Publié le 25 octobre 2007 | par Rédaction

Le vol subi par une entreprise est un véritable manque à gagner. Car en plus de la perte d’un outil de travail, vous perdrez peut-être du temps en entamant une “bataille” avec votre assureur pour obtenir réparation. Pour minimiser les désagréments, une étude préalable des garanties spécifiques s’impose.

En France, 200 000 véhicules environ sont volés tous les ans. Un chiffre effarant qui devient encore plus problématique lorsque le véhicule est votre outil de travail. Et qui dit outil de travail dit souvent marchandise et matériel à l’intérieur. C’est malheureusement le cas des véhicules utilitaires.

Pour limiter les pertes face à ce risque, n’hésitez pas à demander à votre assureur des précisions sur la garantie “objets et accessoires”.

La garantie “objets et accessoires”

En principe, cette clause est prévue pour simplement indemniser le vol des quelques effets personnels, qui étaient à l’intérieur d’un véhicule pour un montant compris entre 500 et 1000 euros. Evidemment, pour une entreprise, cette échelle est souvent insuffisante en raison notamment du transport d’échantillon ou d’outillage onéreux.

La solution est donc de demander l’élargissement de cette garantie afin d’augmenter le montant de votre indemnité sur le matériel volé.
Jean-Christophe Lapeyre , directeur du département Entreprise et Automobile chez Gras Savoye, nous explique les modalités : “L’assureur est très pragmatique. Il demande donc un historique des vols subis par la société. À partir de ce relevé, il calcule le montant de l’élargissement de garantie en fonction de la probabilité des risques de vol”.

Attention toutefois, car tout n’est pas rose pour autant. Notre interlocuteur nous a précisé que les assurances sont de plus en plus réticentes à couvrir les intérieurs des véhicules d’entreprise… et encore plus des utilitaires.

Par ailleurs, si vous estimez que votre matériel peut être dérobé séparément, vous devrez penser à ajouter une clause dans votre contrat prévoyant ce cas de figure.

Des conditions de remboursement strictes

Avant de vous rembourser, un assureur vérifiera plusieurs points. Ainsi, dans la plupart des contrats sont réclamés des moyens de protection tels que le gravage des vitres ou des alarmes sonores sur les véhicules.

Les assureurs s’appuient sur l’article R-77 du Code de la route qui stipule : “Tout véhicule automobile doit être muni d’un dispositif antivol”.
Mais cette condition est loin de suffire. Votre assurance se renseignera pour savoir si votre véhicule a bien été fracturé ou encore s’il était stationné dans un lieu clos la nuit (par exemple, entre 21 heures et 7 heures).

Si vous ne pouvez apporter ces éléments, le remboursement, sans être systématiquement refusé, pourra néanmoins s’avérer problématique.

déposer une plainte

Dernier point enfin, le respect des démarches administratives ! Après un vol, vous devez impérativement déposer une plainte au commissariat de police ou à la gendarmerie où le délit s’est produit.

Sachez tout de même que contrairement aux particuliers, une entreprise dispose de plus de 24 heures pour effectuer cette démarche (tout en restant dans un délai raisonnable).

Ensuite, il vous reste à prévenir votre assurance en envoyant par lettre recommandée avec accusé de réception (ou en la déposant directement) votre déclaration. Cette dernière devra contenir votre numéro de police d’assurance, ainsi que les circonstances du vol.

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...