Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Haut de gamme > Une nouvelle image, Nouvelle C5

Une nouvelle image, Nouvelle C5

lundi 9 juin 2008, par GUILLAUME ROUL

2007 a été une bonne année pour Citroën, les volumes de vente ont augmenté de 4% avec près d’un million et demi de véhicules vendus.
Le C4 Picasso est leader sur le marché des monospaces compacts,
le C Crosser atteint ses objectifs, un VUL sur dix vendu en Europe est un Citroën...


Au moment de la mise en place du bonus-malus écologique, la marque aux chevrons peut se vanter de proposer des véhicules attractifs : la moitié de ses modèles émet moins de 140 g de CO2 au km et le quart moins de 120 !

Pour couronner le tout, Sébastien Loeb a gardé sa couronne mondiale au volant d’une C4 et Citroën a retrouvé son showroom historique des Champs-Elysées !

Seule ombre au tableau, sur le segment Premium, Citroën peine à reconquérir son lustre de naguère. Malgré des qualités indéniables, la C6 n’a pas obtenu le succès escompté et ne rivalise pas avec ses concurrentes allemandes par l’absence de motorisations adéquates.

On attendait donc avec impatience la nouvelle C5, la voilà et, bonne nouvelle, elle est faite pour vous !

Une berline conçue pour les entreprises

Au niveau européen, sur le segment M2, à peine 40% des véhicules sont la possession de particuliers. La France reste loin de l’Allemagne et de l’Angleterre, mais dans l’Hexagone, ce sont tout de même 56% des véhicules du segment qui appartiennent à vos entreprises.

C’est donc vous que Citroën veut séduire en priorité. Le constructeur a même dressé le portrait-robot de sa cible. Le croiriez-vous ? Vous êtes des esthètes attachés au design, vous voulez une voiture statutaire qui met en avant votre image et celle de votre entreprise. Vous êtes rationnels et vous voulez des équipements adaptés. Enfin, vous êtes des gestionnaires, vous attendez donc des prix attractifs et une bonne valeur résiduelle ! C’est avec ces contraintes en tête que les ingénieurs de Citroën ont donc conçu leur dernière-née.

Un segment sous influence

On savait, depuis le salon de Bruxelles, que la nouvelle C5 allait être vraiment nouvelle. Sa devancière ne manquait pas d’atouts, mais elle péchait sur le terrain de la silhouette. Elle n’en a gardé que le nom et ne conserve en revanche pas d’allure. Les designers sont allés chercher leur inspiration outre-rhin où se trouvent les références sur le segment M2, l’Audi A4 et la Volkswagen Passat.

Première indication, la nouvelle C5 est une berline tricorps et se prive donc du hayon cher à Citroën et aux Français.

Le long porte-à-faux avant (1,05 m), le porte-à-faux arrière assez court (0,9 m) et les lignes latérales très sculptées donnent à la C5 une élégance dynamique toute germanique.

Toute germanique non, car la lunette arrière incurvée rappelle la C6, et la chute de toit la CX !

Pour poursuivre dans le jeu des mensurations, sa longueur (4,78 m) et son grand empattement (2,81 m) lui confèrent une habitabilité honorable. Mais les ambitions esthétiques de la C5 ont conduit les designers à en faire une voiture relativement basse (1,45 m) et, en affinant sa ligne, ils ont dû sacrifier de l’espace (surtout pour les passagers arrière) et de la luminosité.

De ce point de vue là, la C5 est en quelque sorte une anti C4 ! Sans hayon, la nouvelle C5 a aussi perdu du volume au niveau du coffre.
Pour ceux qui cherchent du cubage, il faudra donc attendre le Tourer (la version “break”) qui sortira mi-juin et promet un coffre plus grand et logeable que celui, honorable, de la berline.

Une voiture “à la carte”

Dans l’habitacle, le volant, dont le moyeu fixe est gorgé de boutons (sensé en faciliter l’accès), demande des doigts de prestidigitateur. Le tableau de bord est tourné vers le conducteur. Bonne surprise, il est possible de choisir entre deux types de sièges : “bien-être” et “dynamique”, tous deux équipés de flancs caricaturaux, trop proéminents.

La vraie révolution, c’est que, pour la première fois, Citroën propose deux types de suspension. Sur les deux premiers niveaux de finition, l’hydropneumatique maison est remplacée par une métallique plus économique, en théorie, mais qui reste très confortable. Associée aux sièges “bien-être”, l’hydractive reste la meilleure en tenue de route en procurant un confort très valable : elle effleure l’asphalte tout en agrippant la route.

Quatre niveaux de finitions vous permettront de maîtriser votre budget. Le niveau de base “Attraction” est bien fini, presque irréprochable, mais austère. En motorisation, il est accessible à partir de 23.600 euros pour la version HDI 110 CV. À l’autre bout du spectre, vous trouverez les versions “Exclusive”, dont le niveau d’équipement n’a rien à envier à ses concurrentes. Mais pour y accéder, il vous faudra débourser, hors options, au minimum 30.950 euros pour le HDi 138 ch et sa boîte mécanique, et jusqu’à 37.950 euros pour le moteur de 208 CV et sa boîte auto, hélas, obligatoire. Ce n’est pas de trop pour tracter les 1766 kg, à vide, de cette version. Ces prix ne varient guère par rapport à l’ancienne C5, ce qui est remarquable compte tenu du saut qualitatif !

Un haut niveau d’exigence

Les versions diesel ont reçu une série de nouvelles motorisations dont le plus étonnant est peut-être le “petit” HDi (110 CV) qui offre, en entrée de gamme, un dynamisme correct à une voiture pesant à vide plus d’une tonne et demie. Il lui permet de ne consommer que 7,3 l/100 et d’émettre moins de 150 g de CO2/km. Ce surpoids interdit toutefois à la C5, même dans les motorisations supérieures, d’offrir des performances flatteuses.

Citroën n’a pas mégotté sur la sécurité passive avec, d’entrée de gamme, sept airbags. La C5 peut aussi être équipée en option du système NaviDrive qui contacte automatiquement Citroën Urgence en cas de choc.

Pour s’imposer sur le marché Premium, le constructeur a également porté ses efforts sur l’acoustique. Le travail s’est concentré sur l’aérodynamisme et l’isolation phonique avec un feuilleté acoustique de série sur le pare-brise.

La nouvelle C5 est moins efficace et performante, mais infiniment plus séduisante d’aspect que l’ancienne C5. En s’inspirant de ses concurrentes germaniques tant sur le plan de l’esthétique que sur celui de la qualité, elle peut confirmer le retour des chevrons sur le marché Premium. Ce sera essentiellement à vous, chefs d’entreprise, d’en décider !

Guillaume Roul

EN CHIFFRES
Equipement
Nouvelle Citroën C5 HDi 110 FAP Confort/Leader
Puissance Maxi 80 kW à 4000 tr/mn
Poids a vide 1503 kg
V.Max 190 Km/h
conso. normes 7,3 l/4,7 l/5,6 l
Emissions de co2 (cycle mixte) 149g/km
Tvs (en euros) 1490
prix ttc (en euros) 23.600

Il existe une C5 spécialement étudiée pour les entreprises, dite “Leader”. Elle bénéficie de tous les équipements de la finition confort avec peinture nacrée ou métallisée, plus un pack automatique, c’est-à-dire l’aide au stationnement avant, la mesure de place disponible et le rétroviseur intérieur électrochrome.

titre documents joints

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80