Publié le 1 juillet 2011 | par Rédaction

Facelift, vous connaissez ? il s’agit pour un constructeur d’insuffler un deuxième souffle à un modèle jugé vieillissant… en attendant la prochaine génération. Commercialisée depuis mars 2007, la Mercedes classe-c ne pouvait échapper à cette cure de jouvence esthétique… et technique.

Chez Mercedes, point de mystère. La nouvelle Classe-C, berline et break, sera davantage mise en avant au sein des TPE et PME puisque ces acheteurs représentent déjà 30% du volume des ventes en France. Une finition « business » dédiée aux professionnels verra d’ailleurs le jour très vite. En attendant d’avoir les détails de cette version, Kilomètres Entreprise s’est attelé à tester la Classe-C avec le moteur diesel 220 CDI BlueEFFICIENCY développant 170 ch

Changements esthétiques visibles… ou pas

Devant la rangée de Classe-C parfaitement alignée, le premier objectif consiste à trouver les différences avec l’ancienne génération tellement elle se ressemble. Pourtant d’après Gorden Wagener, responsable Design de Mercedes-Benz Cars, les nouveautés sur la carrosserie sont nombreuses : « Les pare-chocs redessinés se montrent désormais plus affirmés et dynamiques.

220_CDI.jpg

L’avant épouse les formes caractéristiques du nouveau design de la marque, notamment l’encadrement appuyé de la grille de calandre, qui en constitue l’élément central. La prise d’air centrale s’ouvre en V vers le haut et constitue ainsi le support optique de la grille de calandre. Le design en forme de flèche au centre du pare-chocs se prolonge par des parties latérales puissantes. Les renflements marqués sous les projecteurs soulignent la ligne des ailes et relient habilement l’avant et les côtés de la voiture. Les prises d’air latérales intégrées dans le pare-chocs sont situées assez bas et confèrent ainsi au véhicule une allure plus accrochée à la route ». A vous de juger.

Dernière précision sur l’extérieur, Mercedes a reconduit la possibilité d’opter pour deux calandres suivant la finition choisie. Ainsi, l’Avantgarde reprend la calandre des coupés reconnaissable à la grande étoile au centre (CLS, SLK…) alors que l’Elegance reprend la grille des berlines supérieures.

poste_conduite_1466016_07c2293_013.jpg

En fait, les changements visibles sont ailleurs. Les actuels propriétaires de Classe-C ne reconnaîtront par exemple pas l’habitacle. Les fameux 2000 nouveaux composants annoncés par Mercedes commencent enfin à se voir. Le dessin du tableau de bord, qui se veut « sportif et raffiné », a été entièrement revu et la console centrale accueille un écran couleur multifonctions au centre du compteur de vitesse, comme sur la Classe E.

Les différents inserts en frêne marron ou en ronce de noyer foncé sur l’Elegance ou en aluminium brossé ou en frêne noir brillant sur l’Avantgarde vous garantissent quant à eux que vous êtes bien installés dans un véhicule statutaire. De ce point de vue, pas de problème, Mercedes a, une nouvelle fois, optimisé finition et présentation. Concernant l’habitabilité en revanche, veillez à n’emmener que des clients en dessous d’1m87 car la garde au toit pour les passagers arrière est un peu juste.

Le confort avant tout !

Après ce descriptif, passons aux tests routiers pour juger du train de roulement « Agility Control ». Car, les ingénieurs allemands ont été dithyrambiques sur ce système d’amortissement. En théorie, les amortisseurs ont été pensés pour répondre efficacement à votre conduite. Ainsi en cas de conduite normale avec de faibles sollicitations, les forces d’amortissement se réduisent automatiquement, pour améliorer le confort de roulement.

Inversement ces mêmes forces d’amortissement sont déployées au maximum pour davantage stabiliser la Classe-C dans les virages pris à vive allure ou lors de manoeuvres d’évitement. En pratique, la Mercedes se révèle avant tout confortable et surtout adaptée pour avaler des kilomètres. Car si vous décidez de hausser le rythme, la Classe-C démontre un comportement routier un peu pataud.

630867_1128010_4992_3328_C_BlueEFFICIENCY_4.jpg

En outre, la boîte de vitesse 7G Tronic Plus n’est pas un modèle de réactivité. Rien de rédhibitoire mais les ingénieurs ont clairement eu d’autres consignes de travail avec en l’occurrence un gros effort effectué sur la consommation. La Classe-C 220 CDI BlueEfficiency avec ses 170 ch se contente sur le papier de seulement 4,4 l/km en usage mixte, soit 117 g/km de CO². Une belle performance que Mercedes explique par l’implantation de la boîte 7GTronic Plus qui dispose d’un programme de conduite

arriere_4080_break_classe_C.jpg

ECO étudié pour favoriser encore davantage les bas régimes sur des trajets à vitesse constante et donc diminuer la consommation. Sans oublier le désormais incontournable système Stop/Start. Rappelons que ce dernier coupe le moteur systématiquement à chaque arrêt du véhicule (fonction d’arrêt automatique). Pour redémarrer, il vous suffit de légèrement appuyer sur la pédale d’accélérateur. Derniers détails enfin pour les amateurs de chiffes, la Classe-C 220 CDI atteint la vitesse maximum de 231 km/h et abat le 0 à 100 km/h en 8,4 secondes.

Equipement tourné vers la sécurité et le confort

A l’instar de Volvo, Mercedes entend bien préserver son image sur la sécurité de ses véhicules. Ainsi sous la mention Real Life Safety, la marque à l’étoile annonce officiellement son désir « d’éviter les accidents et limiter les conséquences de ceux qui sont inévitables ». Résultat, vous trouverez notamment, dans votre Classe-C, l’ESP (correcteur de trajectoire), l’ABS, de multiples airbags, l’Attention Assist (détecteur intelligent de somnolence), l’avertisseur de franchissement de ligne, le Distronic Plus (régulateur adaptatif avec freinage d’urgence jusqu’à 0 km/h) ou encore l’avertisseur d’angle mort.

623475_1112804_3272_2126_Euro_NCAP_C_klasse_3.jpg

Sans oublier le très pratique Assistant de feux de route qui modifie « automatiquement la portée des phares en fonction de la distance séparant la voiture des véhicules éclairés précédents ou venant en sens inverse qui ont été détectés par le système ». Et je peux vous affirmer après test que ces équipements sont vraiment bluffant d’efficacité… voire même trop. Le risque en effet est de se laisser tomber dans cette facilité technologique très reposante et donc perdre un peu de son attention.

Or jusqu’à présent, une voiture hormis quelques prototypes, ne tourne toujours pas toute seule ! Concernant le confort, Mercedes a pourvu sa Classe-C des classiques équipements (climatisation automatique, vitres électriques, etc) plus le GPS Command Online utilisant le réseau d’un téléphone mobile connecté via Bluetooth.Grâce à ce système vous pourrez pêle-mêle obtenir une très riche liste d’adresses de destination en accédant à l’annuaire géolocalisé de Google, consulter les prévisions météo, surfer sur internet à l’arrêt à l’aide d’une molette centrale, etc…

Avec la nouvelle Classe-C, Mercedes démontre une nouvelle fois qu’il maîtrise le sujet des véhicules premiums. Cette troisième génération ne révolutionne pas le genre mais se bonifie indéniablement. Et pour ne rien gâter, Mercedes a eu le bon goût de ne pas se montrer gourmand en conservant à peu de chose près les tarifs précédents. La Mercedes Classe-C est ainsi commercialisée à partir de 30 400 euros.

BENOÎT LE FLOC’H

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...