Publié le 16 avril 2018 | par Rédaction

Mercedes vient de dévoiler la troisième génération de Sprinter. Sous un indéniable air de famille avec l’actuel modèle, le nouveau dissimule son lot de nouveauté : plus connecté, toujours aussi versatile, le Sprinter 2018 est désormais disponible en version traction. Une petite révolution pour l’Etoile.

Le nouveau Sprinter ne représente pas une grande évolution du point de vue du style. Une démarche volontaire de la part de la marque qui ne souhaite pas se détourner de sa clientèle historique. Le changement le plus important concerne le capot moteur, positionné plus à plat. Cela donne un air massif à la face avant, d’autant que la calandre est de taille imposante.

sprinter_planche_de_bord_06.jpg

Les phares sont plus fins que sur l’actuel modèle. L’ensemble des vitrages, portes, flancs latéraux et feux arrière ressemble énormément à ceux de l’actuel Sprinter ; cependant, seulement 30 % de pièces du précédent, principalement des pièces techniques, ont été conservées.

Vive la traction

Pour répondre à une concurrence très forte et élargir le spectre de clientèle de son modèle, Mercedes a développé une version traction de son Sprinter, une solution technique inédite sur ce modèle. Cette version traction du Sprinter soulevait beaucoup de questions ; à l’image de ce qui c’était passé avec le Vito, Mercedes allait-il choisir l’ensemble moteur-boîte Renault (celle du Master) ou développer sa propre solution. Finalement, les Sprinter traction adoptent le « petit » moteur maison (OM651), le 2.1 l turbo diesel proposé avec les deux plus faibles niveaux de puissance : 114 et 143 ch.

Les Sprinter traction sont accouplés en série à une boîte mécanique à 6 rapports et, en option, avec une boîte automatique à 9 rapports inédite. Ces versions tractions sont disponibles en fourgons (L1H1, L1H2, L2H1, L2H2) ainsi qu’en châssis-cabine simple (L1 et L2). Sur les fourgons, l’adoption de la traction permet de récupérer une cinquantaine de kilos au niveau de la charge utile, un volume utile supérieur de 0,5 m3 ainsi qu’un seuil de chargement abaissé de 80 mm.

Propulsion et 4×4

En plus de ces versions traction, le nouveau Sprinter reste disponible dans les précédentes configurations : propulsion et transmission intégrale. La gamme comprend alors toutes les dimensions de fourgons (du L1H1 au L4H3) et les châssis, simple et double cabine. Ces modèles sont équipés, au choix, du « petit » moteur OM651 en trois niveaux de puissance (114, 143 et 163 ch) ainsi que du V6 3.0 l de 190 ch. Ces mécaniques sont accouplées à une boîte mécanique à 6 rapports ou avec la boîte auto 7G Tronic déjà présente sur l’actuel modèle.

sprinter_profils_carrosseries_06.jpg

Enfin, une version 100 % électrique, le eSprinter, devrait apparaître sur le marché en 2019 (autonomie annoncée : 150 km). Tous les moteurs diesel font appel à l’Adblue pour répondre aux normes antipollution Euro 6 (VL) ou Euro VI (PL) selon la catégorie à laquelle ils appartiennent, les PTAC allant de 3 à 5 tonnes. Les nouveaux Sprinter bénéficient d’un réservoir d’additif de plus grande capacité (22 litres) et des espacements des révisions de 60 000 km / tous les deux ans pour les versions propulsion et 40 000 km / tous les deux ans pour les versions traction.

Nouvel intérieur

Dans l’habitacle aussi les choses changent avec une nouvelle planche de bord, plus proche, du point de vue dessin, du monde automobile. Quatre versions, de la plus simpliste sans aérateurs centraux ni autoradio à la plus sophistiqué avec large écran central tactile sont disponibles sachant que la première ne devrait pas être commercialisée en France. La version qui représentera certainement la majorité des ventes dans l’Hexagone devrait être celle de milieu de gamme avec un volant multi-fonctions, un système audio avec télécommande, des prises USB et 12 V ainsi qu’un volet sur la boîte à gants centrale.

sprinter_simple_essieu.jpg

A noter aussi les nombreux espaces de rangement et les deux larges porte-gobelets au niveau de la console centrale ainsi que les commodos classiques de part et d’autre du volant. Le Sprinter 2018 peut recevoir de très nombreux équipements de sécurité et de confort comme le démarrage mains libres, un système de caméras à 360°, un système de lave-glace intégré aux essuie-glaces ou encore des éclairages LED dans le compartiment de chargement, l’alerte de franchissement de ligne, le contrôle en cas de coup de vent latéral et le park assist. Enfin, les versions haut de gamme pourront bénéficier d’un système de navigation « intelligent » et d’un régulateur adaptatif avec radar.

Devenir fournisseur de solutions

Avec son nouveau Sprinter, et ses très nombreuses versions de fourgons et châssis (auxquels il est possible de rajouter la version tête tractrice sur base de fourgon traction), Mercedes entend passer du stade de « simple » constructeur a celui, plus ambitieux, de fournisseur de solutions de transport. Outre le véhicule en lui-même, cela passe aussi par le lancement de services pour les utilisateurs professionnels, comme le Mercedes Pro, une plateforme regroupant l’intégralité des services proposés par la marque : financement, mobilité individuelle ainsi qu’un système connecté offrant géolocalisation, remontée d’informations avec entretien prédictif, suivi et gestion de flotte, analyse du style de conduite…

sprinter_double_essieu.jpg

Un challenger de poids

En élargissant sa palette de configuration (plus de 1 700 variantes possibles selon Mercedes), le Sprinter réaffirme ses ambitions de rester un concurrent de taille dans le segment des utilitaires lourds. Avec ses mécaniques éprouvées, la stabilité de son style et son image de marque, ce nouveau Sprinter devrait rencontrer sa clientèle rapidement. Le lancement commercial est prévu pour juin.

Guillaume Geneste

FICHE TECHNIQUE
Motorisations : 4 cyl. 2 143 / V6 2 987 cm3
Puissance : 114 ch à 190 ch
Équipements de série : Direction assistée, cloison de séparation, airbags, ABS, ESP, antipatinage, aide au démarrage en côte, vitres teintées, régulateur / limiteur de vitesse (liste précise non encore déterminée)
Volume utile maxi : 10 à 17 m3
Charge utile maxi : NC
Longueur fourgons : 5 267 / 5 932 / 6 967 / 7 367 mm
Longueur châssis nus : 5 429 / 5 986 / 6 696 / 6 864
A partir de : 23 500 € HT (estimation)

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...