Publié le 6 décembre 2017 | par Louis DAUBIN

Les centaines de millions d’euros investis par les constructeurs automobiles pour financer la recherche et l’amélioration, en permanence, de la qualité de leur production, nous ont amené, en quelques dizaines d’années, a une fiabilité générale de nos voitures assez stupéfiante pour qui aurait connu l’automobile des années « 50/60 ». A cette époque, réussir à passer les 100 000 kilomètres avec votre voiture vous valait le respect de vos voisins. Aujourd’hui, Choisir les voitures de l’entreprise et leur donner mission de travailler sans panne majeure pendant 200 000 kilomètres est chose raisonnable et faisable. Vos voitures sont fiables, garanties, et aussi belles qu’au premier jour après 3 ans de service intensif.

Mais voilà que l’inquiétude renait de ses cendres. Vous êtes sous le coup de l’angoisse quand vous regardez votre parc automobile.

On vous annonce que demain, dans un an ou deux, vous n’aurez plus l’autorisation de les utiliser en ville pour cause de motorisation diesel inadaptée. Puis, que les modèles «essence», que l’on vous a poussé à choisir depuis quelques mois, seront à leur tour interdit de circuler dans 3/ 4 ans.

Enfin que la voiture électrique ferait l’objet d’un début de suspicion de pollution «cachée» par les gardes verts écologistes.

grand_bond_en_avant_texte.jpg

En clair, il vous faudrait changer de voitures au rythme des oukases politiques sur les énergies utilisées pour mouvoir votre parc automobile. Les kilomètres « autorisés » fondent comme neige au soleil. Le renouvellement de votre parc ne se ferait plus à l’usure du matériel mais plus à l’usure de votre liberté de choisir.
Bien sûr, acheter une voiture ne sera plus possible, puisque l’on se sera assure’, en changeant les règles, qu’elle sera invendable. 3 ans plus tard, elle sera interdite à la circulation.

Vous devrez donc la louer. Tout cela fera exploser votre budget automobile. C’est voulu. Le but étant de vous ré éduquer à l’utilisation de nouveaux modes de déplacement. Pour vous en faire une idée, vous pouvez visionner sur » You tube », le merveilleux paradis sans voitures inutiles que constituait la chine il y a 50 ans : quelques millions de vélos pour le peuple, quelques milliers de camions de transports collectifs pour les fonctionnaires, et quelques centaines de voitures pour la nomenklatura. Bien sur, votre entreprise en mourra par asphyxie de son activité. Mais c’est pour votre bien. Cela s’appelle « le grand bond en avant ».

Louis Daubin

Yvan Segal : « Les automobilistes vont consommer l’automobile différemment" Pour Renault, la valeur ne passe plus forcément que par la production et la vente de véhicules mais également par les services et la gestion sur to…

Lire la suite
edito

Reuters a communiqué les chiffres d’investissements des constructeurs, en premier, des équipementiers et de la filière automobile dans le véhicule électrique, ce, jusqu’à l’aube  de 2030. Ce chiffre donne le …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...