Publié le 27 juillet 2015 | par Rédaction

La nouvelle variante 4×4 du Vito fait preuve d’une efficacité extraordinaire. L’association d’une transmission intégrale permanente et d’une gestion électronique de la traction permet de disposer d’un engin bluffant sur chaussée glissante, la boue, la neige et même la glace.

Extérieurement, difficile de différencier la version 4×4 du Vito de ses cousins traction avant ou propulsion. Seuls les petits logos 4×4 permettent de savoir qu’il dispose d’une transmission intégrale permanente. Basé sur une version propulsion équipée du moteur 2.2 l maison, le Vito 4×4 n’est pour le moment disponible qu’en version 119 cdi (190 ch et 400 Nm de couple) associé à la boîte de vitesse automatique à sept rapports 7G. Courant 2015, le Vito 4×4 sera également proposé en version 2.2 l 136 ch – 340 Nm et 160 ch – 390 Nm, plus abordables.

Vito_face_avant_tolle.jpg

Un pouvoir de traction hors norme

Cette association d’un moteur puissant et très coupleux avec une boîte de vitesse automatique et une transmission intégrale gérée électroniquement est tout simplement bluffante. La boîte de transfert est intégrée à l’arbre de sortie de boîte de vitesse et la répartition du couple entre le train avant et le train arrière est fixe à 45 / 55 %. Elle dispose enfin d’un différentiel central permettant la répartition du couple entre le train avant et le train arrière et reçoit le soutien de l’électronique.

Ce système permet un contrôle très précis des amorces de pertes d’adhérences via les capteurs d’ESP. L’électronique freine alors chacune des roues afin de permettre de disposer en permanence de la meilleure adhérence possible, à la limite de ce que peuvent offrir les pneumatiques et le revêtement. L’absence de blocage de différentiel permet en outre au Vito 4×4 d’offrir un rayon de braquage de 12,9 mètres, supérieur à celui des versions propulsion mais identique à celui des Vito traction. Et avec un surpoids de 50 kilos seulement, cette transmission est également plus légère que la précédente d’environ 20 kilos.

Autres avantages : une consommation de carburant inférieure à celle de l’ancien Vito 4×4 (environ 2 litres de moins aux 100 km avec une consommation moyenne mixte normalisée entre 6,5 et 6,7 l/100 km) et un confort de conduite supérieur. Le Vito 4×4 dispose de la même garde au sol que le précédent modèle même si sa nouvelle face avant fait qu’il dispose d’un moins bon angle d’attaque. Sans être un franchisseur pur sucre, le Vito 4×4 fait preuve d’une efficacité exceptionnelle dès que le terrain devient glissant.

Vito_planche_de_bord.jpg

Un comportement de premier ordre

Le Vito 4×4 fait dans la discrétion aussi dans sa conduite. Pas d’esbroufes, tout est dans l’efficacité. Seule différence notable pour le conducteur : la présence au tableau de bord du bouton DSR, le système de contrôle de la vitesse en descente (entre 4 et 18 km/h). L’association de la transmission intégrale permanente et du contrôle électronique ETS est particulièrement performante. Le Vito est à l’aise sur chaussée glissante, sur la neige et même sur la glace vive, chose qu’il nous a été possible de vivre en « live » sur un lac gelé en Suède. Alors qu’il était quasiment impossible de tenir sur nos pieds, le Vito 4×4 parvenait à rouler, freiner, tourner sans coup férir. Même en déconnectant l’ESP, le Vito conserve une belle efficacité avec de simples pneus hiver à lamelles.

En cas d’excès d’optimisme du conducteur, l’ESP reprend tout de même la main pour la sécurité de tous. Autant dire que sur route glissante, enneigée ou dans la boue, le Vito 4×4 est un allié de choix. Il devient même possible de rouler à vitesse soutenue sans souci. La seule limite est celle de l’adhérence et de la capacité de traction des pneus qu’un freinage d’urgence permet de pleinement réaliser au fur et à mesure que la distance d’arrêt s’allonge.

Le seul risque au volant du Vito 4×4 : que ses performances extraordinaires fassent perdre au conducteur les notions élémentaires de la physique qui peuvent se rappeler à son bon souvenir à tout moment. Ce d’autant que cette version 4×4 du Vito dispose des mêmes qualités et équipements de confort que tous les autres modèles. La position de conduite est bonne, le confort élevé en toutes circonstances si ce n’était un niveau sonore du moteur un peu élevé à vitesse soutenue.

Vito_face_avant_neige.jpg

Bien entendu, en plus de la transmission intégrale, le Vito 4×4 dispose du même attirail d’équipements de confort et de sécurité que les autres version, comme l’ESP de dernière génération qui gère le niveau et l’emplacement de la charge, l’alerte de vigilance du conducteur ou encore le système de contrôle en cas de coup de vent latéral. Bref, que du haut niveau. Le surcoût de la version 4×4 est de 3 300 euros HT par rapport à la version propulsion équivalente. Bien entendu, le Vito 4×4 est proposé dès son lancement dans les différentes carrosseries disponibles : fourgon, fourgon à cabine approfondie Mixto et en version transport de personnes Tourer.

Très chère technologie

Ultra efficace et confortable, ce Vito 4×4 comblera de bonheur tous les professionnels devant faire régulièrement face à des conditions météorologiques difficiles. Il sera alors possible d’assurer sa mission dans un confort élevé là ou n’importe quel autre utilitaire ne pourra passer. Seul défaut de ce magnifique engin : un prix de vente élevé.

Vito_4wd_trains-roulants.jpg

FICHE TECHNIQUE
– Motorisations : 2 143 cm3
– Puissance : 190 ch
– Equipements de série : Direction assistée, airbag conducteur, ABS, ESP…
– Volume utile : 5,8 / 6,3 / 6,9 m3
– Charge utile : 950 à 1 300 kg
– L x l x h : 4 895 /5 140 / 5 370 x 1 928 x 1 910 mm
– Longueur de chargement : 2 586 / 2 831 /3 061 mm
– A partir de : 39 360 € HT (119 cdi)

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...