Publié le 23 avril 2012 | par Rédaction

En lançant une version CC de sa Passat en 2008, Volkswagen emboitait le pas de Mercedes qui commercialisait la CLS sur base de Classe E. 320 000 ventes plus tard, la marque de Wolfsburg se félicite de ce succès et enfonce le clou avec une version améliorée.

Avant même de parler du véhicule, Volkswagen a tenu à insister sur le changement de patronyme. La Passat CC se nomme désormais simplement CC. Le service marketing explique : « La CC ne s’appelle plus Passat CC mais CC car elle véhicule davantage d’émotions ». Pourquoi pas mais de notre côté, nous remplacerions plutôt le mot « émotion » par « statutaire ». Car aujourd’hui, offrir une CC plutôt qu’une Passat à un collaborateur peut être considéré comme un outil de valorisation utile pour les chefs d’entreprise.

Des changements esthétiques légers

Comme souvent lors d’un facelift, les modifications esthétiques ne sont pas révolutionnaires. La CC adopte ainsi une face avant dans la lignée des derniers modèles sortis chez Volkswagen. Une calandre (chromée à trois lamelles) et des pare-chocs redessinés ainsi que des phares bi-xénon différencient la nouvelle génération de l’ancienne. Les bas de caisse sont également plus marqués et les feux arrière dorénavant à LED sont inédits.

hd_db2011au01651_Places_avant_1.jpg

Finalement, la « nouvelle » CC ressemble beaucoup à la Passat CC ! Dans l’habitacle, même constat. Volkswagen a fait une evolution douce. En fait, les vrais changements se retrouvent dans la possibilité de choisir de nouvelles ambiances. La CC propose trois versions de tableau de bord, quatre décors et onze selleries allant du tissu au cuir en passant par l’Alcantara. Au final, cet habitacle est dans la tradition de Volkswagen avec un assemblage et une finition de bonne qualité même si quelques plastiques durs, comme sur les portes, perturbent les plus exigeants.

Sur la route

Pour cet essai, nous avons choisi la motorisation diesel 2.0 TDI de 140 ch. Pêle-mêle, ce bloc offre une vitesse maxi de 214 km/h, un 0 à 100 km/h abattu en 6,8 s, une consommation mixte de 4,7 l/100 km et des émissions de CO2 de seulement 125 g/km ! Et derrière le volant, ces chiffres sont confortés par l’agrément à la conduite procuré.

hd_db2011au01654_moteur.jpg

Le 2.0 TDI sait montrer du caractère quand vous le sollicitez tout en sachant repartir à bas régime (1500 tr/mn) sans devoir rétrograder. Côté insonorisation, la CC est incroyablement silencieuse… à vitesse stabilisée. En revanche, lors des montées en régime, le bruit du 4 cylindres diesel envahit un peu trop l’habitacle à notre goût pendant quelques secondes. Sur le comportement routier enfin, la berline allemande s’est montrée sure avec un intéressant compromis confort/efficacité… bien aidé il est vrai par une multitude d’aide électronique à la conduite.

Une conduite presque automatique

Les voitures circulant sans conducteur dans les films de science-fiction vont probablement faire partie de notre réalité à moyen terme. Le temps du miracle de l’ABS apparaît en effet bien loin lorsqu’on découvre ce dont la CC est capable. Aujourd’hui, vous pouvez vous abstenir d’accélérer, de freiner et même de tenir le volant ! Le régulateur et adaptateur de vitesse se charge en effet de maintenir la vitesse choisie parmi le trafic.

hd_db2011au01655_places_arriere_1.jpg

Ainsi, si vous roulez à 110 km/h et que vous rejoignez un véhicule circulant à 90 km/h, la CC freinera à partir d’une distance que vous aurez préalablement programmée. Si ce véhicule tourne, la CC accélèrera automatiquement pour atteindre à nouveau les 110 km/h. Pour les amateurs de technologies, ce système n’est certes pas nouveau… toutefois Volkswagen a ajouté un assistant de changement de trajectoire (Side Assist) et une alerte de franchissement de ligne (Lane Assit) qui permettent à la CC de corriger elle-même les écarts en actionnant le volant !

Devant ces prouesses, les ingénieurs insistent évidemment sur le fait que le conducteur garde l’entière responsabilité de la maîtrise du véhicule. Ajouter le Park Assist pour ne plus faire de créneau ou encore le Dynamic Light Assist qui gère l’alternance entre feux de croisement et feux de route et vous comprendrez que Volkswagen a placé la CC sur le haut du pavé technologique… et donc assurer son image haut de gamme.

sceth_db2011au01616_large_1_.jpg

Or qui dit haut de gamme chez les constructeurs allemands dit tarif élevé. Malgré un équipement de série en hausse par rapport à l’ancienne génération, la CC 2.0 TDI 140 ch sera commercialisée, dès le printemps… à partir de 35 210 euros.

Louis STEFF

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...