Publié le 16 octobre 2012 | par Rédaction

C’est sur les routes de Bretagne, entre la gare de Rennes et le port de Lorient, où la Volvo Océan Race faisait étape, que le constructeur suédois nous a invité a essayer la nouvelle V40. Cette compacte aux allures de break est destinée à devenir le fer de lance de la marque sur le marché français.

Arrivés à destination, nous avons pu visiter le village de la Volvo Océan Race et le bateau d’entraînement de Franck Camas qui venait de virer en tête dans le Morbihan et a depuis gagné la compétition.

Volvo V40 Poste conduite

Volvo V40 Poste conduite

Si Volvo a repris à Withbread l’une des courses autour du monde à la voile les plus exigeantes du monde, c’est pour se faire mieux connaître et changer son image. La marque sino suédoise est fière d’être citée pour sa fiabilité et ses qualités sur la sécurité active mais elle aimerait aussi se construire une image plus dynamique. Si cette course peut avoir cet effet pour Volvo très bien, mais voyons si leur nouvelle née, la V40, va dans ce sens.

Une belle allure

La première V40, sortie dans les années 90, était la version Estate de la S40. La nouvelle reprend le V (pour versatility) mais n’a presque plus rien d’un break si ce n’est son allure générale. Celle-ci est d’ailleurs dans la lignée de toutes les dernières Volvo, plus dynamique et plus agressive que dans le passé mais moins logeable. Le capot en V reste la signature de la marque. Il est souligné par des phares en forme de lames qui accentuent le profil de squale de la voiture.

Volvo V40 Stationnement

Volvo V40 Stationnement

Le décrochement arrière rappelle la légendaire P1800 et le hayon semi hexagonal s’inspire de la C30. Plus courte qu’elle n’y parait (4m37), large (1m80), basse (1m44), la V40 laisse espérer des performances routières intéressantes.

Et en effet, assise sur une plateforme qui a fait ses preuves, celle de la Ford Focus de troisième génération, sur le macadam la V40 ne nous a pas déçu. Nous avons choisi d’essayer en priorité un modèle fait pour vos entreprises, le D2 115 chevaux qui était disponible en finition Momentum et équipé d’un pack Business. Que ce soit sur les petites routes qui traversent la forêt de Brocéliande ou sur les voies rapides bretonnes, la V40 s’est montrée convaincante tant en termes de tenue de route que de performances moteur.

Volvo V40 vue arrière

Volvo V40 vue arrière

Pour ne rien gâcher, la V40 nous a surpris par son silence. Non seulement, il semblerait indécent de demander plus à un véhicule qui annonce consommer 4 litres au cent en cycle mixte et produire moins de 100 grammes de CO2 au kilomètre, mais même en faisant abstraction des économies réalisées, l’agrément de conduite est au dessus de la moyenne des berlines du segment.

La performance moteur n’a certes rien de comparable avec celle du D4 que nous avons aussi pu conduire. Mais ce dernier dispose de 5 cylindres en ligne tirés par 177 chevaux et sa consommation, bien que toujours raisonnable s’en ressent (4,3 litres/100km) et ses émissions de CO2 aussi (114 grammes/km). En outre, hors accessoire, la D2 sera accessible à partir de 24 980 euros en finition de base (Kinetic) alors que la D4, qui n’est disponible que dans les niveaux de finitions supérieures, ne vous coûtera pas moins de 30 100 euros toute nue.

L’accastillage…

La V40 est déjà bien équipée de série : limiteur de vitesse, volant réglable en hauteur et en profondeur, ordinateur de bord… Mais c’est bien sûr du côté de la sécurité, Volvo oblige, que les équipements sont pléthoriques : aux airbags conducteur et passager à déclenchement différenciés, s’ajoute un nouvel airbag de genoux pour le conducteur et surtout en première mondiale un airbag piéton qui, allié au système city safety, se déploie sur le haut du capot pour amortir le choc d’un corps et surtout d’une tête sur le pare brise.

Faute de volontaire parmi nos confrères nous n’avons pas pu le tester, Mais puisque 13% des morts en occident semblent être des piétons, on peut supposer que cette nouvelle innovation n’a rien d’un gadget,
Même si l’équipement de base est pléthorique, quelques options ne devraient pas être oubliées et principalement la camera et le radar de recul. Car si son aspect ramassé est pour beaucoup dans l’allure de la Volvo V40, il faut bien imaginer que ce n’est pas sans conséquence en termes de visibilité et de luminosité.

V40_crash_test_1_5.jpg

Si, lorsqu’on pénètre dans l’habitacle de la V40 on est d’abord séduit par une finition sobre mais chic, on est un peu décontenancé quand on se tourne vers l’arrière. Tout à coup, la voiture ressemble à un petit tunnel : la visibilité à travers la lunette arrière est à peu près nulle. Bien sur, L’option sur-teintage des vitres arrière à 350€ est à proscrire absolument. Il faudra d’ailleurs que quelqu’un nous explique en quoi cette manie, des vitres noires, qui defigure, surcharge, enlaidi, la ligne de nos voitures et détruit l’agrément à bord des passagers a-t-elle un intérêt?

Née au moyen orient, cette manie du sur-teintage sur les voitures sans climatisation ferait il des ravages chez le designer automobile branché ? Pour une fois, la caméra de recul ne parait pas futile, même lorsqu’il ne s’agit que d’effectuer une simple marche arrière en sortant d’une place de parking. Et heureusement que sur la version que nous avons essayée la caméra était doublée d’un radar, car un véhicule sur le côté restait absolument invisible à l’écran ! Bref si vous avez un créneau à faire, priez pour que l’électronique ne vous lâche pas.

Ceci étant dit, l’intérieur de la V40 réserve d’autres surprises plus ou moins utiles et plus ou moins attractives selon les goûts. Si j’ai personnellement à peine remarqué le design révolutionnaire du levier de vitesse, j’ai été assez séduit par le très beau rétroviseur dépourvu de cadre. Le tableau de bord électronique propose trois thèmes d’affichage que nous n’avons pas vraiment eu le temps de comparer. Disons en tous cas que pour un affichage électronique, ça reste exceptionnellement lisible.

V40_air_bag_pieton_1_5.jpg

L’habitabilité à l’avant de la V40 est bonne et à l’arrière vous ne vous sentirez pas mal, à moins d’installer deux « grands formats » l’un derrière l’autre. Décidément, la V40 n’est pas un break !

On le vérifiera encore une fois en observant la taille du coffre dont le volume n’est que de 335 litres à comparer par exemple avec celui de la nouvelle Mégane Estate qui annonce en configuration minimum 524 litres.

Mais c’est plutôt à la BMW Série 1 et à l’Audi A3 que la V40 veut faire concurrence. Et, de notre point de vue, elle a sûrement les armes de séduction et de raison pour y arriver.

La V40 est arrivée chez les concessionnaires et ce beau mois de septembre mériterait une virée vers l’Océan avec elle.


En chiffres….

– EQUIPEMENT : V40 D2 Momentum Business
– PUISSANCE MAXI : 115 CV à 3600 Tr/mn
– POIDS A VIDE : 1282 kg
– V.MAX : 190 km/h
– CONSO. NORMES : 3,4 l/ 4l/ 3,6 l
– EMISSIONS DE CO2 (cycle mixte) : 94g/km
– TVS (EN EUROS) : 188 €
– PRIX TTC (EN EUROS) : 28 500 €

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...