Publié le 2 novembre 2011 | par Rédaction

Le constructeur indien Tata continue de dépoussiérer ses acquisitions Jaguar et Land Rover. Après la Jaguar XF, voici le Range Rover Evoque ! Un SUV inédit qui démontre une nouvelle fois tout l’attrait que Tata porte aux entreprises.

Après la cabale subie il y a quelques années, la catégorie SUV voit aujourd’hui ses ventes explosées grâce au développement de plusieurs modèles. Audi propose, par exemple, une large gamme avec les Q7, Q5, Q3 et bientôt Q1 ! Face à ce succès, Land Rover, historique constructeur de tout-terrain, lance le petit Range Rover Evoque… issu du concept LRX. La marque profite également de ce lancement pour préciser que dorénavant les véhicules badgés Range Rover devront être considérés comme « premium » parmi les modèles Land Rover.

Un design accrocheur

Lors de la présentation en 2008, le concept LRX avait largement séduit. Pour les ingénieurs, la gageure était donc de préserver cette ligne pour le véhicule définitif tout en l’adaptant à un usage quotidien où il est souvent difficile de conjuguer pratique et esthétisme. Après trois ans de développement, le résultat se nomme Evoque et paraît bien né… vu les regards insistants que nous avons observés pendant l’essai.

Avec l’Evoque, Range Rover offre un nouveau style à la catégorie SUV. La face avant se veut massive, le profil est plutôt fuyant avec une ligne de pavillon plongeante et des petites vitres, l’arrière avec un becquet et des sorties d’échappement profilées rend la « bête » plutôt agressive. Mais bon, comme tout est question de goût et couleur, à vous de juger !

Signalons quand même que ce design ne pénalise pas les capacités tout-terrain ni l’habitabilité de l’Evoque. Sur ce dernier point, les passagers avant et arrière disposeront en effet d’un espace plus que confortable. Seul bémol dans le coupé, un accès pas très aisé aux places arrière. Si vous êtes amené à transporter des clients, optez sans hésiter pour la version cinq portes.

Un moteur polyvalent et séduisant pour les entreprises

En implantant le diesel 4 cylindres de 190 ch, Land Rover a tranché entre histoire et intérêt commercial. Les puristes regretteront ainsi l’absence d’un V6 ou d’un V8 mais les entreprises toujours en recherche de modèles émettant le moins de CO², apprécieront ce choix moins noble. Sur le papier, le 2.2, conçu par PSA et Ford, est annoncé avec une consommation de 6.5 l/100 km (cycle mixte) et des émissions de CO² de 174 g/km soit un malus environnemental de 750 euros. Et si ce taux est encore trop élevé, attendez début 2012, l’Evoque sera commercialisé avec un moteur diesel de 150 ch et… sans transmission intégrale.

Range_exterieur_jaune.jpg

Toujours étant que pour le moment, le SD4 distille, toujours sur le papier, des performances correctes avec un 0 à 100 km/h abattu en 8,5 s et une vitesse maxi de 195 km/h. Pour un usage quotidien pas de problème donc surtout que le couple de 420 Nm dès 1750 tr/min offre un bon confort pour le conducteur.

En revanche, les amateurs de sensations resteront frustrés. L’Evoque, à cause de ses montées en régime très linéaires, donne l’impression de ne pas accélérer ! Dommage car avec une puissance de 190 ch, on s’attendait tout de même à recevoir quelques frissons mêmes petits malgré les 1685 kg.

Des qualités sur et hors route !

Passé cette déception du moteur, l’Evoque, en configuration « normale », se révèle en revanche étonnant au niveau du comportement routier. C’est simple, son dynamisme le place directement comme une référence parmi les Audi et BMW pourtant pas manchot sur ce plan. Sur les petites routes galloises, la fermeté des suspensions absorbe efficacement bosses et trous et permet d’enchaîner les virages sans ce roulis si désagréable et typique des SUV.

La direction suffisamment précise couronne ce bilan positif… tout juste entaché par une boîte de vitesses automatique à 6 rapports mollassonne. Mais encore une fois, si vous vous contentez de rouler paisiblement aux limitations de vitesse, cette boîte vous conviendra.
Reste qu’un Range Rover est avant tout attendu sur ses qualités de franchissement. Un terrain de jeu sur lequel les propriétaires de SUV se font rares mais l’histoire de Land Rover est pavée de performances en tout-terrain. Or après de multiples passages dans des pentes raides très boueuses et même dans des gués d’eau, je vous confirme que les ancêtres de l’Evoque peuvent être fiers du dernier-né de la famille.

Range_exterieur_rouge.jpg

La technologie n’est plus la même mais l’Evoque est bel et bien un crapahuteur qui « grimpe presque aux arbres ». Presque ? En effet, l’Evoque peut, en situation extrême, s’avouer vaincu car il ne possède ni blocage de différentiel ni boîte de rapports courts. Cependant, la garde au sol surélevée de 21 cm, l’aide à la descente, le système Terrain Response (route, boue, neige, sable…), etc permet à n’importe quel néophyte de se prendre pour un baroudeur. Pour faire simple, sachez qu’en haut d’une descente vertigineuse, il suffit juste au conducteur de presser un bouton sur la console centrale et les multiples aides de l’Evoque feront tout le reste… sauf tourner le volant.

Prestations et tarifs

Après ces louanges, certains s’interrogent sans doute sur le montant de la facture. Une question légitime car le premier tarif du Range Rover Evoque se monte à 32 900 euros… en transmission 4×2 ! Mais attention, contrairement à ses principaux concurrents allemands, le niveau d’équipements de série est assez riche. Ainsi l’entrée de gamme, nommée Pure, dispose de la climatisation automatique bi-zone, d’une sellerie cuir sur assise et dossier, d’un volant multifonction, d’un autoradio CD MP3, d’une alarme, de rétros et vitres électriques, d’un radar de recul, de sept airbags sans oublier bien sûr les aides à la conduite et un système Stop and Start.

Bref de quoi contentez normalement une clientèle tatillonne surtout si vous ajoutez une finition digne de l’image Range Rover. Le cuir et les plastiques « mous » sont par exemple de très bonnes qualités. De même, l’assemblage des éléments de la planche de bord ou encore de la console centrale ne souffre d’aucun défaut. Sans oublier quelques accessoires, comme la commande de la boîte de vitesses automatique, provenant de chez Jaguar.

Range_exterieur_interieur.jpg

Enfin si vous désirez plus d’équipements, vous pourrez vous tournez vers les deux finitions supérieures, Dynamic et Prestige, et une liste d’options abondantes. Car à l’image de la Fiat 500, le Range Rover Evoque peut se personnaliser en alliant par exemple des couleurs de carrosserie et de sellerie spécifiques. Une politique commerciale efficace d’après Land Rover puisque les premiers clients, souvent dépensiers, se sont retrouvés avec un prix final moyen de 52 000 euros. Notre modèle d’essai, le Range Rover Evoque Coupé 2.2 SD4 190 ch 4×4 Prestige (BA6) était, par exemple, affiché à 49 800 euros.

Au final, le Range Rover Evoque est une véritable réussite car il allie parfaitement la modernité impérative du XXI siècle et la tradition de Land Rover. Objectivement, les qualités routières et tout-terrain sont de premier niveau. Seul le moteur diesel 4 cylindres manque un peu de souffle et de noblesse. Mais bon économiquement, les professionnels, que vous êtes, trouveront leur compte. Alors si vous souhaitez donner une image moderne à votre entreprise et changez des sempiternels SUV allemands, n’hésitez pas ! Sachez ainsi que pour environ 49 000 euros, BMW commercialise le X3 Xdrive2.0d Sport Design avec nettement moins d’équipements.

Benoît Le Floc’h

Fiche technique Range Rover Evoque 2.2 SD4 190 ch

Cylindré : 2179 cm3
Puissance : 190 ch à 4000 tr/min
0 à 100 km/h : 8,5 s
Vitesse max : 195 km/h
Consommation (cycle mixte): 6,5 l/100 km
Emissions de CO2 : 174 g/km (malus : 750 euros de malus)
Tarifs : à partir de 32 900 euros

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...