Publié le 22 mars 2016 | par Rédaction

En dotant son Berlingo de nouvelles motorisations répondant toutes à la norme Euro 6 ainsi que de nouveaux équipements de sécurité et de confort, Citroën est parvenu à encore améliorer l’efficience de sa fourgonnette.

Depuis son lancement il y a bientôt huit ans, le Berlingo de seconde génération a connu plusieurs remises à niveau avec, à chaque fois, de légères retouches de style. Cette dernière évolution ne déroge pas à cette règle même si les changements esthétiques sont très légers. Seule la partie avant change avec l’adoption d’une nouvelle calandre, de nouveaux phares ainsi qu’un nouveau bouclier. Ce dernier dispose d’un dessin plus « musclé » et peut recevoir, selon le niveau de finition, des « patchs » en débord intégrant les antibrouillards ainsi que les feux de jour à LED. L’ensemble fonctionne bien et donne au Berlingo un petit coup de jeune sans remettre en cause son dessin de base qui résiste très bien aux années.

Remise à niveau

A l’intérieur aussi les changements sont assez discrets si ce n’est la possibilité de disposer, au centre de la planche de bord, d’un nouveau système multimédia avec un large écran tactile de 7 pouces. Ce système est en série sur la finition haute. Il est identique à celui équipant certains modèles VP de la marque et regroupe la radio, le système de navigation (avec limitations de vitesse et l’info trafic), l’image de caméra de recul (en option), le Bluetooth, un port USB, une prise jack ainsi qu’un système de reconnaissance vocale et la fonction MirrorScreen pour smartphones.

Berlingo_planche_de_bord.jpg

Ce système est facilement lisible et les commandes sont faciles à appréhender mis à part les boutons de commande Menu, Volume + et Volume – placés au dessus de l’écran. Une position inhabituelle et qui peu naturelle, le conducteur ayant tendance à rechercher une commande interactive inexistante. Autres commandes mal placées : celles des vitres électriques en bas de la console centrale. Pour le reste, le Berlingo est dans la bonne moyenne du point de vue de la qualité des matériaux employés.

En revanche, l’habitacle comprend de nombreux rangements qui facilitent la vie au quotidien. Enfin, le Berlingo, et son frère le Partner, restent les fourgonnettes disposant de l’habitacle le plus large et le plus confortable permettant l’implantation d’une place centrale réellement exploitable, du moins sur de petits trajets. Le siège central rabattable peut servir de tablette. En plus des désormais classiques ABS, aide au freinage d’urgence, ESP avec antipatinage et hill assist ou détection de sous gonflage, le nouveau Berlingo dispose aussi du freinage automatique d’urgence en dessous des 30 km/h.

Berlingo_Interieur.jpg

Vive Euro 6 !

C’est sous le capot que les changements sont les plus importants. Bien entendu, la version 100 % électrique n’évoluent pas puisqu’elle n’émet pas de polluants lors de son utilisation et n’a pas eu besoin de s’adapter aux nouvelles normes. En revanche, du côté des moteurs thermiques, c’est le grand chambardement. La gamme de motorisations ne comprend désormais que des Euro 6, en l’occurrence, un moteur essence 1.6L VTi de 98 ch et cinq versions diesel, à partir du bloc 1.6 l Blue HDi. Il est proposé en trois niveaux de puissance : 75, 100 et 120 ch.

La gamme se compose de la version 75 ch avec boîte mécanique, de la version 100 ch avec boîte mécanique avec ou sans Stop and Start, de la version 100 ch Stop and Start avec la nouvelle boîte à embrayage piloté ETG6 et, enfin, de la version 120 ch Stop and Start associé à une boîte mécanique.

Ces moteurs affichent des consommations normalisées extrêmement basses, la palme revenant à la version Blue HDi 100 Stop and Start associé à la boîte à embrayage piloté ETG6 qui affiche une consommation normalisée mixte de seulement 4 l /100 km, soit 106 g de CO2/km. Une consommation impossible à reproduire dans la réalité mais les différentes versions que nous avons pu tester affichaient des consommations faibles, de l’ordre de 5,5 à 6,5 litres aux 100 km. Outre une consommation moyenne en baisse, ces mécaniques offrent un bel agrément mécanique et savent se faire un peu plus discrètes que par le passé.

Berilingo_trois_quart_avant.jpg

La version 75 ch ne sera à privilégier que dans le cadre d’une utilisation urbaine. Les versions 100 et 120 ch offrent logiquement une plus grande polyvalence. A noter que la batterie de la version Electrique profite d’une garantie 8 ans ou 100 000 km.

FICHE TECHNIQUE

Motorisations : 1 598 / 1 560 cm3
Puissance : 75 ch à 120 ch
Equipements de série : Direction assistée, porte latérale droite, airbags, direction assistée, ABS, ESP, aide au démarrage en côte, vitres électriques teintées…
Volume utile : 3,3 à 4,1 m3
Charge utile : 625 à 890 kg
L x l x h : 4 380 / 4 628 x 1 810 x 1 812 mm
Longueur de chargement : 1 800 / 2 050 mm
A partir de : 15 400 € HT

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...