Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Interview > Ludovic Dirand, Président de Chevrolet France

Ludovic Dirand, Président de Chevrolet France

mardi 11 juin 2013, par Bertrand GAY

Petit à petit, la marque Chevrolet s’installe sur le marché français des entreprises. La large offre couvre largement tous les besoins et le réseau de distribution est suffisamment étendu. Le lancement du petit crossover Trax va conforter l’attractivité de la marque sur le marché.


Kilomètres Entreprise : Quelle est la place de Chevrolet France sur le marché des entreprises ?
Ludovic Dirand : Les ventes aux entreprises, loueurs courte durée inclus, ont représenté 4,3 % des volumes de Chevrolet France l’an dernier. Les ventes à loueurs courte durée ont représenté 60 % de ces véhicules.

Ludovic Dirand Chevrolet France

KMS : Que prévoyez-vous pour le Chevrolet Trax sur le marché français ?
- L.D. : Le Trax est un produit extraordinaire qui apporte quelque chose de nouveau sur le segment. C’est le second SUV de notre gamme. Nous savons faire ce genre de véhicule. Nous sommes dans l’ADN de la gamme Chevrolet et avons inventé le sport-utility vehicle avec le Suburban en 1935. Avec le Trax, nous avons un véhicule très abouti qui offre le comportement d’une berline avec tous les atouts du SUV. Il s’agit d’un produit un peu à cheval entre deux univers, entre les Nissan Juke et Qashqai.

KMS : Quels sont les autres points forts du Trax ?
- L.D. : Le Chevrolet est disponible à la fois en deux et quatre roues motrices avec des consommations faibles et des émissions de CO2 d’un bon niveau : respectivement 120 g/km et 129 g/km de CO2 en deux et quatre roues motrices. Nous nous ouvrons de nouvelles opportunités avec le Trax et il va constituer un outil très important pour la croissance de Chevrolet. Et nous aurons suffisamment de Trax pour répondre à la demande.

KMS : Quelles sont les perspectives pour Chevrolet en France ?
- L.D. : L’an dernier, sur le marché français, Chevrolet a enregistré sa sixième année consécutive de croissance. Et nous sommes bien partis pour être à nouveau en croissance sur le marché français en 2013. Dans le monde, les ventes de Chevrolet ont enregistré, au premier trimestre 2013, leur dixième trimestre de croissance dans le monde.

KMS : Quel bilan tirez-vous des ventes de Chevrolet Volt ?
- L.D. : Les ventes sont bonnes étant donné les conditions du marché français. Mais, et je vous parle également en tant que président de Chevrolet pour la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, nous privilégions ce dernier marché pour Volt. Chevrolet concentre le tir sur les Pays-Bas avec la Volt en raison de la fiscalité favorable à ce genre de véhicule dans ce pays.

Ludovic Dirand Chevrolet France

KMS : Et sur le reste de la gamme ?
- L.D. : Le Chevrolet Captiva est le numéro des ventes aux entreprises de notre marque. Mais je suis prudent pour cette année en raison du malus qui est de 1.500 euros. Nous avons une nouvelle motorisation émettant 139 g/km de CO2 sur le monospace Orlando. Cela redonne un sens à ce véhicule sur le marché des entreprises. Et nous rencontrant un succès grandissant sur ce marché avec la Cruze qui propose un moteur de 130 chevaux et seulement 117 g/km de CO2 en berlines et 119 g/km pour le break. La combinaison de bonnes valeurs résiduelles et d’un bon positionnement CO2 nous permettent de sortir des loyers très compétitifs en LLD. Ainsi, nous sommes à 299 euros par mois pour une Cruze 5 portes sur une base de 48 moins et 80.000 kms.

KMS : Quelles objectifs et quelle stratégie déployez-vous en direction des loueurs ?
- L.D. : Sur cette cible, il s’agit d’être humble. Notre travail, c’est de les aider à comprendre notre offre. Désormais, nous avons deux personnes sur le secteur de la location afin de leur présenter les véhicules. C’est à nous de mettre à jour les connaissances qu’ont les loueurs au sujet de nos véhicules. Nous devons combattre la facilité qu’ont les loueurs à se tourner vers les marques qu’ils connaissent déjà.

KMS : Quel est le positionnement de Chevrolet sur le marché des entreprises ?
- L.D. : Il s’agit d’offrir un plus aux collaborateurs. Les gens qui roulent en Chevrolet sont fiers de rouler dans le véhicule d’une marque qui porte une vision entrepreneuriale et optimiste ainsi qu’une image américaine. Cela permet de toucher des entreprises et d’entrer dans certaines car-policies. Chevrolet commence offrir une différenciation et une valeur de marque importante. En ce qui concerne les ventes aux entreprises, nous sommes encore dans la phase de construction. Nous en tirons profit à partir de ce début d’année 2013. Nous récupérons ainsi le fruit de notre travail pour favoriser les valeurs résiduelles et positionner la marque.

KMS : Comment mieux faire connaître la marque ?
- L.D. : La notoriété spontanée de Chevrolet est de 4 à 5 points inférieure à celles des grandes marques généralistes. Notre objectif premier est donc de mieux faire connaître la marque. Notre démarche commerciale vise les TPE et les PME mais également les grandes entreprises. Par ailleurs, nous pouvons bénéficier des accords mondiaux signés entre General Motors et certaines grandes entreprises internationales pour leurs véhicules.
Ce travail est en cours. Nous avons déjà signé avec une ou deux entreprises dont la car-policy s’est ouverte depuis le début de l’année. Je suis dans une démarche à long terme.

KMS : Quel rôle joue le réseau dans les ventes aux TPE ?
- L.D. : Dans les concessions les plus importantes, il existe une personne qui va être l’interlocuteur de l’entreprise cliente. Sur la plupart des sites qui sont multimarques, on s’adapte à la configuration des entreprises. Nous épaulons la personne qui suit les ventes aux entreprises avec des formations, des outils concernant la fiscalité, des outils de mailing.
Mais le plus important est de répondre aux fondamentaux de la promesse en matière de produit, d’entretien et de maîtrise des coûts. Pour cela, les Chevrolet sont garanties trois ans et tous les concessionnaires proposent des forfaits d’entretien de un à trois ans. En matière de financement, nos produits de location avec option d’achat s’appuient sur GMAC Bank.

KMS : Le réseau couvre-t-il le pays de façon homogène et suffisante ?
- L.D. : Nous avons 170 points de vente et de service avec deux ouvertures récentes à Vannes et à Lorient. Quatre concessions importantes, à Cherbourg, Lons-le-Saulnier, Auxerre et Aix-en-Provence, ont été rénovées. Elles disposent d’un showroom dédié avec réception après-vente comprenant deux techniciens formés. Là aussi, notre stratégie est celle des petits pas. Il nous reste très peu de points à couvrir, à Valence, à Châteauroux. Et nous venons de nommer un concessionnaire au Havre.
Nous sommes également bien placés en région parisienne et tout particulièrement à Paris ou notre concession de la rue Falguière dispose de 300 m2 de salle d’exposition et d’un atelier d’après-vente entièrement vitré. Concernant le réseau, nous désirons croître un peu d’année en année.

Ludovic Dirand Chevrolet France

KMS : Avec de nouveaux produits à distribuer ?
- L.D. : Oui bien entendu. Nous lancerons quinze nouveaux véhicules dans les années à venir. Nous avons la chance de travailler pour la quatrième marque la plus vendue au monde avec plus de cinq millions de véhicules.

KMS : En conclusion, que dites-vous aux chefs d’entreprise ?
- L.D. : Je dis aux entrepreneurs que dans les gènes de Chevrolet, il y a un peu de cette Amérique l’on aime avec une vision optimiste de l’existence. Les périodes un peu difficiles comme celle que nous traversons actuellement sont les plus propices pour investir.

Propos recueillis par Bertrand Gay

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80