Publié le 17 juin 2016 | par Rédaction

Trois litres de cylindrée, six cylindres, 218 ch et seulement 109 g/km d’émissions de CO2. Ou comment la nouvelle Audi A4 V6 TDI démontre que les petits moteurs n’ont pas réponse à tout.

Renoncez ! Renoncez à l’allonge des moteurs à forte cylindrée, au velouté et à la sonorité des multicylindres. Renoncez en somme à ce qui fait le plaisir de conduire une automobile de luxe depuis à peu près un siècle. C’est en somme ce que les constructeurs haut de gamme demandent aujourd’hui à leurs clients.

A4_face_avant.jpg

Poussés par la logique des économies d’échelle, par un cycle de mesure des consommations absurde mais aussi par un conformisme généralisé qui incite les ingénieurs à adopter les mêmes solutions, les constructeurs « spécialistes » se sont tous jetés à corps perdu dans la logique du « downsizing ». C’est ainsi que l’on se retrouve avec des Mercedes à moteur Renault, des BMW à trois cylindres et des Volvo XC90 disponibles uniquement en quatre cylindres.

A4_planche_de_bord.jpg

Pourtant, lorsque l’on conduit la nouvelle Audi A4 équipée du 3.0 TDI V6 dans sa version 218 ch, on mesure combien l’agrément procuré par un multicylindre est incomparable. Et malgré sa cylindrée, cette version traction, équipée de roues de 17 pouces, n’émet que 109 g/km de CO2, de quoi fournir l’un des meilleurs rapports plaisir/TVS du marché. Précisons que ce moteur n’est pas concerné par le scandale frappant les TDI du groupe Volkswagen…

Le confort au rendez-vous

Cette motorisation tire parti des progrès de l’A4 en matière de précision de conduite. Beaucoup plus légère, équipée de trains roulants entièrement revus, elle profite d’une direction plus naturelle que l’ancienne génération et se montre nettement plus incisive dans les enchaînements de virages. Et le confort de suspension est au rendez-vous : le temps des Allemandes maltraitant les vertèbres est bel et bien révolu.

A4_volant.jpg

La facture de l’habitacle inspire des sensations plus mitigées. Audi a perdu son sens de l’épure. En voulant adapter le dessin de la planche de bord de la Q7, le constructeur a commis quelques petites fautes de style et a même renoncé à l’écran central escamotable. Pour le reste, la qualité de finition est toujours fidèle aux standards de la marque, tandis que l’habitabilité progresse à l’avant et à l’arrière. Bref, cette version V6 TDI de l’A4, sans équivalent chez BMW et Mercedes, apparait comme une vraie réussite.

A4_arriere.jpg

Camille PINET

Fiche Technique

Moteur : 6 cylindres Diesel
Puissance : 218 ch à 4000 tr/min
Couple : 400 Nm à 1.250 tr/min
Vitesse Maxi : 250 km/h
Consommation : 4,2 l/100km
Emissions de CO2 : 109 g/km
TVS : 436 € par an
Prix : 47.000 € (sans bonus)

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...