Publié le 18 décembre 2008 | par Rédaction

Les pick-up Mazda font partie du paysage automobile depuis de nombreuses années. Le dernier en date, le BT-50, possède de réelles qualités de franchissement mais son style commençait à dater un peu. Avec ce relookage, il retrouve une nouvelle jeunesse sans rien perdre de sa robustesse ni de son ancienneté de conception.

Comme de nombreux constructeurs japonais, Mazda possède un pick-up à son catalogue depuis de très nombreuses années. Le BT-50, dernier en date, qui est apparu il y a deux ans (étroitement dérivé du précédent modèle), commençait à accuser le coup du point de vue esthétique, surtout par rapport aux autres modèles de la gamme.

Du coup, Mazda a décidé de lui donner des gênes « Zoom-Zoom » comme l’affirme la publicité. Extérieurement, cela se caractérise avant tout par de nouveaux phares avant, plus larges et venant mordre sur le capot et les ailes, ainsi que par un bouclier redessiné. La calandre, avec ses barres chromées et son gros logo, vient compléter le dispositif.

mazda_bt-50_2006_exterior_02_screen.jpg

A l’arrière, les évolutions sont plus discrètes puisqu’elles ne concernent que les feux ainsi que la poignée de hayon de benne qui est désormais couleur carrosserie. Autre évolution, pouvant se remarquer davantage : l’introduction de versions bicolores.

L’intérieur reste inchangé

Si les modifications extérieures restent légères mais suffisent à donner un nouveau côté sympathique au pick-up Mazda, rien n’a évolué à l’intérieur mis à part de nouveaux tissus. On retrou-ve donc l’antédiluvien frein à main à canne ou encore le levier de vitesse au débattement aussi long qu’un jour sans pain.

mazda_bt-50_2006_interior_02_screen.jpg

Quant à la précision de sélection, elle revient à chercher un verrouillage dans un sac de guimauve. Cela n’empêche toutefois pas de conduire le BT-50, mais il faut bien avouer qu’il commence à accuser le poids des ans face à des concurrents plus modernes et au confort plus automobile.

Argument en faveur de cette conception ancienne et des plastiques assez quelconques utilisés pour l’intérieur : le BT-50 résiste à une utilisation intensive et un entretien proche de l’oubli absolu. C’est du costaud et c’est fait pour durer.

C’est aussi le cas des suspensions qui font appel à une suspension avant à double triangulation avec amortisseurs et à l’arrière des ressorts à lame et amortisseurs. Même si les lames des ressorts ont été allongées pour améliorer leur force d’amortissement et accepter une charge plus importante, ce train arrière génère de nombreux sauts et soubresauts dès que la route n’est plus parfaitement revêtue.

BT-50_chassis1__jpg72.jpg

Autant dire que le conducteur et son ou ses passagers sont soumis à d’incessants coups de raquette en provenance du train arrière, surtout à vide. Les choses rentrent un peu dans l’ordre en charge. La charge a aussi le mérite de mettre fin à certains mouvements d’oscillation entre le train avant et le train arrière sur route bosselée. On l’aura compris, le BT-50 est fait pour travailler et s’apprécie davantage en charge qu’à vide.

Un vrai franchisseur

Si ces suspensions génèrent un comportement routier quelconque sur route ou autoroute, les choses s’améliorent dès que le rythme devient paisible et que les pneumatiques quittent le bitume pour les chemins de traverse. Le BT-50 prend alors toute sa dimension.

Il suffit de passer en quatre roues motrices (le blocage et le déblocage se fait automatiquement via le levier de sélection de gammes de vitesse pour le blocage et un bouton au tableau de bord pour le déblocage du train avant) et de se laisser conduire avec le couple important (330 Nm à 1 800 tours/minute) du quatre cylindres 2.5 l turbo diesel à injection directe par rampe commune.

mazda_bt-50_2006_engine_01_print.jpg

Ce moteur est d’ailleurs parfaitement taillé pour le franchissement, puisque sa puissance maximale est de 143 ch à 3 500 tours/minute.
En franchissement, le BT-50 peut donc compter sur son moteur puissant et plein de couple, mais aussi sur une garde au sol de 207 mm à vide, ainsi qu’une gamme de vitesse courte. Ses angles d’attaque et de sortie sont de 33° et 34° pour un angle ventral de 22°.

De quoi franchir des zones périlleuses sans souci. Dans ces conditions difficiles, les suspensions qui, sur le bitume s’avéraient peu à leur aise, permettent de passer partout grâce à leurs grands débattements.

Une gamme complète

Le Mazda BT-50 existe en quatre versions de carrosserie (châssis cabine, simple cabine, Freestyle et double cabine) et en deux transmissions (4×2 et 4×4). La première est étroitement dérivée de la version simple cabine et permet l’adaptation de multiples carrosseries, comme une benne basculante ou un appareillage de dépanneuse.

BT-50_still18_DC__jpg72.jpg

La version simple cabine ne dispose que de deux places mais, en contrepartie, ses capacités de chargement sont très importantes. Le plateau arrière mesure sur cette version 2 280 mm de long pour une largeur de 1 456 mm. Quant à la charge utile, elle atteint 1 219 kg.

La version Freestyle est équipée d’une cabine approfondie avec deux places d’appoints à l’arrière et de portes antagonistes pour faciliter l’accès. La dimension de la benne est de 1 753 mm de long pour une largeur identique à la précédente version. En revanche, la charge utile n’est plus que de 1 030 kg. Soit quarante kilos de plus que celle affichée par la version double cabine cinq places.

Cette dernière dispose de quatre portes classiques, mais la récupération de TVA est quasiment impossible sur cette version. La dimension de la benne est de 1 530 mm de long pour 1 456 mm de large.

Un vrai outil de travail

Avec son BT-50, Mazda propose un pick-up taillé pour le labeur. Si son design intérieur, sa finition et son confort sur route sont quelconques, ses réelles capacités de franchissement et sa robustesse en font un allié de taille dans le cadre de votre travail quotidien.

guillaume geneste


CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

– Motorisations :
2.5 CD
2 499 cm3,
143 ch à 3 500 tours/minute,
33 mkg à 1 800 tours/minute,
Conso. moyenne :
8,5 l (4×2)/8,9 l (4×4) /100 km
Vitesse maxi :
170 (4×2)/159 (4×4) km/h

– Dimensions :
L x l x h :
5 075 mmx1 805 mmx1 745 mm
Empattement : 3 000 mm
Longueur utile :
2 280/1 753/1 530 mm
Hauteur benne : 465 mm
Largeur utile maxi : 1 430 mm
Charge utile : 1 219/1 030/990 kg

– Principaux équipements

* Pro : double airbags, direction assistée, volant réglable en hauteur, condamnation centralisée, vitres AV électriques, rétroviseurs électriques, différentiel à glissement limité.

* Fighter : Pro + ABS, airbags latéraux, climatisation, verrouillage centralisé à télécommande, vitres AR électriques sur double cabine, rétroviseurs dégivrants, prise audio MP3, autoradio avec chargeur CD, sièges chauffants, volant et pommeau de levier de vitesse en cuir, jantes alliages 16’’, antibrouillards.

À partir de : 19 649 € HT.

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...