Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Haut de gamme > Chrysler Grand Voyager : Il fait son cinéma À l’intérieur

Chrysler Grand Voyager : Il fait son cinéma À l’intérieur

mardi 29 avril 2008, par François Nénin

Chrysler sort la version 4 du grand Voyager.
Mais cette fois-ci, contrairement aux superproductions américaines dont on ne change pas grand chose d’une version à l’autre, la firme américaine a innové dans de nombreux domaines. À commencer par le design.


Petite question quiz pour commencer cet article : qui est l’inventeur du monospace ? Renault ou Chrysler ? Appuyez sur le buzz… Et non, vous avez faux. Renault a sorti son Espace en 1984, mais Chrysler l’a devancé d’une année, même si le modèle américain a débarqué en 1987 en Europe.

Depuis, le monospace construit à Saint Louis, dans le Missouri, a été vendu à 12 millions d’exemplaires dans le monde. Cette version 4 d’un film qui n’a cessé de remporter des oscars dans les showrooms aura-t-elle, pour ce remake très particulier, son standing ovation ? À voir. Car d’abord, le look tranche totalement avec les lignes fluides et élancées de la précédente version. C’est une véritable rupture stylistique. La face avant partage beaucoup de caractéristiques avec la berline 300C : calandre et phares carrés.

Poursuivons le travelling. Ce monospace est le plus imposant du marché avec une longueur de 5,14 m (6 cm de plus par rapport à l’ancien). En revanche, il reprend les mêmes largeurs et hauteurs avec des mensurations généreuses (1,95 m de large et 1,75 m de hauteur. Le Grand Espace de Renault mesure 4,86 m, soit près de 30 cm de moins que le Chrysler, qui, contrairement aux anciennes versions, ne sera pas décliné en version courte.

Salle de cinéma

Mais ce qui ne se voit pas à l’extérieur se voit à l’intérieur. Et là, on se dit que le vrai luxe, c’est sans doute l’espace. Mais à l’Américaine…

Record de sa catégorie, le Grand Voyager fait 5,7 m3. Ce monospace de sept (vraies) places est effectivement conçu pour de grands voyageurs. La longueur aux jambes sur la rangée centrale est de 923 mm et de 808 à l’arrière. Il faut dire que l’empattement est de 3 mètres ! Mais surtout, la banquette arrière ne sacrifie pas le coffre qui reste malgré tout de 638 litres, auxquels il faut ajouter deux trappes situées sous la banquette du milieu. On est loin d’un Opel Zafira ! Et lorsque cette banquette est repliée, le coffre atteint le volume de 1936 litres.

Evidemment, la tentation est grande de faire le voyage à l’arrière de ce “jet” des autoroutes, plutôt qu’au volant. Des écrans de 8 pouces se déploient du plafond pour chaque rangée de sièges. Ainsi, il est possible de regarder un DVD via les casques infrarouges depuis la banquette du milieu et de jouer à la console de jeux à l’arrière. Et si toute la famille veut regarder le même film, le son peut être diffusé par les haut-parleurs.

Par contre, si l’on est “contraint” de conduire l’engin, le siège conducteur est extrêmement confortable. Mais la grande révolution réside dans le système “Stow’n Go”. Ce système exclusif de sièges escamotables permet de faire disparaître les deuxième et troisième rangées de sièges en quelques secondes. Cette dernière sera même escamotable électriquement.
Les sièges du second rang s’escamotent toujours de la même manière, mais en plus, ils peuvent pivoter, permettant aux passagers de s’installer face à face autour d’une table, ce qui pourra intéresser les entreprises. Enfin, la dernière banquette peut être retournée pour s’asseoir (à l’arrêt !) afin de pique-niquer et d’admirer le paysage. Le Grand Voyager enfonce le clou avec une solution évidente, mais pourtant peu retenue par la concurrence, ce qui, de ce point de vue, permet de battre à plate couture le Grand Espace. Les portes sont coulissantes électriquement (dès le deuxième niveau de finition Touring) en les commandant avec la clé. Qui n’a jamais installé des enfants en voiture sur un parking de supermarché, ne peut savoir à quel point c’est pratique. Apparemment, la firme au losange n’a toujours pas intégré cela. C’est peut-être un détail pour les concepteurs, mais pour les parents, cela veut dire beaucoup. Mieux encore, le coffre s’ouvre électriquement. En fait, face à toutes ces innovations, le challenger du Voyager, le Renault Grand Espace fait figure de grand cube peu pratique avec ses sièges démontables faisant plus de 20 kg à stocker dans le garage ou mieux, à la cave ! Mais c’est sur un autre plan que le monospace français prend une revanche certaine.

On the road

Quittons maintenant le salon pour se mettre aux commandes de l’engin qui pèse plus de deux tonnes. Un seul moteur sera disponible : un diesel 2.8 l CRD développant 163 ch et un couple de 360 Nm entre 1600 et 3000 tours/minute (le même moteur “Panther” que sur le tout-terrain Nitro, mais qui développait 177 ch).

Ce moteur 16 soupapes à double arbre à came en tête est couplé à une boîte de vitesse automatique 6 rapports située à une place inhabituelle pour les Européens : sur la console juste à la droite du volant. Et ici, sur le Grand Voyager, l’association moteur et boîte automatique se révèle franchement insuffisante. Nous l’avons testé sur les petites routes de Normandie et il s’est révélé limite, notamment pour les dépassements. Il développe des prestations à peu près équivalentes à certains 2.2 litres à boîte mecanique. Plus grave encore, sur autoroute, avec quatre adultes à bord, il s’est révélé poussif et bruyant en montée. Les accélérations se sont révélées longues et ennuyeuses. Du coup, le plaisir de la conduite est inversement proportionnel au plaisir de voyager à l’arrière dans un confort absolu. D’ailleurs, il s’agit réellement d’un engin construit pour tailler la route. Car en ville, les consommations avoisinent les 13 litres.

Comme chacun l’aura compris, le Voyager est fait pour voyager et il a même été élu “Voiture de l’année monde” par JD Power. Par rapport à l’ancienne version, le Voyager ne présente pas moins de trente nouveautés produit. Elles vont des capteurs de retournement permettant le déploiement d’airbags spécifiques à un éclairage d’ambiance feutré, jusqu’à une lampe torche rechargeable, des phares au Xénon, une caméra de recul disponible sans qu’il soit pour autant nécessaire d’avoir le GPS. Pour les enfants, des pare-soleils sont intégrés aux garnitures de portes. Le système multimédia est rare sur le marché des grands monospaces. Il comporte un disque dur de 20 Giga permettant le stockage de musiques et d’images.

Famille en sécurité

Le Grand Voyager met l’accent sur la sécurité de la famille. Par exemple, il a intégré un certain nombre d’idées intelligentes à nos yeux : un système de déverrouillage des portes après déclenchement d’un airbag. Pour les passagers avant, les airbags sont à déploiement variable et des protèges genoux ont été installés.

Restent les tarifs. Etant donné que le Grand Voyager rejette 247 g de CO2 au kilomètre, le malus écologique s’élève à 1600 euros. La version de base LX est fixée à 36.400 euros, la version Touring à 39.600 euros et la version haut de gamme Limited à 47.600 euros. Pour comparer, le Renault Grand Espace, dans sa motorisation intermédiaire 2.2 DCI développant 150 ch, démarre à 33.250 pour terminer en haut de gamme initiale à 45.800 euros. Un peu moins cher certes, mais n’intégrant pas toutes les (excellentes) innovations et équipements pratiques de ce Grand Voyager. Dommage que ce dernier soit desservi par une obligation de transmission automatique aberrante pour le marché français. Mais peut-on tout avoir ?

François Nénin

En chiffres

POIDS A VIDE 2175 kg
VITESSE MAXIMALE 185 km/h

Conso (données constructeurs)
Urbaines 12.8 l
Extra-urbaines 7.3 l
Mixtes 9.3 l

Capacité du réservoir 75 l
Système DVD (en euros) 1832
Système audio multimédia
avec navigation (en euros) 3107
TVS (en euros) 4199
Malus ecologique (en euros) 1600

titre documents joints

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80