Publié le 7 septembre 2022 | par Axel Ekman

Le Qashqai e-Power vient relancer l’iconique SUV nippon de troisième génération. Pas tout à fait un véhicule électrique, pas un PHEV non plus… mais peut-être bien le chaînon qui manquait !

“Générateur thermique”, c’est le nom que les ingénieurs Nissan ont donné au moteur essence de 158 ch qui fournit son énergie à un convertisseur… alimentant à son tour soit le moteur électrique de 190 ch, soit la petite batterie de 1,97 kWh, soit les deux en même temps. Il fallait y penser, et surtout pouvoir dégager un rendement suffisant pour tenter de contenir la consommation en carburant de l’unité thermique. C’est pourquoi les motoristes ont imaginé un astucieux dispositif de compression variable visant à adapter le régime de combustion au mode de conduite et au profil de chargement de la batterie. Un système parfaitement intégré au Qashqai troisième génération, construit sur la plateforme CMF-C conçue par l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi pour l’ère électrique.

La bonne transition ?

Au volant de la version e-Power, point de surprise. Quelques commandes ont été ajoutées, comme le mode de conduite “e-pedal” qui, dès les premiers instants d’une décélération, génère un freinage progressif augmentant la régénération de la batterie. Pour le reste, on retrouve un SUV intelligemment conçu et bien équipé, dont le niveau de finition s’est amélioré. En conduite, les sensations sont celles produites par un véhicule authentiquement électrique, le moteur synchrone à courant alternatif fournissant instantanément son couple au train avant via une boîte automatique. Nissan a mis au point un dispositif de neutralisation sonore du bruit émis par le moteur à essence dont l’efficacité est réelle, ce qui encourage l’idée que l’on est à bord d’un VE. Les accélérations sont franches et la tenue de route bien maîtrisée. Le confort général est cependant perfectible, entre une suspension un peu ferme et des sièges pas spécialement moelleux. Côté consommation, un parcours varié typé urbain, réalisé à vitesse contenue, a fait apparaître une consommation de 5,8 l/100 km. On imagine qu’un déplacement sur nationale et/ou autoroute fera sensiblement grimper cette valeur… mais cela doit être vérifier. Reste que l’on peut compter sur une importante autonomie qui s’échelonne de 700 à presque 1000 km – sans oublier que l’on s’arrête à une pompe et non à une borne. Cependant, malgré un tarif intéressant, on observe que cette hybride ne parvient pas à descendre sous la barre des 100 g de CO2 (119 g pour la version Business). Elle manque ainsi de peu le seuil d’exonération de la TVS (3 ans), mais l’addition (190 €) reste supportable.

Axel Ekman

Fiche Technique :

  • Moteur : 3 cylindres 1,5 l essence
  • Puissance th/élec : 158/190 ch
  • Couple th/élec : 250/330 Nm
  • Vitesse maxi : 170 km/h
  • Boîte : Automatique
  • Consommation constatée : 5,8 l/100 km
  • Émissions CO2(WLTP) : 119 g/km
  • TVS : 190 €
  • Prix : 39 200 €

Yvan Segal : « Les automobilistes vont consommer l’automobile différemment" Pour Renault, la valeur ne passe plus forcément que par la production et la vente de véhicules mais également par les services et la gestion sur to…

Lire la suite
edito

Le Haut de gamme ne s’est jamais aussi bien porté. C’est le cas de le dire. L’offre, la richesse des motorisations électriques, hybrides, essence, diesel et Le SUV qui y tient une part importante. Mais le vrai Haut de gamm…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...