Publié le 14 juin 2013 | par Rédaction

Le directeur du développement du réseau Hyundai France entend soutenir la progression des ventes de la marque par une croissance du nombre de points de vente. Il dispose pour cela d’outils performants et innovants.

Kilomètres Entreprise : Comment se porte le réseau Hyundai ?
Didier Delangle : le réseau compte actuellement 216 points de représentation, dont 155 points principaux de distribution auxquels sont rattachés 30 satellites et une trentaine d’agents et de réparateurs agréés.

KME : En êtes-vous satisfait ?
D.D. : La couverture qu’apporte notre réseau est bonne mais nous désirons aller plus loin. Il nous faudrait 40 opérateurs additionnels d’ici à la fin 2014 pour arriver à près de 195 investisseurs avec autant de points principaux de distribution et un peu plus de 30 satellites. Nous comptons sur l’attraction qu’exerce notre marque et sur le mouvement naturel de renouvellement des contrats. Ce mouvement s’inscrit dans la quête de l’objectif des 3,5 de part de marché en France, soit la part de marché européenne, sur la route d’un objectif 2018 de 5 % du marché français.

Didier Delangle

Didier Delangle

KME : La distribution reste un élément-clé de la croissance ?
D.D. : Oui, bien entendu, il est toujours important d’avoir un point de vente proche de chez soi. Et pour un généraliste, il est impératif d’avoir environ 180 points de vente pour être visible. Voici pourquoi il nous faut améliorer la capillarité du réseau. De plus, nous allons lancer une opération de rénovation de nos points de ventes pour les aligner sur nos nouveaux standards. Ceux-ci sont simples, un parallépipède en bardage suffit. Nous ne demandons pas d’investissements démesurés.

KME : Etes-vous satisfait des implantations des points de vente dans les différentes agglomérations ?
D.D. : Nous notons qu’il existe trois facteurs qui influent sur la géographie de la distribution : la volonté des maires d’écarter le commerce automobile des centre-ville. Ensuite, la nécessité de rénover une concession située en environnement urbain amène l’arbitrage entre le coût de cette rénovation et le coût d’une nouvelle implantation à l’extérieur de la ville. Enfin, la nécessité de disposer de 5 à 6.000 m2 de terrain influe également.

KME : Quels sont les autres éléments permettant d’assoeir la marque ?
D.D. : Nous avons de nombreux outils parmi lesquels un programme important de voitures de démonstration permettant de faire connaître l’ensemble de notre gamme. Il est important de déployer les différents outils pour assurer la croissance de notre part de marché. En direction des entreprises, certains de nos opérateurs démarchent déjà des entreprises avec succès. Et des conseillers dédiés se mettent en place sur le terrain. En ce qui concerne les plages horaires d’ouverture de l’atelier, nos concessionnaires s’adaptent à la demandez locale. Certains sont parfois ouverts le samedi. Nous laissons chaque concessionnaire organiser ses prestations atelier, notamment sur la carrosserie et le service rapide. Nous n’avons pas de préconisations formelles sur cela actuellement.

Delagle_HD_moyen.jpg

KME : Sans risquer trop de disparités ?
D.D. : Nous veillons à offrir un visage cohérent. Nous mettons l’accent sur le service apporté au client. Ce qui compte c’est le résultat final apporté à l’automobiliste. Le fait de ne pas proposer systématiquement de service rapide n’est pas un problème. Un client qui prend rendez-vous pour de l’entretien aura des délais très compétitifs.

KME : Comment s’organise votre service développement réseau ?
D.D. : Mon objectif est de couvrir les zones libres et de densifier le réseau ; pour cela, mon équipe comprend 10 personnes en trois pôles ; prospection, central et lancement de concessionnaires. Les deux personnes qui composent ce pôle sont chargées d’aider le concessionnaire à démarrer en l’aidant à mettre en place nos procédures. Il s’agit d’un outil très puissant.

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...