Publié le 24 juin 2011 | par Rédaction

La voiture électrique commence donc à sortir de son nid. Après Peugeot, Citroën et Mitsubishi, Nissan commercialise, depuis mars 2011, la Leaf, modèle également 100 % électrique. Intéressant sur le papier, la Leaf l’est-elle en pratique et surtout pour les entreprises avec… ses contraintes ?

A réserver aux pionniers

La voilà enfin cette Leaf. Premier constat, Nissan propose un véhicule disposant d’un gabarit de familiale compacte contrairement aux petites citadines Peugeot Ion et Citroën C-Zero. Un bon point pour vos collaborateurs qui ont l’obligation de transporter leurs marchandises (certes non volumineuses) ou d’emmener des clients. Pour preuve ses mensurations, avec 4m45 de long, 1m77 de large et 1m55de hauteur, la japonaise se positionne au niveau des VW Golf (4,21 m), Peugeot 308 (4,28 m) ou encore Citroën C4 (4,33 m).

Niisan_leaf_lateral.jpg

Première impression

Habitués au moteur thermique, le démarrage de la Leaf vous fait immédiatement comprendre que vous entrez dans un autre monde. En effet pas un sursaut, pas un bruit ne donne l’impression d’avoir allumer le moteur. Seul le tableau de bord qui s’illumine façon « sapin de Noël » donne l’information. Dès les premiers mètres, le silence surprend évidemment autant à l’intérieur que pour l’environnement extérieur. D’ailleurs, Nissan a du rajouter, jusqu’à 30 km/h, un bruit très léger grâce à un petit haut-parleur placé sous le capot… mais inaudible au sein de l’habitacle. Mais revenons à la conduite. Car tous les constructeurs annoncent une accélération impressionnante grâce au couple disponible à bas régime. En réalité, il ne se passe pas grand chose et vous vous apercevez que vous conduisez une voiture tout à fait normale hormis le bruit… et l’autonomie. Car même si les progrès sont réels, la Leaf, avec ses 160 kilomètres, est loin de convenir à un commercial.

Niisan_leaf_compteur.jpg

Nissan précise que cette distance peut être portée à 220 kilomètres si vous enclenchez le mode « éco » et coupez la climatisation. Une précision étonnante mais qui se révèle pertinente tant l’indicateur d’énergie c’est-à-dire la jauge sur un véhicule électrique, diminue vite si vous enfoncez la pédale d’accélérateur. Heureusement, la Leaf n’incite pas à jouer les pilotes. Suspensions, agrément moteur, comportement routier, boîte automatique, pneus « verts » encourage à une conduite souple et tranquille. Un caractère plus prononcé à l’image de son design aurait été bienvenu.

Comment ça marche ?

Sans rentrer dans les exposés d’ingénieurs auxquels j’ai assisté, sachez que la Leaf dispose, sous son plancher, un pack de batterie lithium-ion composé de 192 cellules. Ce dernier alimente un moteur électrique synchrone d’une puissance de 80 kW, soit 109 chevaux, et 280 Nm de couple disponibles dès le premier tr/min. Avec ses données, le constructeur nippon annonce un 0 à 100 km/h abattu en 11,9 secondes et une vitesse maxi de 144 km/h. Concernant la recharge des batteries, elle s’effectue soit en mode normal sur une prise 220V domestique durant 7 à 8 heures si les accus sont à plat, soit en mode rapide, via des bornes dédiées dans les parkings souterrains par exemple…

Niisan_leaf_batterie.jpg

comme à Monaco. Nissan assure avec ce système 80 % de charge en seulement 30 minutes. Le bilan sur cette Nissan Leaf est donc plutôt flatteur. Mais attention cet avis est largement conditionné par vos besoins. Autant le dire de suite, la Leaf et surtout la voiture électrique possèdent trop de limites pour percer réellement dans le monde professionnel. Toutefois, si vos déplacements se limitent au centre-ville ou domicile-travail, l’offre de Leaf est à étudier. A condition d’accepter de faire un chèque de 35 990 euros (déduire les 5000 euros de bonus) et d’admettre que dans 5 ans vos batteries ne disposeront plus que 80% de leur autonomie et 70% dans 10 ans. Sûrement la rançon des pionniers…

ESSAIS : BENOÎT LE FLOC’H

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...