Publié le 25 janvier 2011 | par Rédaction

On raconte que Ferdinand Porsche rêvait de pouvoir emmener ses trois enfants et un sac de golf dans l’une de ses voitures. Il aurait certes pu le faire avec le Cayenne mais on peut supposer que le véhicule qu’il imaginait, ressemblait plutôt à la Panamera.

Certes, l’apparition d’une limousine dans la gamme du constructeur allemand l’année dernière était aussi révolutionnaire que celle du SUV en 2002. Mais alors que ce dernier n’a ni les lignes ni les performances de ses petites soeurs, la Panamera a vraiment tout d’une Porsche, la taille en plus. De face comme de profil, on reconnaît immédiatement sa filiation avec la 911. Au volant, on retrouve la puissance et l’agressivité de ses légendaires devancières : la Panamera Turbo passe de 0 à 100km/h en 4.2 secondes et peut donc rivaliser avec la 911 GT3 par exemple.

Porsche_panamera_4_places.jpg

Belle, rapide, confortable, nous vous avions déjà présenté la Panamera l’année dernière. Elle n’a pas eu besoin d’un face lift depuis, alors pourquoi y revenir ?

A l’époque nous avions essayé les versions Turbo et 4S.Cette année, le constructeur allemand propose une nouvelle motorisation plus petite donc plus adaptée au régime fiscal de vos entreprises. Le modèle Turbo emmenait 500 chevaux sous le capot, les S et 4s, 400 chevaux, la Panamera et la Panamera 4 se contentent de 300…qui devraient vous contenter aussi !

Le prix d’entrée (77 356 euros) baisse en même temps que la puissance. Certes, ce modèle met environ 6 secondes à atteindre les 100km/h, certes sa vitesse de pointe tombe de 303 km/h pour la version Turbo à « seulement » 259 km/h. Mais si vous ne prévoyez pas de la conduire sur circuit, sa puissance devrait largement vous satisfaire.

Porsche_panamera_route_1.jpg

L’agrément de conduite reste vraiment celui d’une Porsche : au volant, on oublie vite qu’on pilote une berline alors qu’assis sur un des sièges arrière, tout en bénéficiant d’un confort haut de gamme, on partage (un peu) le plaisir du conducteur. Mais surtout la perte de puissance s’accompagne de nombreux efforts visant à modérer la consommation. Ils permettent à cette Panamera d’afficher 9.3l/100 km et des émissions de CO2 raisonnable pour ce type de véhicule : 218g/km, à condition toutefois d’adopter la boite automatique PDK avec sa fonction Stop and Start.

Parmi ses concurrentes directes, seule l’Audi A8 fait un peu mieux (213g/km). LaTVS pour une Panamera coûtera donc aux entreprises « seulement » 3.706 euros mais pour cela, il faudra prendre en option la boite auto et débourser 3.528 euros de plus. Comme, il sera difficile de se passer du Porsche Communication Management et de son module de navigation, vous pourrez ajouter à votre facture 3.157,44 euros.

Porsche_panamera_route_3.jpg

Le véritable prix d’entrée, avant même de regarder les options de confort s’approche donc des 85.000 euros. Une folie ? Sans doute d’un point de vue comptable ! Mais à bien des égards une folie raisonnable. Mais si vous êtes sous le charme de la Panamera, ce qui serait encore plus raisonnable c’est peut-être de résister encore quelques mois à la tentation pour en savoir plus sur le très attendu hybride !

ESSAI RÉALISÉ PAR GUILLAUME ROUL

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...