent à très vive allure. BP et TotalEnergies sont en plein déploiement de bornes.

Propos recueillis par Louis Daubin et Bertrand Gay

Yvan Segal : « Les automobilistes vont consommer l’automobile différemment" Pour Renault, la valeur ne passe plus forcément que par la production et la vente de véhicules mais également par les services et la gestion sur to…

Lire la suite
edito

Le Haut de gamme ne s’est jamais aussi bien porté. C’est le cas de le dire. L’offre, la richesse des motorisations électriques, hybrides, essence, diesel et Le SUV qui y tient une part importante. Mais le vrai Haut de gamm…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...