Publié le 8 juin 2022 | par Louis DAUBIN

Une nouvelle Citroën « haut de gamme » est toujours un évènement. Même s’il s’agit ici de remplacer la précédente C5 et non la somptueuse C6. La C5X aura pour tache de conduire le cadre dirigeant en transition vers sa prochaine Citroën 100% électrique. Autant le faire en douceur avec cette nouvelle C5X hybride.

Copyright William CROZES @ Continental Productions

Nous avons retenu pour cet essai la version Haut de gamme de la C5X tant dans sa motorisation que dans sa finition : la « 225 ë-EAT8 Shine Pack ». Évidemment ces mots Anglais n’évoquent rien, mais le type qui a trouvé « DS » et « Pallas » a hélas quitté Citroën depuis longtemps.

Techniquement cette version hybride 225ch diffère de ses petites sœurs par une puissance spécifique et surtout par ses suspensions active à butées hydrauliques progressives pilotées. Nous allons voir à quel point cela détermine cette voiture.

La C5X est une grande voiture « Transgenre » mi break, mi SUV, mi berline. Plutôt jolie, hormis ses phares à la droopy assez triste, elle assume bien son rôle de haut de gamme Citroën avec une personnalité mélange esthétique de DS5 et de C4 avec plus de finesse cependant.

Une certaine élégance

Le résultat est diffèrent et plaisant et donne un Cx correct de 0,29. Longue de 4,80 m et large de 1,81m pour 1,48m de haut la C5X propose une habitabilité rare dans le segment, elle offre de l’espace, un ciel de toit clair, une bonne surface vitrée, ce qui lui donne une réalité plus haut de gamme que l’intérieur noir et oppressant des cousines 508. D’évidence, le haut de gamme Européen du groupe Stellantis c’est la C5X. Le vrai luxe c’est l’espace. C’est une réalité à domicile, au bureau et en voiture que le cadre dirigeant revendique âprement.

Copyright William CROZES @ Continental Productions

 Par ailleurs, On aurait tort de croire que le SUV satisfait tout le monde. 50% des acheteurs de voitures neuves souhaitent une berline ou un break, pas un utilitaire de sport(SUV). La C5X répond a ce cahier des charges propre à l’identification du dit cadre dirigeant grand rouleur.

Le confort d’abord

L’aménagement intérieur est agréable et l’accueil des sièges est si doux au fessier que le cerveau stressé du dirigeant déclenchera un sourire de satisfaction au conducteur délicatement installé. Contact , et Paf ! la première contrariété surgit : ce sera cet affreux compteur, derrière le volant ,totalement indigne de la voiture. Comme un manque de respect au client . Si ,comme  quelques millions de conducteurs, il ne peut supporter l’affichage pare-brise, il devra le voir en permanence.

Copyright William CROZES @ Continental Productions

Dommage, car pour le reste on est proche du sans faute avec un équipement pléthorique.  Tout y est a ce niveau de finition, la qualité apparente est bonne mais le choix des coloris intérieur est des plus restreints en sellerie. On aimerait un peu de variété .On est à l’aise dans la C5X et les adultes apprécieront autant les places arrières. C’est rare, et cela fera le bonheur des taxis, hôtels et autres Uber. Le coffre est vaste de 485L ce qui est un peu en retrait des versions non hybrides. Il manque juste une touche directe au tableau de bord, permettant de supprimer la totalité des assistances parasites à la conduite ,avertissements divers dont aucun conducteur actif ne veut subir les intrusions folles.

Sur la route et aux vitesses légales d’un train de Sénateur, la C5X hybride 225ch affichera des reprises gourmandes et une consommation des plus raisonnables de l’ordre de 5/6 litres au 100. Et quasi rien en ville sur la batterie jusqu’à 55 kilomètres urbain . Mais, Aux vitesses libres, la batterie sera vidée rapidement et la consommation s’envolera tandis que la puissance diminuera jusqu’à 180CH, là, nous avons atteint une moyenne de 15 l/100 en restant le plus souvent un peu au-dessus de 200 km/h. Ce qui ,avec un réservoir de 35 litres, vous oblige a d’incessants arrêts . Le petit 4 cylindres 1,6L fait son possible écologique. On ne peut lui demander d’entrainer à fond les 1722kgs a vide de l’hybride sans consommer.

Un Diesel svp !…

 La C5X mériterait de recevoir un Diesel de 2 L et de 200ch,mais la doxa écologique a ses contraintes interne à Stellantis. Combien de ventes seront perdues dans les 3 ans par l’absence de Diesel ?40%, 50%,60% du potentiel? on ne le saura jamais. Reste que BMW fait encore 63% de ses ventes en Diesel dans le segment.

De fait, chez Citroën on croit a des contrats de LLD sur des kilométrages plutôt modestes. Preuve s’il en est que l’on est bien conscient que l’hybridation est moins contraignante que l’électrique a 100% mais bien plus couteuse à l’usage que le diesel pour les grands rouleurs, cible pourtant réelle de cette auto.

Silence, on roule…

Car cette C5X a de vrais atouts pour la route , Sa suspension active à butées hydrauliques progressives pilotées fait des merveilles pour effacer les moindres cahots de la route. On est transporté dans un univers de confort remarquable et l’appréhension que nous avions à la vue des trop grosses jantes de 19 s’est évanouie en roulant. Étonnante efficacité jusqu’à des vitesses assez élevées.

 Cependant ,la qualité de la suspension à sphères des anciennes Citroën reste inégalée en usage exigeant , La perfection de la tenue de route et du confort hydropneumatique ne sont pas atteint. La C5x tient très bien la route ,mais elle serait en difficulté face à une C6 3 litres hdi dans ses œuvres, par la faute d’un train avant moins bien triangulé et enclin au sous-virage en entrée de courbe et d’un train arrière trop sujet au survirage en appui à la sortie. Vous me direz que cet usage extrême sera rare. C’est vrai.

 Dans l’absolu nous avons vraiment apprécié cette C5x. Silencieuse, confortable, efficace, habitable, élégante et assez raisonnable en tarif. Un peu plus de coloris disponibles, un plus gros moteur qui ferait vraiment 225ch plus longtemps que » 5 minutes douche comprise », un écran de tableau de bord pour adulte, des phares plus puissants, et la réussite s’imposera pour celle qui est déjà reconnue comme  une authentique grande Citroën.

Louis Daubin

Fiche Technique :

  • Moteur : 4 cylindres 1,6L + électrique
  • Puissance : 181ch à 6000tr/mn + 110ch à 2500tr/mn :225ch combiné
  • Couple : cumulé à 360Nm à 1000tr/mn
  • Boite : Automatique 8 rapports
  • Vitesse maxi : 233 Km/h avec batteries
  • Consommation WLTP : 1,3 L ( Essai de 5 à 15 litres)
  • Emission de CO2 : 30 G/km
  • TVS : 0€
  • Prix : 44350€ en « feel business » et 49950€ en shine pack

Yvan Segal : « Les automobilistes vont consommer l’automobile différemment" Pour Renault, la valeur ne passe plus forcément que par la production et la vente de véhicules mais également par les services et la gestion sur to…

Lire la suite
edito

Le Haut de gamme ne s’est jamais aussi bien porté. C’est le cas de le dire. L’offre, la richesse des motorisations électriques, hybrides, essence, diesel et Le SUV qui y tient une part importante. Mais le vrai Haut de gamm…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...