Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Essais comparatifs > Dacia Lodgy 1.5 Dci 110 FAP - les arguments de la séduction

Dacia Lodgy 1.5 Dci 110 FAP - les arguments de la séduction

mercredi 11 juillet 2012, par Rédaction

L’arrivée d’une nouvelle Dacia constitue toujours un événement incontournable sur le marché automobile, d’autant plus que la marque affiche une santé insolente avec une croissance annuelle régulière à deux chiffres et que le segment “Entry” représente aujourd’hui 30% des ventes du groupe Renault.


D’abord...un effet d’annonce…

Si l’accession à un monospace compact pour 9.900 euros aura inévitablement réussi à marquer les esprits, il conviendra toutefois de tempérer son enthousiasme quant aux prestations offertes en finition basique, dite Lodgy. A ce prix là, on en a pour son argent, guère plus… dépourvue d’options et motorisé par le 1.6 MPI 85, d’abord et surtout réservé aux marchés émergeants.

Pour réussir ce tour de force, Dacia a choisi de puiser dans la banque d’organe du groupe, synergie oblige, à savoir la plateforme de sa berline Logan, le train arrière du Kangoo, moteurs et boîtes de chez Renault, plus quelques autres appendices de carrosserie empruntés ici ou là. Et si à l’arrivée la signature esthétique de la Lodgy reste, il est vrai, encore assez anodine comparée à celle d’un Scenic, elle trouve toutefois un style plus personnel avec sa nouvelle calandre, ses feux arrières spécifiques, ses boucliers généreux et sa ceinture de caisse rehaussée qui dégage une impression de robustesse.

Le design s’affine nettement et préfigure les prochains modèles à venir de la marque. Mais ses véritables atouts se situent ailleurs, à commencer par une habitabilité exceptionnelle sur ce segment

Une habitabilité exceptionnelle

Longue de 4.50m et large de 1.75m (soit à peu près l’équivalent d’une Opel Zafira), la Lodgy, disponible en 5 ou 7 places, offre le meilleur espace habitable de sa catégorie. Outre les 3 places arrières avec fixation ISOFIX de série, grâce à la troisième rangée de sièges, (une option facturée 490 euros), deux adultes peuvent prétendre voyager dans des conditions agréables en bénéficiant d’une garde au genoux de 144 mm et d’une garde sous pavillon de 867 mm, là ou bien souvent la concurrence ne propose que de sommaires strapontins d’appoint pour cause de volume restreint.

Et même dans cette configuration à 7 places, le volume du coffre reste encore de 207 dm3, soit l’équivalent de celui d’une Twingo, tandis qu’en configuration 5 places, le chargement est égal à celui d’un Espace. Difficile à battre…

En s’installant à son bord, la Lodgy apparait d’emblée bien finie et agréable à vivre même si l’on est encore loin de l’agrément que peuvent offrir une sellerie en cuir et des plastiques moussés. Monospace familial par essence, Lodgy propose (selon les version) de 20 à 30 litres d’ espaces dédiés au rangement, disséminés judicieusement dans l’habitacle, que ce soit tant au niveau de la planche de bord, que des contreforts de portes ou encore des places arrières.

A ce troisième niveau de finition, (qui en comprend quatre, Lodgy, Ambiance, Lauréate et Prestige), le véhicule propose déjà outre les incontournables ABS et Airbags frontaux et latéraux, un pack électrique sur les vitres AV et rétroviseurs, une condamnation centralisée, un ordinateur de bord, des projecteurs antibrouillard AV, un limiteur de vitesse (mais pas de régulateur), des inserts chromés intérieurs de bonne facture, une climatisation manuelle, un volant réglable en hauteur… rien de bien révolutionnaire bien sûr, mais de quoi entreprendre un voyage dans des conditions satisfaisantes et sereines surtout si l’on complète la liste par un ESC (contrôle de trajectoire), facturé très raisonnablement 300 euros.

Pour notre modèle d’essai, nous avons choisi la version Lauréate équipée du 1.5 Dci de 110 ch, moteur robuste et largement éprouvé, particulièrement destiné aux collaborateurs d’entreprise. Dans sa version 110 chevaux (79 Kw), le 1.5 Dci, largement présent dans la gamme du groupe fait preuve d’un caractère volontaire grâce à un couple de 240 Nm exploitable dès les bas régimes (80% du couple étant délivré dès 1.500 tr/mn), ce qui assure une relance nécessaire lors de dépassements sur route tout en étant assez économe à vitesse stabilisée, aidée en cela par l’adjonction d’un sixième rapport, (dont ne dispose pas la version équipée du 90 ch).

Dotée de sièges plutôt fermes et dont l’ergonomie manque un peu de relief, mais confortable à l’usage, le nouveau monospace de chez Dacia a su trouver un véritable compromis en terme d’amortissement et de confort. Réussissant à gommer en douceur les moindres aspérités et irrégularités de la chaussée, tout en ne sacrifiant pas sa tenue de route par une prise de roulis excessif, le comportement de notre véhicule n’a jamais été pris en défaut malgré certaines portions de trajet parfois totalement dégradées… et c’est un euphémisme !

Certes, en accélérant franchement le rythme et en brusquant un peu la voiture, la prise de direction s’avouera un peu lente et molle et les trajectoires auront tendance à s’élargir, mais nous sortons ici largement du cahier des charges de la Lodgy.

De véritables améliorations

Autre progrès notable, en terme de confort cette fois, une attention toute particulière a été apportée à l’insonorisation globale du véhicule, souvent perçu comme le traditionnel point faible de la marque. Ces multiples améliorations ont été portées intérieurement au niveau du compartiment moteur, ainsi que des garnitures de pavillon et du plancher. La partie extérieure s’est vue quant à elle agrémentée d’une carrosserie à portes semi-autoclaves destinée à réduire les bruits aérodynamiques parasites.

Le résultat est immédiatement perceptible, la Lodgy rehaussant indéniablement les standards de confort de la marque, (comparée à un Duster notamment), et demeure véritablement agréable tant à l’usage que sur la durée du trajet. Avec une consommation annoncée par le constructeur de 4,4 l/100 km en cycle mixte et des émissions de CO2 de (116 g/km), le bloc labellisé « Dacia Eco2 » bénéficie d’une TVS contenue s’élevant à 464 euros .

Toutefois, pour être parfaitement exact, lors de notre essai au Maroc qui comportait quelques portions assez vallonnées, nous avons relevé une consommation moyenne un peu supérieure à six litres, ce qui reste tout à fait honorable sur ce segment de véhicule. En conclusion, la Lodgy arrive à point nommé pour combler une offre véritablement low-cost sur le segment du petit monospace.

A environ 5.000 euros de moins que le prix d’appel des ses concurrents directs (Chevrolet Orlando, Opel Zafira ou Renault Scenic), il reste encore un peu de marge pour quelques options bienvenues tels que le MEDIA NAV (GPS, radio, média, téléphone...), et son écran tactile de 18 cm (430 euros), les lève-vitres électriques AR (150 euros), l’aide au parking arrière (200 euros) ou encore la peinture métallisée (460 euros). Ainsi équipée votre voiture aura vraiment tout d’une grande... sauf le prix !

DACIA Lodgy 1.5 Dci 110 “Lauréate” 7 places.

- Moteur : 4 cylindres Diesel
- Puissance : 110 ch à 4.000 tr/mn
- Couple : 240 Nm à partir de 1.750 tr/mn
- Vitesse maxi : 175 km/h Vol.
- Coffre : 7/5/2 places (dm3) : 207/827/2617
- Consommation mixte : 4,4 l/100 km
- Émissions CO2 : 116 g/km
- TVS : 464 euros
- Prix : 15.990 euros

Vincent MONJANEL

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80