Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Dossier du mois > Sécurité : laissez-vous guider...

Sécurité : laissez-vous guider...

mercredi 16 avril 2014, par Pierre Bardon

L’Essentiel en 5 Points

- On a enregistré en 2013 le plus faible nombre de tués sur les routes depuis 1948
- Après la sécurité passive et la sécurité active, voici la sécurité "prédictive".
- La sécurité à bord des véhicules est l’affaire désormais des systèmes d’aide à la conduite.
- EuroNCAP reste le maitre-étalon de la sécurité des véhicules.
- La conduite des voitures autonomes sera toujours tributaire de l’attention du conducteur.


Sécurité passive, sécurité active et désormais sécurité prédictive, jamais l’automobile n’a été plus sûre. Mais aujourd’hui, équipements de sécurité, de confort et d’aide à la conduite se confondent pour mettre à la disposition des conducteurs une batterie de systèmes qui tendent de plus en plus à réduire sa part de responsabilité dans la conduite de son véhicule.

Les derniers chiffres de la Sécurité Routière sont éloquents. L’année 2013 a enregistré le plus faible nombre de personnes tuées sur les routes de France depuis 1948. Estimée à 3 250 décès, la mortalité routière est en forte baisse par rapport à l’année 2012 : -11%, soit 403 vies sauvées durant l’année. En corollaire à la réduction du nombre de tués sur les routes, 2013 a vu également une baisse du nombre du nombre d’accidents, - 6,6 %, lequel passe pour la première fois sous la barre des 60 000.

Signalons que la conduite professionnelle paye son tribut à la mortalité routière puisque l’on dénombre chaque année pas moins de 400 tués issus de l’ensemble des déplacements professionnels.

La présence de quelque 4 200 radars sur le bord de nos routes aurait peut être put participer pour une faible part à cette importante chute de la mortalité routière, mais ce serait oublier le vrai motif de la baisse du nombre de morts sur nos routes qui est le bond en avant réalisé par les constructeurs automobiles en matière de sécurité passive et active ainsi que la qualité et la richesse des équipements désormais embarqués à bord des véhicules.

Comme l’explique Jean-Yves Le Coz, expert sécurité routière au sein du groupe Renault, "un équipement comme l’ESC (NDR : contrôle dynamique de conduite, lequel assiste le conducteur pour conserver la maîtrise de son véhicule en cas de perte d’adhérence), a déjà permis de sauver de nombreuses vies. Désormais qu’il est obligatoire sur les véhicules, cette tendance va donc s’accentuer. Hélas, des systèmes de ce type doté d’une telle efficacité, on n’en trouvera pas beaucoup d’autres. C’est pour cette raison que l’accidentologie est essentielle pour définir les priorités en matière de sécurité".

Sécurité active, passive… et prédictive

Pas si sûr, estiment les grands équipementiers automobiles. Ainsi, chez Bosch, Franck Cazenave, directeur marketing et développement, explique "qu’après la sécurité passive avec des équipements tels que les airbags, puis la sécurité active avec l’introduction de l’ESP, on aboutit désormais à la sécurité "prédictive". L’introduction par exemple de radars et de caméras permettent la détection d’objets -véhicules ou piétons- qui déclenche le freinage d’urgence, précise Franck Cazenave.

La détection d’un objet par un radar ou une caméra bien avant qu’il ne soit vu par le conducteur permet de "précharger" les freins et de les préparer afin qu’ils soient à la puissance maxi lorsque le freinage sera commandé".

Reste que la sécurité à bord des véhicules est également l’affaire désormais des systèmes d’aides à la conduite. Et la frontière est étroite, parmi les systèmes électroniques qui équipent les voitures, entre ceux qui évoluent pour plus de sécurité et d’autres qui interviennent pour un surcroît de confort de conduite.

Valeo à la manœuvre !

L’exemple-type nous vient de Valeo qui développe actuellement une série d’équipements illustrant cette tendance. Il en va ainsi du système de commande par le regard "Gaze detection". Sur le plan du confort, ce système de détection du regard permet en fonction de l’endroit où le regard du conducteur se porte de lui proposer la solution de réglage attendue. Si les yeux se tournent vers la radio, le réglage du volume ou de la station seront proposés. En terme de sécurité, ce système détectera également si le conducteur montre des signes de fatigue ou d’endormissement et produira alors une alerte sonore.

Valeo développe également un système d’essuie-glaces qui permet d’échapper à la délicate phase de prélavage durant laquelle le pare-brise est soit maculé d’eau, soit recouvert d’une pellicule de saleté. Cette séquence durant laquelle les balais d’essuie-glaces n’ont pas encore nettoyé la vitre est souvent dangereuse puisqu’elle réduit considérablement la visibilité. Avec le système de Valeo, l’eau de lavage est distribuée directement par la lame du balai d’essuie-glaces quelques millièmes de seconde avant d’être essuyée.

Enfin, encore plus démonstratif, le système de voiturier automatique "Valet Park4U" autorise le véhicule à opérer seul les manœuvres de parking. Il offre dans le même temps la garantie que qu’il n’accrochera aucun autre véhicule en se garant seul. " La version précédente de notre système de voiturier était semi-automatique et nous n’avons jamais enregistré de réclamations, explique Guillaume Devauchelle, vice-président Innovation et développement scientifique de Valeo. "Pourtant, ce sont trois millions de systèmes de ce type qui sont en service".

Sécurité : EuroNCAP fait la loi !

Reste que le maitre-étalon de la sécurité passive des véhicules demeure l’organisation EuroNCAP, laquelle décerne ses étoiles en matière de sécurité passive à l’ensemble de la production automobile. Comme l’explique Guillaume Duvauchelle, "les critères d’attribution des étoiles EuroNCAP évoluent dans le domaine de la sécurité passive, particulièrement en terme de protection des occupants des véhicules, des piétons et des vélos.

C’est un "driver" pour nos activités. Et les critères d’attribution d’étoiles aux crash-tests vont évoluer désormais avec la prise en compte des systèmes d’aides à la conduite ".

Mais du côté d’EuroNCAP, on envisage aussi d’autres évolutions. A partir de 2015, en plus du crash-test frontal mené à 64 km/h, deux évolutions vont être apportées au protocole de notations. De 40 % de la face avant du véhicule qui percute un obstacle lors de ces crash-tests, EuroNCAP veut passer à 100 % de recouvrement. L’intention de cet organisme est de mesurer les mouvements dans l’habitacle ainsi que le comportement structurel du véhicule et ceux des ceintures et des prétensionneurs. De même, cette nouvelle série de tests veut mieux évaluer la sécurité offerte aux places arrières d’un véhicule et recourir également à de nouveaux types de mannequins à la morphologie plus proche de celle d’une femme.

Enfin, EuroNCAP souhaite adopter un autre type de test de choc latéral. Pour simuler une sortie de route avec percussion d’un obstacle, une barrière va venir percuter le côté du véhicule à la vitesse de 32 km/h, en respectant un angle de 75°.

Sécurité, la guerre des étoiles

Pour aider les constructeurs automobiles à répondre à ces normes plus sévères et conserver leurs 5 étoiles aux tests EuroNCAP, ’équipementier TRW Automotive spécialisé dans le développement et la fabrication d’airbags et de ceintures de sécurité, a développé des solutions permettant d’obtenir une sécurité de plus haut niveau aux places arrière.

C’est notamment le cas avec le système de ceinture de sécurité ABL (Active Buckle Lifter), dont la boucle de ceinture se lève pour permettre à l’occupant de l’attacher plus facilement et à retendre la ceinture dans certaines situations dynamiques ou phases critiques de conduite du véhicule. De même, TRW propose un système de limitation d’effort "Dynamic Locking Tongue" visant à mieux gérer l’énergie des occupants pendant un accident.

Bosch s’offre une conduite

En attendant, la tendance en matière de sécurité est aussi au développement de la voiture autonome. C’est-à-dire un véhicule bardé d’électronique, de radar, de capteurs et de caméra lui permettant de conduire seul. Pour l’heure, l’autonomie de ces voitures se limite aux manœuvres de parking et à la conduite à basse vitesse dans les embouteillages. Mais à terme, ces véhicules entièrement connectés entre eux et avec les infrastructures routières, pourront circuler de façon autonome, sans l’aide de son conducteur et… sans provoquer d’accidents.

La plupart des grands équipementiers avancent dans cette voie. Bosch par exemple, travaille au développement de la conduite automatisée. Mais pour l’heure, c’est une offre groupée qui est proposée, incluant l’ensemble des capteurs requis pour permettre, sur route, un guidage automatique dans les embouteillages.

Pour cela, le régulateur de vitesse adaptatif ACC détecte les véhicules qui précèdent afin d’adapter la distance et la vitesse du véhicule concerné en conséquence. L’association avec l’ESP, et le soutien supplémentaire d’une caméra vidéo de détection de voie et d’une direction électromécanique, permettent de créer la base technique d’un guidage automatique du véhicule.

Selon Bosch, les changements automatiques de voie constitueront la prochaine étape fonctionnelle. Même si la conduite du véhicule reste sous la responsabilité du conducteur, celui-ci pourra désormais se contenter de surveiller les actions menées par le système d‘assistance. Cet assistant embouteillage sera actif dans une plage de vitesses comprise entre 0 et 50 km/h, couvrant ainsi la plupart des situations liées à un trafic discontinu.

Et c’est au cours des années suivantes, précise Bosch, que cette fonction sera complétée afin de couvrir des plages de vitesses de plus en plus étendues et des situations de conduite de plus en plus complexes, pour donner naissance à terme à un « Highway Pilot » permettant une conduite entièrement automatisée.

Le grand jeu chez BMW !

Restent aux constructeurs à intégrer progressivement de tels équipements à leurs gammes. Tous font feux de tout bois pour accroitre le niveau de sécurité de leurs modèles. Chez BMW, dans le domaine de la sécurité passive, on propose notamment les fonctions Airbags (conducteur et passager à double niveaux de déclenchement, de têtes, latéraux), Prétensionneurs de ceintures et limiteur de tension, Appui-tête actif, Indicateur de perte de pression des pneus.

Ces éléments de sécurité sont associés à un recours à des carrosseries conçues avec des aciers à très haute limite de résistance et dotées de zones absorptions des chocs.

En terme de sécurité active, la panoplie d’équipements constitue un véritable catalogue dans lequel on relève le DSC (Contrôle Dynamique de la Stabilité avec anti blocage des roues, anti patinage, contrôle de freinage en courbe), le régulateur de vitesse actif avec maintien d’une distance de sécurité et avec pilote automatique en embouteillage, l’avertisseur de risque de collision, le système anti-collision à basse vitesse (véhicule et piéton), l’avertisseur de franchissement de ligne, l’avertisseur d’angle mort, le système de manœuvres automatiques « Park Assist », le Surround View (réseau de plusieurs caméras pour une vue 360° autour de la voiture) ou encore les feux de route permanents anti-éblouissement.

Dans un proche avenir, fait-on observer chez ce constructeur, la gamme d’équipements sera enrichie par des systèmes d’évitement des collisions latérales, de manœuvre automatique d’évitement d’urgence, d’arrêt d’urgence automatique (en cas de malaise), de dialogue entre les voitures (car2car) et par la conduite autonome.

Ce constructeur estime qu’en matière de sécurité, le développement de voitures autonomes pourra être une solution dans le cadre d’une conduite monotone à vitesse stabilisée (sur autoroute par exemple). En revanche la conduite sur d’autres voies et en particulier en ville sera toujours tributaire en grande partie de l’attention du conducteur. "Dans tous les cas, indique la marque allemande, le conducteur doit être maitre de son automobile et devra rester en mesure d’effectuer une manœuvre d’urgence sur son véhicule".

Mercedes prêt pour la conduite automatique

Pour Mercedes, l’avènement de la voiture automatisée n’est plus très loin. "Si nous prenons le système Stop&Go Pilot (qui peut équiper par exemple la nouvelle Classe S, mais aussi la Classe E et la nouvelle Classe C), nous sommes effectivement en présence d’un système qui va permettre d’accompagner le conducteur dans sa conduite et lui permettre d’éviter de petites inattentions, facteurs de risque d’accident, explique ce constructeur.

En attendant, du côté des entreprises et de leurs cars policies, Mercedes signale qu’il propose un package d’équipements de sécurité que les chefs d’entreprise veulent impérativement trouver dans les véhicules proposés pour faire de la voiture de fonction un outil de travail sûr. Il en va ainsi de l’Airbag (a minima conducteur et passager), d’une connexion Bluetooth pour téléphoner en toute sécurité, l’ESP et l’ABS. "Au-delà de ces équipements impératifs, signale la marque, les chefs d’entreprise sont sensibles à des équipements tels que l’Attention Assist (système de détection de somnolence) ou le Collision Prevention Assist (radar anti collisions) qu’ils ne s’attendent pas à trouver de série sur les gammes compactes Mercedes".

Enfin, dans la gamme de ce constructeur, l’affichage tête haute est annoncé sur les prochains nouveaux modèles,. Celui-ci complétera le pavé tactile et la commande vocale Linguatronic dans la refonte de l’ergonomie de l’ensemble des systèmes d’aide à la conduite.

Chez Mercedes, on signale à ce sujet que sur les gammes Business proposées aux entreprises, la marque est l’une des rares à équiper de série ses véhicules avec des équipements de sécurité passive tels que le Prevention Collision Assist (CPA) ou l’Attention Assist.

Les constructeurs français en mouvement

Du côté des marques françaises, les équipements de sécurité sont progressivement proposés sur leurs gammes. Citroën met en avant l’ESP mais surtout, depuis plusieurs années, des équipements tels que les projecteurs directionnels, l’Alerte de Franchissement Involontaire de Ligne, la surveillance d’angle mort apparue sur la C4 et la DS4 et maintenant le C4 Picasso. Enfin, l’appel d’urgence e-touch est proposé sur la quasi-totalité de la gamme.

Récemment, le nouveau C4 Picasso a été équipé du système d’alerte risque de collision couplé aux ceintures de sécurité avec prétentionneurs réversibles.

A noter que les prochains modèles seront équipés de systèmes permettant d’assister le conducteur voire de le remplacer lors de freinage en ville (freinage automatique) et seront également équipés de système de détection de panneaux de signalisation.
Pour Peugeot, la gamme Business dans le domaine de la sécurité, est principalement équipée du kit mains libres WIP Bluetooth, du régulateur/limiteur de vitesse, de projecteurs antibrouillard et du Peugeot Connect SOS & Assistance. S’ajoutent en version Business Pack, le radar de recul et le pack Visibilité (Allumage automatique des feux de croisement et essuie-vitre avant à déclenchement automatique).

En option, Peugeot élargit notoirement son offre d’équipements avec le régulateur de vitesses actif, l’alerte risque collision, le freinage automatique d’urgence et la surveillance d’angle mort (SAM).
Mais chez PSA, on travaille d’arrache-pied également au développement de la voiture autonome. Déjà, avec le projet de recherche OpEneR, PSA va pouvoir optimiser la consommation de ses véhicules et réduire ses émissions de CO2 de 15 % en les connectant à leur environnement. Cette technologie intègre en effet des radars et caméras ainsi qu’un logiciel de gestion intelligent d’énergie.

Le véhicule peut ainsi connaitre son environnement grâce à des cartographies enrichies et utiliser la détection d’objets, de voitures, de piétons, la reconnaissance de panneaux, pour contribuer à l’aide à la conduite et à la sécurité. Ce système sera associé à la fonction Driver Attention Assist chargée de détectée et alertée le conducteur en cas de baisse de vigilance ainsi qu’avec la fonction Traffic Jam Assist qui est un premier niveau d’automatisation de la conduite en embouteillage.

Des équipements de sécurité généralisés sur la gamme VW

VW continue d’enrichir ses modèles de nouveaux équipements de sécurité. Il en va ainsi des systèmes apparus sur la Golf 7 tels que le Front Assist et l’ACC qui permet de réguler automatiquement la distance par rapport au véhicule qui précède, lesquels seront également disponibles sur la Golf Sportsvan ainsi que sur la nouvelle Passat.

Ces équipements s’ajoutent à une liste importante proposée par VW, laquelle intègre l’ABS, l’ESP, le radar de recul avant et arrière, le système de détection de fatigue, les feux antibrouillards et le freinage d’urgence Multicollision. A ces systèmes viennent s’ajouter de nouvelles technologies telles que le XDS qui est un blocage de différentiel amplifiant l’effet de l’ESP ainsi que le Presafe Assist qui consiste à fermer les vitres et resserrer les ceintures de sécurité en cas de freinage brusque.

Du côté des entreprises, observe VW, "celles-ci souhaitent des véhicules équipés d’ABS, d’ESP et de radar de recul pour limiter les frais de remise en état. Elles sont également de plus en sensible aux nouveaux systèmes de sécurité qui protègent leurs collaborateurs des risques encourus".

Toyota : de nouvelles aides à la conduite pour 2015

En matière de sécurité, Toyota n’hésite pas à signaler que l’ensemble de sa gamme est classée 5 étoiles, note maximale attribuée selon les protocoles de EuroNCAP. Ainsi, explique Toyota, "la nouvelle Auris lancée en 2013 a été le premier modèle de son segment de marché à décrocher les 5 étoiles. Elle est équipée de série de l’ABS avec répartiteur électronique de la force de freinage EBD et aide au freinage d’urgence BA, des contrôles de motricité TRC et de stabilité du véhicule VSC ainsi que d’un signal de freinage d’urgence. Elle dispose en outre de sept airbags ".

Pour répondre à la demande des entreprises, la gamme Business est également équipée de série d’un régulateur de vitesse, de radars d’aide au stationnement et de la navigation GPS. Enfin, comme le signale la marque japonaise, "c’est dès 2015 que Toyota proposera une aide à la conduite perfectionnée pour alléger la tâche du conducteur et améliorer encore la sécurité. Celle-ci sera dotée d’un régulateur de vitesse avec communication inter-véhicules pour contrôler la vitesse et les distances entre véhicules ; du suivi du marquage routier pour maintenir sans à-coup le véhicule dans sa voie de circulation et de la sécurité anti-collision piéton évoluée avec braquage automatique d’évitement".

La fin de l’insécurité ?

Ford n’est pas en reste non plus en matière de sécurité. " Ford propose un large panel d’équipements de sécurité et d’aides à la conduite. Il en va ainsi du régulateur de vitesse adaptatif, du freinage automatique en ville, de l’alerte de risque de collision, la détection des angles morts, l’aide au maintien dans la file, la détection de somnolence, la lecture des panneaux de vitesse ou les phares adaptatifs. A cela, rappelle Ford, s’ajoute le système SYNC qui intègre des commandes vocales, la lecture des SMS et l’appel d’urgence en cas d’accident".

"L’ensemble de ces équipements ont été regroupés sous forme d’un pack (Pack Sécurité Intégrale) dont le prix favorise son intégration dans les cars policies", indique également ce constructeur.

Ces technologies vont encore évoluer telle le freinage automatique en ville dont la vitesse limite va passer de 30 à 50 km/h. Un système de conduite actif permettant d’éviter un obstacle à grande vitesse est également en développement chez Ford. "Tout cela nous dirige vers la voiture autonome qui pourra, dans certaines conditions de circulation, prendre le relai du conducteur en totale sécurité", explique à son tour ce constructeur.

Mais comme la plupart des marques qui travaillent à ce projet, Ford estime que l’aboutissement de la voiture autonome ne sera pas celui de la sécurité routière. Et comme l’explique ce constructeur, "il n’y a pas de réponses finale car la sécurité routière dépend à la fois des véhicules, de leurs conducteurs mais également de ce qui se passe autour (piétons, vélos, motos, conditions météorologiques, etc..). Il est cependant évident que les progrès technologiques participent déjà beaucoup à la sécurité routière et que cela ne fait que progresser".

Pierre Bardon

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80