Publié le 24 avril 2012 | par Rédaction

Vous connaissez l’adage : on ne change pas une équipe qui gagne. Sur le même principe, on modifie peu une voiture qui se vend bien ! Lancée en 2008, Mégane III est montée sur la première marche du podium des ventes sur son segment en France l’année dernière. Pour se maintenir au top, Renault cherche en 2012 à rajeunir sa star mais discrètement.
Pour effectuer la quadrature du cercle, la marque au losange table d’abord sur la communication. On ne parle ni de face lift ni de restyling mais de modernisation, d’évolution par petites touches et donc à la manière de la couture, de « Collection 2012 ».

Ce qui change peu…

Et en effet, si sur le plan esthétique toutes les versions de Mégane sont retravaillées, il faut très bien connaître leurs devancières pour remarquer les subtiles transformations plastiques. Quelles sont elles ?

La palette de couleur proposée s’enrichit de deux nouvelles teintes : le Bleu Majorelle et le Blanc Nacré, qui existait déjà sur le coupé cabriolet et sur les séries GP Monaco.

A l’arrière du véhicule, c’est simple rien ne change. Sur les côtés, l’offre de jantes a été renouvelée et les plus attentifs remarqueront que les baguettes sous les portières sont désormais peintes de la couleur de la carrosserie.

Renault_megane_avant_droite.jpg

C’est donc à l’avant du véhicule que les évolutions sont le plus visibles… mais pas spectaculaires. Le bouclier a été redessiné et se pare d’une peinture laquée noire rehaussée de chrome. Petite révolution, à partir de la version Dynamique, la face avant intègre désormais un éclairage de jour à LED.

A l’intérieur, ce n’est guère plus perceptible aux yeux du béotien. La planche de bord reste la même à quelques zones près, laquées de noir… qui rappellent discrètement le bouclier. Les poignées de porte et le levier de vitesse évoluent, les prises USB migrent de la console centrale vers l’autoradio dont la façade a été modifiée. Six nouvelles selleries, dont deux packs cuir / alcantara bi ton font leur apparition.

En résumé, à la différence de la Twingo par exemple, la Mégane III reste globalement la même. Il faut se pencher sur les équipements pour commencer à voir des différences notables entre le modèle 2011 et la collection 2012.

Ce qui change un peu

De nouveaux équipements apparaissent sur Mégane Berline et Estate dès la finition de base (Authentique). Comme toute la gamme, elle dispose désormais du Bluetooth, de vitres électriques à impulsion à l’avant et de clignotants dotés d’un « mode autoroute » : un appui léger sur le commodo qui déclenche trois signaux.

Renault_megane_lateral_droite.jpg

Le second niveau de finition (Expression) est désormais doté d’une climatisation automatique bi-zone et d’un capteur de toxicité (« air sensor »), de vitres arrières électriques et de jantes alliage 16 pouces.
Une nouvelle finition vous est destinée. Dite Business, elle intègre le GPS Carminat Tom Tom et l’ESP qui sont en option sur les deux premiers niveaux de finition.

Avec la version Dynamique, vous accédez au système d’aide au parking avec caméra à l’arrière, feux LED et jantes 17 pouces. En plus du Sound System Bose, la finition éponyme embarque l’aide au démarrage en côte alors que la GT offre des sièges Renault Sport cuir, chauffants à l’avant et des jantes de 18 pouces.

De nouveaux équipements apparaissent aussi en option. Ainsi, cette Mégane adopte le Visio System réservé jusqu’ici à la Scénic. Une caméra placée derrière le rétroviseur intérieur permet d’adapter automatiquement l’intensité d’éclairage du véhicule. Les feux de route s’allument automatiquement à partir de 45km/h si l’intensité lumineuse est faible et commutent en feux de croisement si la caméra repère un autre véhicule ou des éclairages publics.

Renault_Megane_Interieur_avant_1_6.jpg

Le même système de sécurité vous alerte si vous franchissez une ligne blanche sans avoir activé vos clignotants.
Le Visio System est associé à l’aide au parking dans un Pack « High-tech » hélas uniquement disponible sur les finitions Bose et GT.

Ce qui change tout

Les vraies grandes nouveautés sont à chercher du côté des nouvelles motorisations. Deux moteurs Diesel font leur apparition sur la gamme, le 1.5 dCi 110 Energy et le 1.6 dCi 130 Energy. Le premier annonce en cycle mixte 3,9 litres aux 100 kilomètres et des émissions de CO2 de 90 grammes au kilomètre, le second 4,8l/100km et 104g/km. Nous avons pu essayer ce dernier et nous n’avons pas été déçu.

L’optimisation énergétique ne nuit pas à ses performances routières. Cette motorisation éligible au bonus écologique de 100€, ne manque pas de souffle et est assez discrète. Avec elle, vous payerez 416€ de TVS annuelle. Mais pour faire ces économies, il vous faudra débourser au minimum 26 450€ pour une berline dans le niveau de finition Dynamique qui est le premier à pouvoir en bénéficier. Dommage, cette motorisation aurait paru cohérente en finition Business.

Pour avoir à la fois, les options de cette finition et un moteur Energy, il faudra se replier sur le 1.5 dCi 110 Energy que nous n’avons pas pu tester. Le bonus écologique avec cette motorisation s’élèvera à 400€, la TVS annuelle tombera à 180€. Le prix d’entrée pour la Berline sera de 25 000 € pour la version Business.

Renault_phare_avant_1_6.jpg

Même si vous ne regardiez plus du tout les moteurs essence, Renault étonne avec un 1.2 TCE 115 Energy qui annonce des performances exceptionnelles : 5,3 litres aux 100 kilomètres et des rejets de 119g de CO2 au kilomètre. Avec ce moteur, vous ne payeriez donc pas de malus écologique et débourseriez « seulement » 476€ de TVS ! Etonnement silencieux (deux fois moins bruyant que son prédécesseur), ce moteur offre un vrai agrément de conduite.

Bien sûr, on ne doit pas s’attendre aux performances de la nouvelle Mégane RS (que nous avons pu testé avec plaisir sur circuit) mais à des vitesses raisonnables, ce TCE 115 ne manque pas de répondant. Alors que les normes à venir se concentreront moins sur le CO2 et plus sur les émissions de particules, si les différences de consommation se réduisent encore entre diesel et essence, ce moteur annonce peut-être le grand retour de l’essence sur nos routes et dans vos entreprises !

Guillaume ROUL


3 Questions à Jean-Pierre MESIC, Directeur des ventes flottes chez RENAULT

Renault_Jean-pierre_mesic.jpg

Que dire des ventes Mégane aux sociétés ?
Déjà 45% des Mégane et même 2/3 des versions Estate étaient vendues aux flottes. Nous pensons que cette tendance va s’accentuer grâce à la motorisation 110 ch à 90 gr de CO2. Entre la consommation et la fiscalité (Bonus de 400 euros, TVS à 2 euros), l’économie en termes de TCO sur 3 ans et 90000 km est une véritable aubaine pour les gestionnaires. Par ailleurs, plus d’1/4 de ces ventes se font en gamme business et cette tendance s’accentue.

Et des valeurs résiduelles ?
Sur Mégane Berline, elle est sont dans la moyenne du marché et d’un bon niveau vis-à-vis de la concurrence française. La version Estate devrait être encore mieux positionnée par les loueurs, compte tenu de sa réussite en terme de design. Par ailleurs, la boite automatique à double embrayage bénéficie souvent d’une surcote en LLD. Ses performances et son agrément sont plébiscités par rapport aux boites manuelles robotisées. Tout cela sans impacter fortement le niveau de C02.

Le moteur essence a-t-il de l’avenir en entreprise ?
Tout dépend de ce que nous réservent les législateurs français et européens sur ce sujet. La possibilité de récupérer 80% de la TVA sur le gasoil est un avantage réel mais le cout d’investissement supplémentaire pour les motorisations diesel ne s’amortit que sur des kilométrages supérieurs à 15 ou 20.000 km par an. En revanche, la côte occasion des véhicules diesel tient mieux mais ça n’est pas irréversible.

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...