Publié le 16 mars 2011 | par Louis DAUBIN

L’alliance Renault-Nissan-Samsung nous apporte aujourd’hui une nouvelle voiture née pour servir au quatre coins du monde le client du « haut de gamme » fonctionnel, qui bénéficie d’un véhicule de fonction. Il s’agit de la Renault Latitude, nouvelle venue sous notre longitude.

Autant le dire cette auto bénéficie dès son lancement en France d’une fiabilité éprouvée puisque elle est déjà fabriquée à quelques détails près à l’identique en Corée où elle remporte un franc succès et est exportée vers presque toute l’Asie, la Russie et les pays d’Europe de l’est depuis quelques temps.

En arrivant chez nous elle bénéficie d’une expérience assez colossale qui devrait rassurer les loueurs longue durée quand à la qualité de cette Renault.

latitude_3_4_avant_gris.jpg

Apres la période Vel Satis, voiture haut de gamme dotée de qualités de confort réelles mais dont le peu de fiabilité électronique et la laideur « clivante » ne constituait pas des arguments de vente évidents auprès des dirigeants d’entreprise. Renault décide fort logiquement de proposer maintenant une berline tri corps, classique, sobre qui à défaut de sortir de chez Pininfarina ou du talent de Gaston Juchet, évitera au moins d’avoir été conçue par le consternant créateur des Ford Sierra, Scorpio, et autres Vel Satis. Une page se tourne. Heureusement pour Renault.

Latitude est une grande berline. Longue de 4,90 m, large de 1,83m, haute de 1,48m elle renoue avec une contemporalité rassurante apte à séduire l’homme d’affaires soucieux de sortir aux yeux de ses contemporains d’un aspect « bling bling » qui fit des ravages avec les SUV pachydermiques des bobos des années 2000. Elle ne fera pas tomber en pamoison votre belle famille, mais par sa discrétion vous conservera l’estime de vos clients et le respect de vos fournisseurs. C’est déjà pas mal.

Des Diesel de chez Renault

Pour notre pays, Thierry Couteleau le chef de produit Latitude a logiquement sélectionné des moteurs essence et diesel maison.
En dehors d’un seul 2 litres essence capable d’avaler de l’éthanol E85 sans broncher en délivrant 140 honnêtes chevaux permettant de répondre à un usage plus privé que professionnel.

latitude_toit_avant.jpg

Il faut ici surtout retenir un 2 litres dci de 150 ch. en boite mécanique 6 vitesses. Le même moteur dci poussé a 175 ch. mais seulement en boite auto et un 3 litres 6 cylindres dci et 240 ch. lui aussi en boite automatique.

A l’essai le 2 litres dci de 150 ch. boite mécanique délivre 340 nm de couple des 2000 tr/mn et procure des prestations dans la norme en offrant 210 km/h en pointe et 31,3 sec au 1000 m DA.

Ce moteur a surtout l’avantage de rester à 140 gr de co2 de consommer moins de 5 litres sur route et de rester sous les 10 litres de moyenne intensive lorsque votre essayeur lui fait sonner la charge. Avec 1535 kg nous avons la une Latitude intéressante. Équipée de pneus et jantes en taille 16 au lieu des 17 pouces sur les autres versions moteurs, elle devient ainsi la plus agréable et la plus confortable de la gamme.

latitude_places_arriere.jpg

Le 175 ch. est lui en boite automatique. Avec le handicap que cela impose en termes de pollution : 170gr de co2, et de consommation : comptez au moins 2 litres de plus au 100/km.

Plutôt équipée avec une boite mécanique

Calculez : au bout d’un an et 40 000 kms , cela fait 1 200 euros de carburant en plus pour des performances identiques sinon inferieures à la 150 ch. boite mécanique dans la réalité. Il faudrait vraiment que votre Latitude ait une vocation d’usage strictement citadine de Neuilly à Passy et vice versa pour justifier la nécessité peu écologique de cette transmission. Le 175 ch. mériteraient la boite mécanique car il est plein de vitalité et son co2 tomberait à 144gr.

Nous avons pu apprécier le v6 3 litres dci à l’essai. Là, l’usage de la boite auto s’impose pour des problèmes de couple à passer aux roues avant. Certes il produit 188 gr de c02 pour 240 ch et consomme plus ; mais le conducteur appréciera la disponibilité et l’onctuosité de cette mécanique performante qui amène l’auto à 235 km/h en silence et vous permettra d’aller taquiner l’allemande de vos collègues berlinois lors de la réunion annuelle de votre société.

Un équipement pléthorique

Réaliser 50 000 km /an en Latitude est une facilité comme avec tout haut de gamme qui se respecte. Ici la différence se fera avec l’équipement de série qui comprend, avec une bonne habitabilité a toutes les places, des rangements et éclairages intérieurs bien vus, une climatisation tri zone performante avec un ioniseur d’air que nos amis coréens adorent.

latitude_porte_avant.jpg

Des sièges massant et chauffants une sono Bose,le démarrage mains libres, etc.… en option une offre de navigation très poussée qui peut recevoir les infos « coyote », c’est une première de la part d’un constructeur, des phares bi-xenons, camera de recul et j’en passe.

« Take Care » est la nouvelle signature garantissant le maximum d’attention. C’est bien choisi. Le tableau de bord est avenant, classique et lisible. La qualité perçue est vraiment bonne. Pas au niveau d’une Bentley mais largement au niveau d’une Peugeot 607 qui sera sans doute le premier modèle repris par les concessionnaires Renault pour vendre une Latitude.

Le confort des suspensions est bon. Mais étrangement excellent dans la 3 litres v6. Les sièges ont beau être les mêmes, c’est dans la version la plus puissante qu’ils étaient les plus doux à nos derrières et à nos dos.
Nous avions à l’essai en parallèle les dernières Laguna GT. Le nouveau et terrifiant durcissement des sièges donnant un réel désagrément d’usage à la Laguna, nous rendaient évidemment encore plus heureux de nous refugier dans l’onctueusité de la Latitude.

latitude_places_avant_meilleur.jpg

Pour la sécurité passive tout est là, avec le « barda » électronique, airbags, renforts, et le reste. Soyez tranquille, c’est une Renault. Donc à part acheter un char Leclerc …

Pour la sécurité active, cette traction avant emprunte le train avant de la Laguna, les suspensions arrière d’une grosse Nissan et l’expérience de Renault. Bref, à l’essai c’est efficace même si ce n’est pas aussi impérial qu’une Citroën C6 dans ses œuvres, c’est extrêmement sûr, facile et rassurant. La Latitude tient bien la route, avec peu de roulis en courbe mais n’aime pas être confondue avec une Mégane RS. Dans ce cas d’usage peu orthodoxe elle commence par sous-virer de façon prononcée puis, si on insiste vraiment, les freins vous feront comprendre qu’il faut respecter le code de la route. Au quotidien vous pourrez compter sur un comportement routier loyal et sûr.

En conclusion

Alors Latitude est elle un vrai haut de gamme Renault ? A en croire mes confrères de la presse auto elle serait banale. En fait il aurait suffit qu’elle porte la marque DACIA pour qu’ils crient au génie du haut de gamme malin. Cette Renault garantie 3 ans et 150 000 km, avec possibilité de pousser la garantie beaucoup plus loin, est une alternative plaisante aux Skoda superb, Peugeot 607 et Citroën C5. Elle est sobre, silencieuse, bien équipée, pas frime, pas moche, bien fabriquée, et a 32 000 euros prix plancher on va pouvoir s’offrir toutes les options !

Louis Daubin

latitude_3_4_avant.jpg

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...