Publié le 29 septembre 2008 | par Rédaction

La nouvelle Mazda 6 progresse en habitabilité et en qualité de présentation, mais surtout conserve son tempérament incisif. Elle est aussi
plus sobre…

Si la gamme Mazda puise volontiers dans la banque de composants du groupe Ford, le constructeur nippon se garde bien de céder à la facilité du copier-coller façon cross-badging. Non seulement Mazda poursuit le développement de produits “typiquement maison” comme son mythique roadster MX-5, ou de technologies peu banales comme le moteur rotatif qui équipe l’étonnant coupé RX-8, mais, même ses modèles plus classiques, berlines ou monospaces, affirment une réelle spécificité. moyer_mazda6.jpg Une berline très “modulable” Ceux qui aimaient l’ancienne “6” pour son comportement routier ne seront pas déçus, puisque le nouveau châssis est en fait une évolution du précédent et ne cède rien sur le terrain du dynamisme. Il progresse en empattement (de 6 cm à 2,725 m) sans prendre trop d’embonpoint (une trentaine de kilos). Ces 6 cm profitent à l’habitabilité, notamment aux passagers arrière, mais aussi au volume coffre qui revendique 510 litres. À ce propos, c’est une cinq portes, et le système “Karakuri” de banquette arrière rabattable 60/40 est tout simplement génial. Un doigt, une seconde pour disposer de 1700 litres et d’un plancher plat ! Si les bagages sont bien traités les passagers aussi. En dépit de son tempérament incisif, la Mazda 6 assure un confort de bon aloi. On trouve aisément la position idéale de conduite pour abattre du kilomètre sans rechigner, au moins dans la version Elégance qui se contente judicieusement de jantes de 17 pouces. Conduite plaisir mais à 147 g Le diesel Mazda 2.0 CD n’est désormais proposé qu’en version 140 ch. Avec un couple de 33,5 mkg, ce 2.0 CD 140 assure à la Mazda 6 beaucoup de disponibilité pour des reprises et des accélérations franches. Les 100 km/h sont atteints en 10,4” sans souci de motricité. On se laisse volontiers tenter par une “conduite plaisir” d’autant que les suspensions assurent des appuis fermes en virage, que l’ESP est livré en série sur tous les niveaux d’équipement et que le freinage ne manque pas de mordant. Ce nouveau moteur de 140 ch fait un sensible progrès en émissions, puisqu’il arrive à 147 g (contre 165 g pour les anciennes versions 120 et 143 ch). Mais c’est encore 7 g de trop pour être idéalement placé dans les entreprises, même si la TVS descend à 10 euros/g au lieu de 15 et si l’on s’affranchit du malus. Mazda pourrait peut-être tenter, comme le cousin Ford, un traitement façon Econetic, car 7 g, cela ne semble pas impossible à “gratter”, éventuellement avec des pneumatiques moins spectaculaires. Le budget d’utilisation comme véhicule d’entreprise gagnerait 770 euros/an (ou plus exactement éviterait de les perdre). Un équipement (trop ?) packagé Hormis ce souci de taxe, la Mazda 6 est économiquement compétitive, puisque dès le premier niveau Elegance (à 25.300 euros), l’équipement va bien au-delà du nécessaire. Outre l’ESP déjà cité s’ajoute l’antipatinage et l’aide au freinage d’urgence, des feux et essuie-glace automatiques, des antibrouillards, une climatisation automatique bi-zone, un régulateur d’allure, des rétroviseurs rabattables électriquement, une radio MP3 à changeur six CD, un ordinateur de bord et un volant multifonctions qui gère le système audio, la climatisation, l’ordinateur… Il existe une version Sport à 28.100 euros, avec phares bi-xénon, système Bluetooth, radars de stationnement AV/AR, indicateur de pression des pneus, mais aussi baquets, becquet, vitres arrière sur-teintées, etc. moyen_interieur_626.jpg Le niveau Performance propose en plus la sellerie cuir, la navigation, le toit-ouvrant électrique et des sièges avant électriques (avec mémoire conducteur). C’est motivant, mais cette dotation supplémentaire de confort douillet s’ajoute bizarrement à la version Sport, et non directement à l’Élégance, soit 31.600 euros au tarif ! En chiffres MODELE 2.0 MZR CD PERF. MOTEUR 140 ch – 33,6 mkg CONSO. Moyenne essai 7,3 CONSO norm. 6,7/5,0/5,6 CO2/TVS 147 g/1.470 euros PRIX TTC 25.300 euros (Elegance)

Documents joints

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...