Publié le 29 septembre 2015 | par Louis DAUBIN

Le Traitement de l’information automobile pour vos PME nous amène à approcher des sujets, des thèmes, peu courants dans l’univers de la presse auto. Celui sur la qualité de fabrication des voitures françaises que nous abordons ici en est un exemple. J’écris « nous abordons » volontairement. Le sujet mérite une analyse complète « du puits à la source ».

edito_large.jpg

Considérez ce dossier que vous allez lire comme le début d’une enquête. Les constructeurs français sont bien plus réellement au niveau de la qualité de leurs concurrents Allemands, Suédois, Américains, Italiens, Coréens, Japonais, que nous ne le supposions. Les efforts humains, techniques et financiers consentis par Citroën, Peugeot, et, Renault au profit de l’amélioration de la qualité perçue, celle que vous ressentez de prime abord, et de la qualité réelle, celle que vous constaterez à l’usage, sont évidents.

Vous gardez vos voitures environ quatre ans et parcourez avec elles 120 000 « kilomètres d’entreprise », Vos voitures et vos utilitaires vont par la suite connaître une seconde vie plus longue et moins intense en kilomètres . Ces nouveaux propriétaires seront parfois, souvent, des proches dans vos PME. Le coût total de détention, le fameux TCO, s’arrête souvent à la porte du gestionnaire de parc à l’échéance du contrat de LLD. Pas chez vous, nous le savons. Or vous revendez souvent vous-même vos VU et certains VP.

La réputation de qualité des marques allemandes provient d’abord, reconnaissons-le, d’une expérience de décennies d’usage, puis et surtout d’une exigence : De même qu’ un hongrois rêvait sous l’occupation soviétique de l’Europe libre en écoutant radio Free Europe, nous français, rêvons de la liberté, de vitesse, en achetant des voitures prévues en qualité pour rouler vite dans un pays libre.

Nous les supposons meilleures . « Qui peut le plus peut le moins ». En cela l’état Français doit se remettre à la page. Nous avons un secrétariat de la sécurité routière qui détruit le marché français de la construction automobile sous les barbelés et les miradors d’une vision monomaniaque et primaire de ce qu’il croit être la sécurité routière, malgré les évidences .

* Aristote

Louis Daubin Directeur de la rédaction

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...