Publié le 16 octobre 2013 | par Louis DAUBIN

Ass_NAT_edito_97.jpg

Dans cet article (ICI) vous pouvez découvrir un avant-gout de la fiscalité automobile qui nous attend pour l’année 2014.

Nous aurons des choix à faire en matière de motorisations et de taille de véhicules sur le seul critère de la pénalité fiscale qui y sera, ou pas, attachée.

C’est cela qui devient franchement inquiétant. Nous en venons à rouler en automobile fiscale. Nous devrions choisir nos voitures sur des critères d’usage : Performances globales, sécurité, confort, habitabilité, qualité de fabrication et autres critères objectifs. Mais ces qualités sont en train de passer au second plan.

Bientôt, pour des motifs fiscaux, nous ferons rouler nos collaborateurs dans des véhicules inadaptés à leur mission. Ces automobiles seront fiscalement correctes. Déprimantes, mais moins taxées. Dangereuses peut-être, mais c’est tout ce que l’entreprise pourra fournir aux collaborateurs sans risquer les foudres de Bercy.

De l’autre côté, en privant l’entreprise de voitures avenantes on réduira la taille des parcs roulant. On supprimera l’accès automobile des ayants droits les plus modestes. Si chacun descend d’une taille de voiture dans l’entreprise, il y en a qui seront à vélo demain. Puis à pied. Puis au chômage…

Que veut l’état ? Laisser les constructeurs produire de bonnes voitures ou produire lui-même des chômeurs en quantité ? Si on suit la courbe de vente 2012/2013 pour l’automobile, d’ici le 31 décembre 2013 nous aurons perdu entre 250 000 et 300 000 voitures immatriculées en 1 an.

Combien de chômeurs à charge de la collectivité cela aura-t-il généré ? Combien de sous-traitants, de fournisseurs, de commerces directement entrainés en dépôt de bilan par cette perte ? Combien de gens devront-ils tout perdre avant que les politiques comprennent qu’ils n’ont rien à y gagner ? La fiscalité automobile doit favoriser fortement les achats des entreprises. C’est la seule possibilité à effet immédiat pour sauver la filière automobile et ses millions d’emplois.

Louis DAUBIN

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...