Publié le 3 juin 2013 | par Rédaction

Autant le dire immédiatement, les passionnés de la Clio RS troisième génération ne reconnaîtront plus leur bolide avec cette nouvelle mouture.

La dernière Clio RS s’est en effet assagie. Attention elle n’est pas moins efficace, elle est juste plus adaptée au quotidien. Un choix stratégique assumé par Renault qui considère qu’une sportive un peu trop extrême, notamment au niveau du confort, limite forcément le nombre d’acheteurs.

Pour les ingénieurs, le défi pour cette quatrième génération était donc de trouver le bon compromis entre efficacité et confort… ou comment créer une GT plutôt qu’une GTI. La première recette a été de changer l’ancien moteur 2.0 atmosphérique de 203 ch dont le couple de 215 Nm était perché à 5500 tr/mn par un 1.6 turbo de 200 ch délivrant 240 Nm à 1750 tr/min.

Renault_Clio_RS_43824_global_fr.jpg

Au quotidien, la puissance est donc beaucoup plus disponible et exploitable. Les montées en régime beaucoup plus linéaires minimisent en revanche les sensations d’accélération.

Moins extrême

Deuxième recette, implanter la boîte à double embrayage maison EDC ainsi que des palettes au volant pour faire « compétition ». Mais en pratique rien ne vaut une bonne boîte de vitesses manuelle où les passages de rapports ne sont pas verrouillés par un boîtier électronique.

Troisième recette, rendre la Clio RS plus discrète. Les ailes gonflées de la précédente génération ne sont plus. Aujourd’hui, la version sportive de la citadine de Renault joue la sobriété en arborant boucliers spécifiques, double sortie d’échappement, jantes alliage de 17 ou 18 pouces, diffuseur arrière et becquet en haut du hayon. Pour séduire sa clientèle de sportifs, Renault propose néanmoins un châssis Cup (400 euros en option) qui offre notamment un tarage des suspensions 15 % plus ferme.

Au final, la dernière Clio RS est clairement plus sage que l’ancienne mais sans perdre de sa vélocité. Entre la troisième et ma quatrième génération de RS, le pilote d’essais maison nous a ainsi confié qu’il avait gagné 1 seconde sur son temps au tour avec les mêmes conditions météorologiques. Côté efficacité, rien à redire donc. Alors est-ce que ce caractère efficace « aseptisé » et le tarif de 24 990 euros sauront séduire un grand nombre de clients ? Les ventes le diront.

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...