Publié le 14 décembre 2018 | par Rédaction

Pour répondre aux besoins grandissants de véhicules zéro émission pour la livraison du dernier kilomètre dans le cadre des restrictions de circulation dans les grandes villes, Mercedes a développé une version 100 % électrique de son Vito.

Mercedes en est persuadé : la solution la plus pertinente pour la livraison du dernier kilomètre « propre » passe par l’électricité. Le constructeur travaille sur plusieurs solutions et a prévu une électrification complète de sa gamme de VUL d’ici quelques années. Cela commence par le eVito, dont la commercialisation est déjà effective en Allemagne et le sera en début d’année prochaine dans l’Hexagone, puis par le eSprinter, qui n’en est encore qu’au stade de prototype roulant et, enfin, par le eCitan lors du renouvellement de ce modèle en 2020 – 2021.

mercedes_evito_arriere.jpg

Un « vrai » Vito

Extérieurement, rien ne distingue cette version 100 % électrique des autres Vito. Les plus perspicaces pourront remarquer l’absence de pot d’échappement, et c’est tout. D’ailleurs, Mercedes propose sa chaîne de traction électrique sur ses fourgons standards ou rallongés, tôlés ou vitrés et même en version transport de personnes 9 places. Le souhait de Mercedes est ainsi de proposer son fourgon électrique à un maximum d’entreprises « compatibles » avec la propulsion électrique. D’ailleurs, plus qu’un simple véhicule, Mercedes a réfléchit à un environnement global afin de permettre aux entreprises qui envisagent de passer à l’électrique si cela est pertinent ou pas.

mercedes_evito_batteries.jpg

Le constructeur a ainsi développé l’application eVan Ready qui permet aux utilisateurs de prendre en compte leurs conditions réelles d’exploitation et de savoir si les eVito sont adaptés ou non à l’entreprise. Par ailleurs, la solution eVans permet la remontée d’informations depuis les véhicules ou l’intégration d’une infrastructure de recharge intelligente autour de l’activité de l’entreprise afin d’offrir un TCO le plus attractif possible et ainsi éviter un maximum de déconvenues.

Un environnement connu

A l’ouverture de la portière, pas de grand changement à bord. Un eVito reste avant tout un Vito et adopte le même environnement, au tableau de bord près. En effet, comme sur tout véhicule électrique, celui-ci abandonne les compteurs et jauges classiques pour d’autres spécifiques qui permettent de suivre l’état de charge de la batterie ainsi que la consommation d’électricité. La position de conduite est bonne ; en revanche, les finitions restent dans la moyenne, sans plus et certaines finitions sont même indignes que la marque à l’étoile.

Une puissance confortable

Tous les eVito reçoivent la même batterie d’une capacité de 41,4 kWh offrant une autonomie d’environ 150 km. De quoi assurer, dans la vraie vie et en toutes circonstances, une bonne centaine de kilomètres par charge. D’ailleurs Mercedes s’engage sur ce chiffre vis-à-vis de ses clients après les nombreux kilomètres effectués par diverses sociétés européennes qui ont pu testé le véhicule au quotidien pendant plusieurs mois.

mercedes_evito_compteurs.jpg

Six heures de charge sont nécessaires pour recharger intégralement la batterie en l’absence de compatibilité avec la charge rapide en l’état actuel. Le moteur dispose d’une puissance de 84 kW (114 ch) avec un couple maxi de 300 Nm. Dans sa version standard, la vitesse maximale est de 80 km/h ; elle peut, selon le désir de l’acquéreur, être portée à 120 km/h, ce qui se fait naturellement au détriment de l’autonomie. La conduite du eVito est très facile et agréable. Il distille un agrément de conduite élevé, le tout dans un silence de fonctionnement impressionnant, comme toujours avec les véhicules électriques.

Les accélérations sont franches grâce à la puissance plus que suffisante, tant à vide qu’en charge. Le léger surpoids du véhicule ne perturbe ni la tenue de cap ni le confort qui restent très élevés. La vitesse maxi est facilement et rapidement atteinte. Grâce à une commande au niveau du volant, il est possible de gérer les différents modes de récupération d’énergie, avec des décélérations plus ou moins importantes. Après un court temps de prise en main, il devient possible de « jouer » avec ces différents modes pour obtenir la décélération souhaitée sans toucher à la pédale de frein, si ce n’est pour finir l’immobilisation du véhicule. Cela s’avère particulièrement efficace et pertinent en ville.

De vraies prestations utilitaires

Les batteries sont implantées dans le plancher du eVito, ce qui permet de préserver le volume utile, identique à celui des versions thermiques. La charge utile est elle aussi identique, le surpoids des batteries restant faible. Cela permet d’offrir jusqu’à 6,6 m3 utiles et une charge maxi de 1 023 kilos. Le prix de vente du eVito a été fixé à partir de 39 900 euros HT (batteries comprises) en Allemagne. Le prix n’a pas encore été fixé pour la France mais devrait lui aussi tourner aux environs des 40 000 euros, sans prise en compte des aides gouvernementales.

mercedes_evito_face_avant.jpg

Un véhicule réussi

Le eVito conserve les qualités du modèle thermique en y ajoutant un agrément de conduite élevé en ville. L’approche globale de Mercedes devrait permettre aux entreprises d’évaluer leur compatibilité avec ce nouveau mode de propulsion et éviter ainsi les déceptions.

Guillaume Geneste

FICHE TECHNIQUE : Mercedes eVito
Motorisations : Electrique
Batterie : 41,4 kWh
Puissance : 114 ch
Autonomie maxi : 150 km
Equipements de série : Direction assistée, airbags, ABS, ESP, antipatinage, aide au démarrage en côte, vitres teintées…
L x l x h : 5 140 / 5 370 x 1 928 x 1 910 mm
Longueur de chargement : 2 937 / 3 167 mm
Hauteur intérieure : 1 252 mm
Largeur intérieure mini : 1 270 mm
Volume utile maxi : 6,6 m3
A partir de : 40 000 € HT (estimation)

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...