Publié le 6 décembre 2007 | par Rédaction

Avec son H1, Hyundai offre un fourgon intéressant grâce à ses performances et à de nombreux points positifs comme une garantie de trois ans et une charge maxi de 1 600 kg.
À l’usage, les choses sont néanmoins un peu plus nuancées.

Fidèle à la politique de la marque coréenne Hyundai, le H1 offre des arguments massus, notamment une garantie de trois ans et un prix d’appel plutôt attractif de 18.925 euros HT. Deux qualités très efficaces dans ce secteur des utilitaires compacts, dans la mesure où ces vertus ne compensent pas un réseau de distribution clairsemé ou une hypothétique fiabilité. Importés en France depuis 1995, les utilitaires, mais surtout les automobiles de la marque ont la réputation d’être de bonne qualité et bien suivies. La H1 montre également une esthétique personnelle moderne et réussie, notamment par la présence d’une calandre de “camion”, tout en restant sous la barre fatidique de deux mètres de hauteur (197 cm pour être précis). Mais autant évacuer tout de suite le point sensible de sa conception afin de ne pas se tromper sur sa vocation et faire une erreur de recrutement. Le H1 possède une transmission aux roues arrière et, exception faite de sa charge utile très importante de 1 600 kilos, offre peu d’avantages à cette conception. Le pont arrière remonte le seuil de chargement d’une bonne dizaine de centimètres par rapport à ses concurrents à traction avant. Si les missions de messagerie sont facilitées en rendant plus accessibles les petits colis, pour ceux qui chargent, c’est plutôt une contrainte. En roulant à vide, le pont rigide fait ce qu’il peut pour préserver le confort, mais quand la concurrence se rapproche des prétentions d’une automobile, le H1 ne se sépare pas de l’image sautillante d’un utilitaire. Concrètement, le Hyundai encaisse presque parfaitement un dos d’âne, mais fait ressentir la moindre plaque d’égout. Et puis, sur le mouillé, la motricité est vraiment mise en défaut au moindre démarrage à vide. Les choses s’arrangent un peu en charge, mais le H1 reste le petit camion qui se conduit avec un brin de réserve et n’égale pas la concurrence la plus moderne sur ce point. Un moteur, deux puissances Disponible avec un seul moteur injection directe common rail (CRDI) avec une respectable cylindrée de 2,5 litres, le H1 bénéficie, au choix, de deux puissances : une de 110 ch (17.925 euros HT) et une autre de 140 ch ch à 3 800 tr/mn. À noter, par ailleurs, que la version 140 ch, celle de notre essai, dispose de la climatisation en série, alors qu’elle reste optionnelle pour la version 110 ch. En action, avec 140 ch, le H1 n’amuse pas le terrain en offrant à la fois la possibilité de soutenir une très bonne vitesse de croisière, mais également de doubler facilement et ce, même en charge et avec une topographie accidentée. Evidemment, la contrepartie de ce très bon niveau de performance et de ce tonus se quantifie au premier passage à la pompe avec une moyenne de 10,5 l/100. Cette moyenne a été relevée après un parcours de 350 kilomètres avec un tiers de routes nationales, un tiers de parcours de messagerie avec de nombreux arrêts et le solde sur autoroute. Globalement, un exercice assez gourmand en carburant, ce chiffre est donc une moyenne qu’il est possible de voir descendre avec une utilisation sur de longues distances, ou augmenter avec une utilisation spécifiquement urbaine. Pour le reste avec un réservoir de 65 litres, l’autonomie se place à 600 kilomètres environ dans les conditions de notre essai. Un compartiment de charge bien équipé Le Hyundai H1 possède un grande qualité avec un compartiment de charge particulièrement bien aménagé et surtout très bien équipé. De série, le plancher dispose d’un revêtement caoutchouc protecteur et amortissant incomparablement efficace. Sur les parois latérales et même à l’intérieur des ouvrants, des panneaux de particules évitent également les mauvais traitements. Une cloison métallique le sépare du poste de conduite en limitant l’espace perdu et en offrant une vitre protégée par une barre transversale. De plus, l’éclairage intérieur est efficace, de même que la manipulation des ouvrants arrière et latéraux. En revanche, la condamnation centralisée fonctionne uniquement depuis les serrures de l’habitacle et non celles du compartiment arrière, une lacune bien handicapante au quotidien, surtout que la télécommande reste indisponible. Le volume du compartiment arrière est de 5,72 m2, un chiffre dans la bonne moyenne. Enfin, outre la charge utile de 1 300 kg, le H1 présente un poids tractable de 1 500 kg (700 pour une remorque sans frein). Une présentation soignée et une bonne ergonomie À bord, la position de conduite est bonne grâce, notamment, à de multiples réglages pour l’assise du siège. Sur de longues étapes, la pédale d’accélérateur un peu haute se fera remarquer en premier, mais il y a déjà de quoi avaler des kilomètres. hyundai_H1_texte.jpg Le niveau sonore, sans battre des records de discrétion, reste tout à fait acceptable, le H1 se montre donc plutôt confortable. La climatisation reste en revanche pratiquement indispensable comme pour tous les utilitaires modernes qui disposent d’un poste de pilotage de petit volume, porté au rouge en été et rempli de buée les jours de pluie. Toujours à bord, la finition est bonne et les rangements nombreux, notamment avec un vide-poche disposé au-dessus de la planche de bord. Comme ses congénères, le siège central manque d’espace, notamment à cause d’un levier de vitesse disposé au plancher. Si le H1 est correctement équipé à l’intérieur, à l’extérieur, les protections latérales salvatrices manquent à l’appel, et les boucliers avant et arrière peints apportent effectivement une présentation soignée, surtout en blanc. C’est parfait pour aller à la noce, mais sur un chantier, c’est une coquetterie bien embarrassante. À l’heure de la synthèse, le Hyundai H1 ne manque ni de personnalité, ni d’arguments avec ses performances très efficaces, son confort et ses aspects pratiques. Valorisant à la vue, il présente un rapport prix d’achat/prestations tout à fait correct pour certaines professions voulant un utilitaire simple, correctement équipé et abondamment garanti. Néanmoins, sa présentation soignée, son seuil de chargement élevé et sa transmission aux roues arrière lui ferment certaines utilisations. Christophe harmand LES PLUS Présentation soignée Garantie de 3 ans Compartiment arrière protégé LES MOINS Hauteur de chargement Motricité Absence de protections extérieures DIMENSIONS/CAPACITÉS Longueur maxi : 5 035 mm Largeur maxi : 1 820 mm Hauteur maxi : 1 970 mm Seuil de chargement : nc Volume utile maxi : 5,72 m3

Documents joints

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...