Publié le 29 août 2007 | par Rédaction

Pour renouer avec l’univers du luxe, Lancia associe son image à celle de S.T. Dupont, dans une édition spéciale de son grand monospace Phedra.

A l’époque où les café-tabac étaient plus nombreux que les pharmacies, le briquet Dupont était souvent l’incontournable cadeau qui marquait le passage à l’âge adulte et l’arrivée dans le monde solvable. L’âge où l’on avait enfin cessé de fumer en cachette pour pouvoir fièrement et ostensiblement faire claquer le couvercle de son joli briquet garanti à vie, tout en s’assurant discrètement, au travers d’une volute de fumée, que la cantonade avait bien identifié l’impertinence du célèbre clac ! Aujourd’hui, le fumeur est devenu paria, l’adolescent exhibe… son téléphone ou la marque de son caleçon ! Les références se perdent, en même temps que la calvitie nous gagne ! Nostalgie et permanence du luxe Heureusement, entre temps, l’orfèvre a déménagé vers les boutiques de luxe, il est devenu aussi maroquinier et à côté de ses briquets, stylos et coffrets à cigares, a ajouté mallettes et attachés-cases, articles de prêt-à-porter, bijoux, lunettes, parfums, et même des clés USB en palladium (réinterprétant le motif typique de la pointe de diamant qui perpétue inlassablement la tradition de S.T. Dupont). En s’associant à cette image, faite tout à la fois de nostalgie et de permanence, de savoir-faire et d’esthétique, Lancia ravive habilement chez un client de monospace qui n’est plus adolescent depuis longtemps, la mémoire d’une noblesse acquise jadis avec maestria dans les concours d’élégance, avant que les automobiles ne soient un assemblage de plates-formes et de mécaniques standardisées. Le grand monospace de Lancia construit chez SevelNord (filiale commune à Fiat et PSA) n’échappe pas à cette standardisation technologique, mais dissimule habilement ses origines communes, derrière un capot nervuré et une imposante calandre surmontant un bouclier avant élégamment souligné de chromes. Ainsi richement paré, le Phedra parvient à différencier sa silhouette du Fiat Ulysse ou des Citroën C8 et Peugeot 807 dont il partage le squelette et toute la tripaille, de la coque aux motorisations. Résultat d’un co-développement et d’une co-production, le Phedra en tire l’avantage d’une conception techniquement éprouvée et fiable, mais il se devait de faire valoir son originalité pour s’extraire d’une rivalité tarifaire difficile, surtout de ce côté des Alpes où la notoriété de Lancia a longtemps manqué de budget d’entretien. Full options et alcantara bi-colore Cette “édition exclusive S.T. Dupont” joue donc le retour à l’univers du luxe en s’appuyant sur un équipement de série qui intègre absolument tout ce qu’il est d’ordinaire possible d’acquérir en option, voire davantage. Dans le détail : portes latérales coulissantes électriques, barres de toit transversales, navigation GPS avec écran couleurs et système téléphone GSM, climatisation multizones, projecteurs au xénon, antibrouillards, autoradio 8HP et chargeur CD, triple toit-ouvrant électrique, sièges avant électriques et chauffants à mémoire côté conducteur, radar de recul, régulateur de vitesse, jantes alliage de 16’’, configuration sept places, pack DVD avec lecteur dans le tableau de bord et écrans intégrés dans les appuis-tête des sièges avant, vitres teintées athermiques… Ce Phedra S.T. Dupont reçoit aussi une sellerie alcantara, matière délicate qui, depuis la Thema Ferrari, a toujours habillé les versions chics de Lancia, mais traitée ici dans une harmonie bicolore, chocolat-marron glacé, selon une recette qui avait déjà su rendre la petite Ypsilon délicieuse. Élégant dans la présentation, luxueux dans l’équipement, mais partageur dans ses technologies, le Phedra S.T. Dupont marque plus difficilement son exclusivité dans le comportement routier. Aussi loin que l’on puise dans sa mémoire et dans le souvenir des Lancia d’anthologie qui grimpaient en conquérantes les pentes du Turini… Le frisson n’est pas au rendez-vous. D’autant moins que la très généreuse dotation d’équipements du Phedra Dupont se traduit par un poids à vide de plus de 1850 kg… et qu’il est configuré, de série, en sept places réellement utilisables. Il faut donc bien intégrer qu’il s’agit d’un monospace et que pour profiter pleinement d’un aménagement qui invite somptueusement et très confortablement au grand tourisme, le Phedra plutôt que partir au taquet dans les lacets de montagne, préférera, idéalement, dérouler l’autoroute au régulateur. Tant il est vrai d’ailleurs que par les temps qui courent, il n’y a guère d’autre manière de conduire qui vaille ! 2.0 Multijet et… un giga de mémoire ! Si on ne lui impose pas la charge maximale, le diesel 2.0 HDi de 136 ch, rebaptisé ici Multijet, assure d’honnêtes accélérations (11,4’’ de 0 à 100 km/h) en s’appuyant sur un couple de 32,6 mkg, rendu très disponible grâce à une boîte manuelle à six rapports bien étagés. Le châssis suit aisément les performances et si la suspension ne filtre pas toujours parfaitement les imperfections du revêtement, elle privilégie efficacement le contrôle du roulis. Le cas échéant, si par erreur de casting, on songeait à malmener ce Phedra, l’ESP et l’anti-patinage sauraient lui conserver une confortable marge de sécurité. En novembre prochain, l’offre de motorisations va inclure le nouveau 2.2 de 175 ch. Ce moteur, d’une remarquable souplesse grâce à son bi-turbo, devrait redonner au Phedra une vivacité plus en harmonie avec ses ambitions haut de gamme, sans pour autant montrer l’excès d’appétit qui avait conduit à l’abandon du V6. Actuellement, avec le récent 2.0 Multijet 136 équipé d’un filtre à particules (seule motorisation disponible en édition S.T. Dupont) le CO2 atteint 188 g, mais c’est surtout la consommation urbaine, sensible au poids, qui plombe un peu la moyenne. Sur route, en croisière tranquille, le Phedra parvient à se satisfaire couramment de moins de huit litres de gazole, ce qui s’avère raisonnable pour un véhicule de ce gabarit (consommations conventionnelles ; urbaine 9,0 ; extra-urbaine 6,0 ; mixte 7,1). Le prix tarif de cette édition spéciale S.T. Dupont est en principe de 42.000 euros plus peinture métallisée, mais les commandes actuelles livrées avant le 30 septembre bénéficient d’une promotion à 40.000 euros toutes taxes et tout compris, avec pour seule option : la clé USB S.T. Dupont, en palladium, pour 1 euro de plus. Un giga pour contenir toute la mémoire de Lancia…? Jean Pierre durand MOTORISATION 2.0 Multijet PERF. MOTEUR 136 ch-32,6 mkg CONSO. Moyenne essai 8,9 TVS (en euros) 2 820 PRIX TTC (en euros) 42.000 euros

Documents joints

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...