Publié le 2 décembre 2014 | par Rédaction

Deux ans après son lancement aux Etats-Unis, la Ford Mondeo fait enfin son apparition en Europe. Et le constructeur américain a mis les petits plats dans les grands afin que sa routière se fasse une place dans un segment où les marques premiums dominent en entreprise.

Lancée en 1993, la Ford Mondeo totalise depuis 4,5 millions de ventes dans le monde. Évidemment, cette quatrième génération doit continuer sur cette dynamique et même augmenter ces ventes. En France, le constructeur américain ambitionne ainsi de faire passer ses parts de marché de 2 à 5 % soit 4500 ventes. Un défi de taille à l’heure où beaucoup d’automobilistes choisissent plutôt les carrosseries SUV ou crossover.

Ford a donc multiplié les pistes pour séduire. Joe Bakaj, vice-président, développement produit de Ford Europe détaille la stratégie : « Avec ses carrosseries 4 portes, 5 portes et SW (break) et une palette élargie de motorisations puissantes et efficientes, incluant pour la première fois une version hybride, Mondeo n’a jamais été aussi attractive ».

Vive la sécurité

« La nouvelle Mondeo est le véhicule le plus technologiquement avancé que Ford ait jamais introduit en Europe » explique Ulrich Koesters, directeur de gamme au sein de Ford Europe. Et ce discours n’est pas qu’une façade. Tant sur le plan de la sécurité active que passive, la Mondeo propose, par exemple, un niveau d’équipement impressionnant. Un système de détection des piétons fait ainsi son apparition. En pratique, si le conducteur ne réagit pas aux alertes successives, la Mondeo active automatiquement les freins pour éviter de percuter le piéton repéré grâce à une caméra implantée sur le haut du pare-brise et de radars situés dans les pare-chocs.

Ford_Mondeo-Planche_de_bord27.jpg

Airbags, ESP (correcteur de trajectoire), projecteurs avant adaptatifs à LED ou encore ABS font partis de la palette. Mais il y a mieux si vous optez pour le Pack Sécurité Intégral BLIS commercialisé 1300 euros en option, sur la finition Business Nav. Vous pourrez ainsi bénéficier du système de surveillance des angles morts, d’une aide au maintien dans la voie, de l’Active City Stop qui correspond à un système d’anti-collision à faible vitesse, d’une reconnaissance des panneaux de signalisation, d’une détection de la baisse de vigilance du conducteur et même d’airbags intégrés dans les ceintures des places arrière !

Les ingénieurs nous ont expliqué que ce petit coussin d’air pouvait se déployer en moins de 40 millisecondes lors d’un choc. Grâce à cette technologie, les passagers bénéficieront d’une meilleure répartition de la pression de la ceinture afin d’optimiser la protection du buste, du cou et de la tête.

Conducteur et passagers aux petits soins

Tout d’abord l’habitabilité. Avec une longueur de 4m87, la Ford Mondeo se positionne entre les segments C et D et offre donc une habitabilité remarquable. Les passagers installés à l’arrière bénéficient ainsi d’un espace particulièrement vaste au niveau des jambes. Et le coffre n’est pas en reste. Accessible par un immense hayon électrique, ce dernier offre un volume de 541 l sur la version cinq portes (500 l sur le break !).

Ford_Mondeo-face_avant_27.jpg

Un volume assez conséquent qui permet d’emporter valises ou marchandises aisément mais qui reste encore loin des 586 l de la dernière Volkswagen Passat. Côté équipements, à l’avant, les occupants pourront, quant à eux, profiter, en option, des sièges Multi-Contours avec réglages électriques et fonction massage afin de diminuer la fatigue consécutive aux longs trajets. Parfait pour les professionnels qui arpentent à longueur d’année les routes ! Jeroen Lem, ingénieur de recherche sur la technologie intérieur : « Mondeo va réduire la fatigue musculaire, les courbatures et les douleurs pour le conducteur et le passager avant en stimulant les muscles et les vaisseaux sanguins.

Les systèmes évolués contrôlent la pression dans les onze coussins individuels pour sentir comme un rouleau étirant subtilement le dos ». En outre, le conducteur jouira de l’aide au stationnement qui actionne le volant automatiquement. Seules les pédales de frein et d’accélération sont à la charge du conducteur. Mais, Ford est surtout fier de son système SYNC 2 qui permet de contrôler les systèmes principaux de la Mondeo (GPS, téléphone, radio, climatisation, etc) par commandes vocales ou écran tactile de 10 pouces. Par exemple, Ford nous a expliqué qu’en appuyant sur la touche de commande vocale et en énonçant simplement « J’ai faim », une liste des restaurants les plus proches s’affichera immédiatement.

Et si ces dispositifs ne vous contentent pas, la Mondeo offre, en plus, un volant multifonctions mais attention, les nombreux boutons peuvent un peu dérouter au premier abord. Christof Kellerwessel, ingénieur en chef de l’électronique et systèmes d’ingénierie électrique, résume : « Grâce au SYNC2 que nous avons voulu simple et intuitif, les conducteurs pourront contrôler un nombre plus important que jamais de systèmes embarqués tout en gardant les yeux sur la route et les mains sur le volant ». Intelligent mais malheureusement incomplet, car la Mondeo ne dispose pas du système affichage tête haute.

Sur la route

Sous le capot, la Mondeo dispose d’une riche gamme de motorisations avec les blocs essence EcoBoost 1.0 trois cylindres de 125 ch (119 g/km de CO2), 1.5 EcoBoost quatre cylindres de 160 ch (134 g/km), diesel 1.6 TDCi de 115 ch (94 g/km CO2), 2.0 TDCi ECOnetic, en 150 et 180 ch (107 g/km de rejets dans les deux cas). A terme, un 2.0 TDCi bi-turbo de 210 ch sera aussi commercialisé. Enfin, la Mondeo adopte une motorisation hybride composée d’un moteur essence et de deux moteurs électriques affichant une puissance de 187 ch avec des émissions de CO2 plafonnées à 99 g/km.

Ford_Mondeo-face_avant_dynamique27.jpg

Lors de notre essai, seul le bloc 2.0 TDCi de 150 ch. (4,1 l/100 km), avec boîte manuelle à 6 vitesses, était disponible. Les premiers kilomètres exposent un étonnant paradoxe. En accélération ou au démarrage, la Mondeo émet une sonorité un peu trop présente mais à l’inverse, une fois lancée, cette routière affiche un silence de fonctionnement appréciable. Il est vrai que Ford a insisté sur ce point dans le développement de son modèle en ajoutant des joints supplémentaires entre le capot et les ailes avant, des vitres plus épaisses de 0,4 millimètres, des joints de fenêtres et de portes améliorés ou encore de la fibre de verre à la place de la mousse au niveau du compartiment moteur.

Au chapitre dynamique, la Mondeo souffle le chaud et le froid. Les bonnes performances du moteur 150 ch sont en effet limitées par une boîte de vitesse réglée avec des étagements particulièrement longs. La chasse aux émissions de CO2 a une nouvelle fois fait son œuvre. Pour optimiser les reprises, il faudra rétrograder régulièrement. Heureusement, la précision et la rapidité de la boîte manuelle sont sans reproche. Concernant le comportement routier, la Mondeo dispose d’une belle agilité malgré un poids assez conséquent (1597 kg). Les réglages de la direction et des suspensions permettent en effet d’enchaîner les virages rapidement avec précision et efficacité.

Ford_Mondeo-arriere_27.jpg

La quatrième génération de la Ford Mondeo se distingue de façon visible de sa devancière. Son style est marqué, ses performances sont honnêtes et surtout ses équipements technologiques « bluffent ». Lors de sa présentation, Ford tendait d’ailleurs à placer sa Mondeo face à des concurrentes plutôt issues du monde premium. Sur certains points, c’est amplement justifié. Mais, il existe encore quelques détails de finition perçue et de présentation (le couvercle de boîte à gant) qui font une différence. On appréciera en bon gestionnaire les 4000 euros de différence entre une Ford Mondeo Business Nav TDCi 150 commercialisé 30 450 euros et une Volkswagen Passat TDI 150 Confortline business affichée 34 010 euros.

Benoît Le Floc’h

En chiffres
– Ford Mondeo 2.0 ECOnetic TDCi 150 Business Nav
Prix : à partir de 30 450 euros

Moteur : 4 cylindres diesel
Cylindrée : 1997 cm3
Transmission : boîte manuelle 6
Puissance : 150 ch
Couple : 350 Nm
Vitesse maxi : 215 km/h

Conso mixte : 4,1 l/100
CO2 / TVS : 107 g/km / 428 euros
Volume coffre : 541 l

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...