Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > L’homme du mois > Pascal Bellemans, P.D.G. de Volvo Automobiles France

Pascal Bellemans, P.D.G. de Volvo Automobiles France

mardi 10 juillet 2012, par Bertrand GAY

En place depuis plus d’un an à la tête de la filiale française de la marque suédoise, Pascal Bellemans a confié ses ambitions pour Volvo sur notre marché et tout particulièrement sur la cible des entreprises. Il s’appuie pour cela sur la nouvelle V40 et son efficace version D2 à 94 g/km de CO2 mais également sur la V60 hybride rechargeable capable de parcourir 50 kilomètres en mode tout électrique.


Kilomètres Entreprise : Quelle a été le parcours de Volvo France l’an dernier ?

Pascal Bellemans : 2011 a été une année record pour nous en France avec des ventes en hausse de 28 %. Nous avons également connu une forte progression des ventes aux entreprises avec un bond de 34 % pour la LLD et de 28 % pour les sociétés. La France est le dixième marché de la marque et nous n’avons pas d’inquiétudes pour ses volumes ; Si l’on regarde l’histoire, le marché français c’est deux millions de voitures.

KMS : Et au niveau mondial ?

P.B. : Volvo Car Corporation a vu ses ventes progresser de 20 % au niveau mondial avec une hausse de sa part de marché sur tous les continents, tout particulièrement aux Etats-Unis, en Europe et en Chine. Volvo Car est une entreprise pérenne et solide qui a réalisé un bénéfice de 184 millions d’euros au cours de l’exercice 2011.

KMS : Quels sont les éléments principaux de ce succès ?

P.B. : Nous avons été propulsés par le succès continu de la XC60 ainsi que des S60 et V60 qui ont bien évolué. Sur le marché français, sept de nos onze véhicules ont progressé l’an dernier en volumes. Sur le marché des entreprises, nous vendons beaucoup de V60 et de S60 et pas mal de V50. Et nous attendons beaucoup de la V40 qui arrive et que nous avons présenté au dernier salon de Genève.

KMS : D’où viennent vos nouveaux clients ?

P.B. : Il s’agit notamment d’acheteurs qui disposaient d’un véhicule français de haut de gamme, mais également d’Audi, de BMW et de Volkswagen. Par ailleurs, le taux de fidélité à notre marque est de 60 % ce qui permet de conserver un fort socle de clientèle.

KMS : Qui sont vos clients professionnels ?

P.B. : Il s’agit principalement d’une clientèle masculine de dirigeants de PME, mais également des membres des professions libérales et des médecins.

KMS : Et que proposez-vous sur ce marché en 2012 ?

P.B. : Nous attendons beaucoup de la V40 sur ce marché. Les premiers véhicules sont disponibles ce mois-ci dans le réseau. Cette V40 est importante pour nous car il s’agit de la berline cinq portes compacte qui nous manquait. Il s’agit de lancement le plus important de Volvo depuis de nombreuses années. Nous visons la Golf, l’Audi A3, la BMW Série 1 et également les voitures françaises. De plus, nous pouvons récupérer une partie des actuels possesseurs de V50 qui ne seraient pas intéressés par la V60.

KMS : Et quelles sont vos ambitions pour la V60 Hybride ?

P.B. : Grâce à ses qualités et sa technologie, la V60 hybride rechargeable pourrait représenter 10 % des ventes de V60 en 2013. Cette hybride rechargeable est véritablement à la pointe de la technologie et permet de réaliser 50 km en mode tout électrique. Elle marie son moteur D5 215 ch et un moteur électrique pour ne rejeter que 49 g de CO2 par kilomètre ce qui lui apporte un avantage fiscal important : la V60 hybride rechargeable est éligible pour la prime de 5.000 euros et elle est exemptée de TVS. Sa commercialisation démarre et nous en aurons cent unités pour le marché français en 2012 sur les mille exemplaires prévus pour l’ensemble de l’année. En 2013, nous devrions en avoir cinq cent unités pour la France.

KMS : Et la C30 électrique ?

P.B. : La C30 électrique nous a permis d’engranger un savoir-faire important en matière d’électrification du véhicule. Nous n’avons pas souhaité la commercialiser car les freins sont nombreux pour le véhicule tout électrique à commencer par son coût et sa faible polyvalence. Et en plus, l’infrastructure nécessaire n’est pas là. Nous bénéficions de toute l’expérience acquise sur la C30 électrique pour la V60 hybride. Volvo a toujours été précurseur en matière environnementale et nous le démontrons à nouveau.

KMS : Comment le réseau accueille t-il cette V60 hybride ?

P.B. : Le réseau est très positif au sujet de cette V60 hybride. Les concessionnaires ont reçu beaucoup de demandes de personnes intéressées. Il s’agit du véhicule le plus avancé que l’on ait jamais conçu et produit.

KMS : Quels sont vos objectifs avec la V40 ?

P.B. : En année pleine, soit l’an prochain, nous visons les 5.000 ventes de V40 sur un total de 20.000 unités pour Volvo France. Pour y arriver, nous avons une gamme complète de V40 dont une version D2 115 ch n’émettant que 94 g/km de CO2. Son TCO sera très performant. Nous allons avoir une voiture à cinq portes sur ce segment, ce qui manquait à la C30. Celle-ci a été une réussite et représente encore 30 % des ventes du segment C Premium 3 portes.

KMS : Justement, comment voyez-vous évoluer le segment Premium en France ?

P.B. : Ce segment, qui comprend, les trois marques allemandes et Lexus, est en croissance continue en France ; 8 % des ventes en 2010, 10 % en 2011 et 12 % en 2012.

KMS : Comment vous positionnez-vous avec les loueurs longue durée ?

P.B. : Nous sommes en progression sur ce marché et nous travaillons avec l’ensemble des loueurs. Nous rencontrons de gros succès avec Volvo Fleet Service ; Mais nous avons également bien progressé avec Arval et ALD notamment. Nous avons engrangé ces succès avec l’arrivée de toute la gamme S60 et V60, qui se placent sur le segment qui convient bien aux entreprises.

KMS : Quels commentaires vous inspirent l’allongement de la durée de détention des véhicules en LLD ?

P.B. : Pour les entreprises, proposer une voiture en LLD est un élément de récompense de ses salariés. Je ne pense pas que laisser les collaborateurs de l’entreprise 5à mois dans la même voiture soit la bonne solution.

KMS : Qui dit LLD dit valeurs résiduelles des voitures, en êtes-vous satisfaits ?

P.B. : Cela pourrait toujours être mieux. Nous travaillons de manière très sérieuse avec les organismes qui cotent nos véhicules et en évaluent la valeur résiduelle. Les coteurs nous apportent de très bons conseils et nous permettent de progresser.

KMS : Quelles sont les actions du réseau dans le domaine des voitures d’occasion ?

P.B. : Nous avons mis en place un label de qualité pour nos voitures d’occasion et les voitures sont reconditionnées à neuf avant d’être mises en vente. Le développement et le soin que nous mettons dans notre activité de voitures d’occasion aura un impact positif sur les VR. Le VO n’est pas un mal nécessaire, c’est une source de profit. De façon plus générale, nous sommes satisfaits des performances de notre réseau. Avec 55 contrats soit 124 points de vente, notre maillage est bon. Et nous renforçons notre force de frappe en direction des entreprises avec un programme de formation destinés aux vendeurs concernés.

KMS : Comment se positionne la marque Volvo aujourd’hui ?

P.B. : La marque Volvo désire rester à l’avant-garde en matière de sécurité. Et nous proposons sur la V40, une première mondiale avec l’airbag piéton. La valeur de la marque Volvo repose sur l’idée suivante : d’abord l’homme, ensuite la machine. Nous sommes les seuls à porter les valeurs du design et du bien être scandinave.

KMS : Quelle est la relation entre Volvo et son propriétaire, le chinois Geely ?

P.B. : Aujourd’hui, l’actionnaire ne s’immisce pas dans la gestion de la marque. Cela fait 29 ans que je suis chez Volvo et je n’ai jamais vu une autonomie pareille. Notre actionnaire se concentre sur ses investissements. Il n’y a pas eu d’influence sur le développement des produits. En Chine, pour le marché chinois, nous avons des projets industriels communs avec Geely. Volvo a l’objectif de vendre 200.000 voitures en Chine en 2015. Actuellement, nous y vendons principalement des S60 ; XC60 et S80L. L’an dernier Volvo a vendu plus de 47.000 voitures en Chine, soit une progression de 54 % des volumes ; La Chine est le troisième marché de Volvo. Le conseil d’administration de Volvo comprend douze personnes dont trois chinois. Mais le conseil compte également Herbert Demel, l’ancien président d’Audi et l’ancien président de MAN. Notre actionnaire respecte beaucoup la marque et préserve sa valeur

Propos recueillis par Bertrand Gay

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80