Publié le 1 septembre 2022 | par Bertrand Gay

Les connaisseurs vous le diront : « Les gens chics roulent en Buick », mais d’autres marques sont venues perturber ce qui était la réalité des années 60. Espace, confort et large choix constituent les fondamentaux du haut de gamme sans oublier les services associés. Il existe un vaste choix de voitures de haut de gamme sur le marché, de la berline aux différentes nuances du SUV. Côté motorisations, le diesel conviendra aux gros rouleurs mais pour de courts trajets l’hybride rechargeable constitue la bonne option. Enfin, quelques électriques, avec leurs limitations, peuvent également séduire.

1/ Quelle définition pour le haut de gamme

2/ Comment les constructeurs répondent aux attentes

3/ Berline ou SUV : que choisir ?

4/ Berlines : un quatuor allemand et deux alternatives

5/ SUV et électriques : faut en avoir l’usage

1/ Quelle est la définition du Haut de gamme ?

Les marques automobiles aiment classer leurs clients, les faire entrer dans différentes cases, tenant ainsi de les faire coïncider avec leurs propres schémas comprenant des marques généralistes, des marques Premium et des marques dites « de Luxe ».

Evidemment, cette classification n’épouse que partiellement les préoccupations des clients haut de gamme qui peuvent trouver au sein des marques Premium et de Luxe, les voitures qui répondent à leurs aspirations. Celles-ci concernent plus l’efficacité routière, la capacité à rouler rapidement dans le plus grand confort que l’affirmation de soi au travers d’une voiture tapageuse à la vulgarité souvent risible. De grandes marques se sont perdues ainsi à la recherche de la clientèle que constituent ce que la presse britannique a appelé les « femmes de footballeurs ». Outre cet aspect, notre dossier ignore les marques se situant hors du champ de l’acceptation sociale, justifiée ou non, en vigueur en France. Exit donc, les Bentley, Rolls-Royce, Aston-Martin ou Ferrari.

Capacités routières, bien être à bord, confort et espace constituent donc les quatre piliers du haut de gamme.  Historiquement, la meilleure synthèse de ces éléments constitue la Mercedes Classe S. La marque allemande peaufine, modèle après modèle, son navire-amiral depuis plus de 60 ans.

Exprimée par Romain Colomes, Chef de produit Gamme luxe de sa filiale française, la vision du haut de gamme par BMW est la suivante : « Le haut de gamme s’appuie sur tout ce que la marque sait faire de mieux pour le confort du conducteur et des passagers, mais également au niveau du choix des matériaux, de l’assemblage, de la personnalisation, des motorisations, du design et des choix et équipements proposés aux clients. Et notre programme de personnalisation BMW Individual complète, depuis plus de 25 ans, parfaitement la proposition initiale en permettant le « sur-mesure » à chaque client ». Pour Lexus, Xavier Riva, directeur de la marque en France souligne ses deux piliers du haut de gamme : « La qualité et l’Omotenashi ». Ce dernier signifie que le client doit être accueilli comme s’il était à la maison. « Dans nos concessions, cela se traduit par le fait que le client n’a qu’un seul interlocuteur pour ses démarches commerciales, ses opérations d’entretien ou toute autre situation ».

L’archétype du haut de gamme, sous la forme d’une berline, trouve naturellement de nombreux concurrents sur sa route et désormais les SUV ont su entrer sur ce marché alors que les breaks ne l’ont que marginalement réussi. Le SUV peut-il être synonyme de haut de gamme automobile ?

2/ Comment les constructeurs répondent aux attentes du client du haut de gamme ?

Land Rover, acteur du monde du luxe depuis quelques décennies désormais, le croit ardemment et, en parallèle à la marque Jaguar, met en avant cette notion de luxe moderne. Les deux marques misent sur une véritable vision respectueuse de l’environnement. « Jaguar Land Rover deviendra un créateur agile de voitures de luxe et de services connectés les plus désirables au monde pour les clients les plus exigeants. Cette stratégie est conçue pour créer une nouvelle référence en matière d’impact environnemental et sociétal » indique le constructeur britannique qui entend offrir un luxe s’appuyant sur on fort niveau technologique fait de services connectés mais également de numérisation totale de l’ensemble du parcours et de l’expérience client.

Aux côtés de la voiture elle-même, les services constituent un élément important pour cette clientèle haut de gamme. Pour Xavier Riva (Lexus), « le service constitue un des points forts de notre marque ».

Pour ses clients haut de gamme, BMW a créé le BMW Excellence Club. Il est ouvert aux possesseurs de BMW Série 7, Série 8 et X7. Ce cercle fermé donne accès à des évènements exclusifs, des rencontres avec des chefs cuisiniers, l’accès à des produits gastronomiques de luxe ou des invitations à de grands évènements culturels et artistiques.

3/ Berline ou SUV : que choisir ?

Pour un usage routier, la forme de voiture la plus efficace est celle de la berline. Celle-ci est capable d’offrir d’excellentes conditions de voyage à quatre personnes avec la consommation de carburant la plus faible possible. Audi, BMW et Mercedes offrent leur palette habituelle d’A8, Série 7 et Classe S. elles jouent sur de discrètes subtilités pour se démarquer les unes des autres. Pour sa part, les Porsche Panamera est clairement sportive, la Maserati Quattroporte symbolise l’élégance italienne alors que la Lexus LS joue la carte de l’excellence nipponne. L’œil avisé notera l’absence de Jaguar. La marge britannique a développé une berline XJ électrique à la fin des années 2010, mais a décidé de ne pas la commercialiser, selon nos informations pour des questions de coût de revient et de performances. Depuis, Jaguar a relancé un projet de berline de haut de gamme. Celle-ci devrait être lancée fin 2024.

Pourquoi ne pas, s’il existe, s’intéresser au break dérivé de la dite berline ? En règle générale, les breaks dérivés d’une berline sont porteurs de deux compromis par-rapport à cette dernière. Le premier porte sur le confort aux places arrière : par-rapport à la berline correspondante, l’angle d’inclinaison du dossier de la banquette arrière est souvent réduit d’un ou deux degrés (il passe typiquement de 27 pour la berline à 24 ou 25 pour le break) afin d’accroître le volume du coffre. Sur de longues distances, les passagers arrière peuvent se sentir moins bien installés que dans la berline. Le second point concerne l’insonorisation. Le volume arrière du break peut amplifier certains bruits indésirables. Voici pourquoi, nous préférerions une berline A6, Série 5 ou Classe E à leurs homologues breaks.

Évidemment, la clé du haut de gamme se trouve dans la liberté de choix et il n’est nullement notre propos d’influer sur un choix de véhicule, mais d’éclairer cette décision. Vous l’avez compris, il s’agit donc d’aborder la question du SUV. Il existe en autant de variantes que de pourcentage de cacao dans les tablettes d’un artisan chocolatier suisse. Récemment lancé, le nouveau Range Rover symbolise la tendance du SUV historique, imposant et majestueux. Ses concurrents, chez BMW, Audi et Mercedes, arborent des lignes plus souples et des hauteurs légèrement inférieures.

4/ Berlines Haut de Gamme : un quatuor allemand et deux alternatives

Pour les berlines comme pour les SUV, l’usage déterminera le type de motorisation choisie. Les grands rouleurs se tourneront plutôt vers les diesel tandis que les hybrides rechargeables conviendront mieux aux petits trajets.

Une habitude s’impose pour l’utilisation de ceux-ci, se brancher systématiquement à l’arrivée de son trajet pour recharger. Les nouvelles générations d’hybrides rechargeables promettent jusqu’à 100 kms de roulage en tout électrique : il conviendra donc de tabler sur 60 kms sur route et 80 kms en circulation péri-urbaine.

Commençons ce panorama par la référence du genre, la Mercedes Classe S. Au fil du temps, elle a été rattrapée, voire dépassée sur certains aspects, par les BMW Série 7 et Audi A8, mais elle reste incontournable.

La Mercedes Classe S offre le choix de dix combinaisons mécaniques, essence, diesel, hybride rechargeable, à deux ou quatre roues motrices.  Le choix des variantes extérieures est réduit à l’AMG Line agrémentée éventuellement d’un Pack Sport. Heureusement, les bons choix de peinture et de sellerie permettent de ressembler à autre chose qu’à un chauffeur de limousine. A l’intérieur, toutes les Classe S sont disponibles avec un intérieur entièrement dépourvu de cuir. Les sièges sont revêtus de tissu, les garnitures de portes, le revêtement du tableau de bord et la console centrale sont en matériau synthétique. En option, la Classe S dispose de roues arrière directrices pouvant braquer jusqu’à 10 degrés à basse vitesse. Cela en facilite largement l’usage en ville.

Enfin, depuis la fin de l’année passée, il existe une S 580e 4Matic, soit une hybride rechargeable à quatre roues motrices. Son moteur électrique de 110 kW la propulse jusqu’à 140 km/h sans la moindre goutte d’essence. L’autonomie électrique WLTP est supérieure à 100 kms.

Avec ses lignes extérieures très minérales évoquant celles d’un monolithe, la toute nouvelle BMW Série 7 étonne. Et cela ne fait que commencer. A l’intérieur, le conducteur et le passager avant ont accès à un vaste écran central permettant de commander toutes les fonctions de confort, de sécurité et de divertissement.

Mais, grâce notamment à un empattement de 3,21 m, la Série 7 semble plus s’intéresser à ses passagers arrière qu’à celui qui se trouve derrière le volant, un comble pour une BMW !

Le passager arrière droite peut bénéficier du pack Executive Lounge permettant de repousser le siège avant. Notons également qu’un écran de plus de 31 pouces peut venir divertir les passagers arrière. Il se déploie en pivotant depuis sa position de repos dans le toit pour venir au dos des appuie-tête avant. Les 740d, 750e et 760e seront disponibles au début de l’année 2023.

Face à ses deux rivales, l’Audi A8 a profité de ce début d’année 2022 pour s’offrir un petit toilettage. Elle reçoit de nouveaux phares et feux arrière et quelques retouches de style. L’intérieur de l’Audi A8 offre un espace fonctionnel et agréable qui incite au voyage. Son ambiance intérieure d’appuie sur des lignes horizontales qui soulignent les dimensions de l’habitacle. L’Audi A8 offre un large choix de couleurs extérieures et intérieures et laisse le choix entre deux motorisations diesel et hybride rechargeable. Celle-ci propose une autonomie théorique de 60 kms seulement en mode électrique

L’alternative sportive à ce trio se nomme Porsche Panamera. Celle-ci existe en trois carrosseries, berline, limousine et Sport Turismo. Tout comme pour ses concurrentes, il convient d’éviter la première motorisation essence non hybride car soumise à un malus confiscatoire de 40.000 euros. L’hybride rechargeable 4 E-Hybrid avec la carrosserie Sport Turismo semble constituer « l’achat malin ». Elle dispose d’un moteur électrique de 100 kW en complément du V6 essence de 330 ch. Sa batterie propose une capacité brute de 17,9 kWh mais son autonomie électrique WLTP ne dépasse pas 55 kms. Reste une belle ambiance de voiture de grand tourisme à défaut d’être réellement sportive. La vitesse maximale de 298 km/h ravira les navetteurs fréquentant les autoroutes d’outre-Rhin. La sécurité se mesure également au nombre de services et de fonctions d’assistance tel le système Risk Radar offrant des informations sur la signalisation ou les dangers de la route provenant de l’extérieur du véhicule. Option à recommander pour les noctambules routiers ; les phares à LED matriciels avec PDLS Plus.

Changement d’univers avec la Maserati Quattroporte à l’ambiance toute latine. La berline italienne existe en trois niveaux de finition, GT, Modena (en deux ou quatre roues motrices) et Trofeo. Seule celle-ci est dotée du moteur V8 3.8, les autres se contentant d’un V6 de 3.0. dans tous les cas, malus à l’achat et TVS annuelle seront douloureux. Ces dernières années, la Quattroporte a reçu de nombreuses fonctions d’assistance à la conduite mais évidemment l’essentiel n’est pas là. L’ambiance intérieure fleure bon la haute couture italienne avec un grand choix de coloris et de matériaux.

Enfin, la Lexus LS vous plongera dans le monde feutré du raffinement à la japonaise. Cela se ressent tout particulièrement dans l’habitacle. Ses détails de design et de finition évoquent la culture japonaise. Notons par exemple que les lignes de la planche de bord ne sont pas perturbées par l’orientation des stries de ventilation mobiles. Le concept de l’hospitalité japonaise se déploie à la fois pour les passagers et le conducteur. Ce dernier dispose d’un siège avant doté d’une fonction massage inspiré du shiatsu japonais.

Cet équipement est le symbole de l’esprit Lexus qui met l’humain au centre de sa réflexion pour garantir le bien-être des occupants. Mécaniquement également, la LS se singularise par son moteur V6 suralimenté et hybridé. Sans avoir besoin d’être rechargé, il permet de réaliser, en usage urbain, une part importante du temps de conduite en mode électrique.

Signe de l’importance accordée au moindre détail, Lexus a doté la LS de jantes dont le dessin atténue l’onde sonore produite par le pneumatique. Ces jantes à faible niveau sonore minimisent l’intrusion du bruit dans l’habitacle.

Si ces berlines sont trop imposantes pour vous, d’excellentes alternatives se trouvent aux niveaux de gammes inférieurs avec les BMW Série 5, Mercedes Classe E, Audi A6, Jaguar XF, Lexus ES ou Maserati Ghibli. Ces berlines, voire breaks, se rapprochent de l’esprit haut de gamme mais réalisent parfois des compromis en termes de confort ou de choix de finitions.

A noter que BMW dispose d’une Série 8, alternative plus sportive à la Série 7.

DS9 : Une française en haut de gamme ?

La riche épopée des marques françaises dans le domaine du haut de gamme s’est toujours soldée par un vaste succès…. d’estime. Les efforts des équipes de développement et du marketing ont souvent été annihilés par des décisions peu inspirées de leurs directions et des budgets trop faibles.
En 2022, seule la DS 9 approche cette notion du haut de gamme et, pour cela, vient de se doter de deux nouvelles motorisations hybrides rechargeables. Il s’agit tout d’abord de la E-Tense 360 à quatre roues motrices grâce à son second moteur électrique sur le train arrière.
La version E-Tense 250, avec sa seule traction avant et sa batterie de 15,6 kWh proposant une autonomie électrique de 61 kms WLTP constitue une offre intéressante.
Quelle que soit la motorisation, la DS9 propose une bonne habitabilité arrière et un excellent confort grâce à sa suspension pilotée. A la limite inférieure du haut de gamme, la DS9 mérite plus qu’un regard rapide.

5/ SUV et électriques : faut en avoir l’usage !

Nous l’avons évoqué, le SUV séduit l’amateur de conduite surélevée. Rappelons que dans des véhicules hauts comme les SUV, le conducteur et ses passagers sont installés plus verticalement, en essayant néanmoins de maintenir un haut niveau de confort. Garantir celui-ci sur ces véhicules impose une débauche de technologies, telles les suspensions pneumatiques et une barre anti-roulis active. Relativement récents sur le marché, ces éléments peuvent être sujets à de légers tracas, couverts lors de la période de garantie mais après…..

L’offre de SUV est sans cesse renouvelée. Les plus proches de notre définition du haut de gamme sont les Mercedes GLS, BMW X7 et Audi Q7. Ces grands véhicules proposent une belle habitabilité et toutes les fonctions attendues par l’acheteur d’un haut de gamme. L’offre de motorisations est large et vous arbitrerez entre diesel et hybride rechargeable en fonction de vos usages.

Avec le XC90, Volvo propose sa vision scandinave du haut de gamme. Tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, les lignes sont simples et épurées tout comme l’offre de motorisations comprenant un diesel et un hybride rechargeable. Avec sa batterie d’une capacité de 18,8 kWh, ce moteur permet de rouler 70 kms en tout électrique. Il peut constituer la bonne version, tant à l’usage, si vous chargez systématiquement, que fiscalement. Dans l’habitacle, le XC90 offre un environnement relaxant en associant matériaux haut de gamme comme le bois, les cristaux et le métal. Autre point fort de la marque, la filtration de l’air entrant dans l’habitacle qui bloque jusqu’à 95 % des particules d’une taille PM2.5, c’est-à-dire d’un diamètre de 2,5 micron.

Dans ce segment des SUV, Land Rover occupe une place à part avec le Range. Ses lignes pures cachent une grande modernité tant dans l’habitacle que sous le capot. Ses quatre roues motrices, fallait-il le préciser ? sont entrainées par des moteurs diesel ou hybrides rechargeables proposant de 249 à 510 ch. Une version essence de 530 ch est disponible sur commande spéciale et cet adjectif s’applique également au malus et à la TVS ! Les hybrides rechargeables P440e et P510e proposent une autonomie théorique de plus de 110 kms en mode électrique grâce à leur batterie de 38 kWh.

Ce nouveau Range existe en trois variantes de caisse, normale, longue et longue à 7 places. Cela donne 33 combinaisons mécaniques à marier avec de nombreuses couleurs, aménagements intérieurs et options. A noter que ce Range Rover proposera une version entièrement électrique en 2024.

Et si le Range vous semble trop imposant, la gamme comprend également deux autres SUV légèrement plus compacts. Il s’agit des Velar et Range Sport. Ce dernier est en cours de lancement et les premières livraisons interviendront à l’automne.

Lexus vient de renouveler le RX, son SUV de haut de gamme. Tout comme pour la LS, la marque nipponne joue la carte de l’efficacité et du raffinement. Et Koji Sato, Président de Lexus International : « Pour le nouveau RX, nous étions déterminés à conserver l’ADN de Lexus en matière de qualité ultime, de confort et de raffinement, tout en élevant l’expérience de conduite à un niveau encore supérieur, en offrant une signature de conduite Lexus unique ». Ce Lexus RX est disponible en deux variantes mécaniques : 450h+ et 500h avec la transmission intégrale assurée par un second moteur électrique placé sur le train arrière. Il s’agit d’une quatre roues motrices sans arbre de transmission traversant le plancher.

Position de conduite, espace pour les passagers et assistance électrique d’ouverture et de fermeture de portes, ce Lexus RX a été conçu avec le confort comme valeur cardinale.

Enfin, pouvons-nous estimer que des voitures électriques sont des voitures de haut de gamme avec les prestations associées à ce qualificatif. Oui, si l’on considère les deux dernières productions germaniques du genre. D’une part, Mercedes a choisi de créer un modèle électrique entièrement spécifique avec l’EQS. Avec son pare-brise plus avancé que celui d’une Classe S et son empattement de 3,21 m, elle offre une habitabilité record. Dans l’habitacle, la planche de bord dotée de l’Hyperscreen impressionne. Il comprend trois écrans noyés sous une même surface courant de l’aérateur gauche à l’aérateur droit de la voiture.  L’EQS offre le choix entre deux motorisations 450 et 580 4Matic, donc à quatre roues motrices. Avec une batterie de 107,8 kWh, l’homologation promet une autonomie de 780 kms.

Pour sa part, BMW lance la i7, en parallèle à la Série 7. Ces deux voitures partagent la même plateforme. Cette i7 sera lancée en novembre 2022, soit quelques mois avant la Série 7. La version xDrive60 sera équipée de deux moteurs électriques cumulant une puissance de 400 kW. La batterie de 101,7 kWh lui permet de proposer une autonomie pouvant aller jusqu’à 625 km sur le cycle WLTP.

Enfin, n’oublions pas que la première voiture électrique de haut de gamme a été la Tesla Model S il y a 10 ans. Celle-ci a fortement évolué depuis et se dotant de nouveaux moteurs et d’une batterie améliorée. Elle reste la pionnière mais doit évoluer pour rester compétitive.

Bertrand Gay

Yvan Segal : « Les automobilistes vont consommer l’automobile différemment" Pour Renault, la valeur ne passe plus forcément que par la production et la vente de véhicules mais également par les services et la gestion sur to…

Lire la suite
edito

Le Haut de gamme ne s’est jamais aussi bien porté. C’est le cas de le dire. L’offre, la richesse des motorisations électriques, hybrides, essence, diesel et Le SUV qui y tient une part importante. Mais le vrai Haut de gamm…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...