Publié le 24 juillet 2018 | par Rédaction

La Classe C est l’un des piliers majeurs de l’offre Mercedes. Déclinée en quatre versions de carrosserie, cette gamme offre un large choix de motorisations. De quoi trouver son bonheur.

C’est le modèle le plus vendu chez Mercedes, et c’est aussi – dans le secteur des berlines et des breaks – la meilleure arme contre les adversaires nationaux, comprenez BMW et Audi.

mercedes_classe_c_face_avant.jpg

Positionnée sur un segment mélangeant de façon très complexe les notions de performance, de confort, d’image, d’équipement et de budget, la Classe C subit aujourd’hui un “facelift” nécessaire à sa relance sur le marché.

Esthétiquement d’abord, le bureau de style de Mercedes s’est employé à retravailler les pare-chocs avant et arrière, les calandres, tout comme l’ensemble des optiques. Simplifiées par rapport à la version précédente, les lignes actuelles n’en sont pas moins expressives et fortement identitaires. Pareil pour l’intérieur où le principal changement intervient sur le dimensionnement de la dalle centrale (écran haute résolution de 10,25”) et l’ergonomie du volant.

Les cotes n’ont pas été modifiées, qui autorisent une bonne habitabilité aux quatre places et libèrent un volume utile non négligeable (480 l pour la berline, 490 l pour le break ad minima). Bien sûr, l’ensemble est servi par une qualité de finition de très bon niveau.

mercedes_classe_c_poste_de_conduite.jpg

Offre moteur simplifiée

Dans la catégorie diesel, Mercedes a pris le parti de se séparer du moteur d’origine Renault pour ne plus héberger qu’un seul bloc maison, décliné en deux cylindrées et cinq niveaux de puissance. Sous le capot des berline et break, on retrouve ainsi, dès maintenant, les modèles 200 d et 220 d, de respectivement 150 et 194 ch, le second étant disponible en transmission intégrale.

Dès septembre, l’offre s’enrichira des versions minimum 180 d (1,6 l et 122 ch) et maximum 300 d (245 ch) en quatre roues motrices exclusivement. Exception faite du modèle 180 d de 122 ch – version d’appel dans les domaines du tarif (38 000 €, 39 200 € pour le break) et de la TVS (114 g, 513 €) qui est la seule à bénéficier d’une boîte manuelle à 6 rapports – les rapports puissance/couple du reste de la gamme diesel permettent de tirer le meilleur profit des qualités dynamiques de la Classe C.

mercedes_classe_c_places_arriere.jpg

Ainsi, quelle que soit la nature de votre itinéraire – routes de campagne, zone urbaine, autoroute – vous conjuguerez sans peine confort de conduite (les nombreux réglages d’assise sont appréciables), agilité (les différents profilages de la suspension, de la direction et des lois de passages de la boîte auto à 9 rapports sont bien différenciés, du confort à la sportivité) et sécurité (les systèmes de vigilance et d’alerte, tout comme le freinage, sont de bon niveau). Sur route sèche ou sous des trombes d’eau, toujours à vive allure, la Classe C donne le sentiment de pouvoir avaler les kilomètres sereinement, sans jamais créer le doute.

Bons rapports prix/équipement

“Value for money” disent les Anglo-saxons. Cet idiome prend tout son sens dans cette catégorie de berlines et breaks. Afin de créer un appel d’air sur cette nouvelle Classe C, Mercedes a pris le parti d’ouvrir son offre Business à 38 000 € (180 d berline BVM6, 122 ch et 112 g) en proposant un avantage client de 4 450 € en équipements (caméra de recul, grande dalle centrale, détecteur d’angle mort, réglages dynamiques, sièges confort, réglages et suivi du véhicule à distance, etc.) qui vient s’ajouter à une dotation de départ tout à fait généreuse.

mercedes_classe_c_arriere.jpg

C’est pourtant vers les versions 200 d de 150 ch (44 000 € en berline et 45 200 € en break) et 220 d de 194 ch (47 500 € et 48 700 €) que les gros rouleurs regarderont, pour l’agrément et les reprises franches. Le modèle 300 d (245 ch et 500 Nm), grisant à conduire, se dotera sans doute d’un tarif très haut perché, doublé d’une TVS lourde à porter…

Axel Ekman

Résumé :
Classique dans sa livrée, littéralement indémodable, la Classe C offre du statut, de l’agrément et de la tranquillité. Bien sûr, on se tournerait volontiers vers la sportivité siglée AMG ou l’attactivité du cabriolet, mais la logique comptable désigne le conventionnel. Reste que l’offre moteurs – et donc la tarification et la fiscalité – permet des choix contrastés au sein d’un même parc. C’est tout l’avantage de rouler sur Classe C !

Mercedes Classe C 220 d berline “Business Line”
Fiche Technique :
Moteur : 4 cylindres
Puissance : 194 ch à 3800 tr/mn
Couple : 400 Nm de 1600 à 2800 tr/mn
Vitesse maxi : 233 km/h
Boîte : auto à 9 rapports
Consommation constatée : 6,8 l/100 km
Émissions CO2 : 117 g/km
TVS : 526,50 €
Prix : 47 500 €

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...