Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Essais > Mazda 3 : différente et séduisante

Mazda 3 : différente et séduisante

jeudi 23 janvier 2014, par Bertrand GAY

La nouvelle génération de Mazda 3 apporte une touche d’originalité dans le segment C. Elle reprend les éléments techniques et le style de ses grandes sœurs Mazda 6 et Mazda CX-5. Bien équipée et puissante avec les 150 ch du seul diesel disponible, la Mazda 3 joue sa propre partition.


Avec sa nouvelle Mazda 3, la marque japonaise poursuit le renouvellement de sa gamme avec une berline cinq portes de segment C utilisant les briques technologiques SkyActiv touchant à la conception de la carrosserie, aux trains roulants et aux motorisations. Pas étonnant donc que la Mazda 3 et les sensations qu’elle délivre semblent familiers.

Cette première impression favorable positionne déjà la Mazda 3 comme une voiture différente dans l’univers gris et uniforme de la berline du segment C. Dès le premier abord, le style de la Mazda 3 attire l’œil. Le Kodo design, type de la marque nipponne se décline sans heurts dans une longueur de 4,46 m, l’une des plus imposantes du segment, derrière la Skoda Octavia.

Ce style fait de lignes souples et d’une large calandre en forme d’aile tombant assez verticalement en bout de capot. L’ensemble plaisant habille l’une des voitures les plus habitables du segment, grâce à un empattement généreux de 2,7 m, avec une largeur aux épaules à l’avant de 1,45 m et une longueur aux jambes des passagers arrières de 91 cm.

Outre son design et ses dimensions imposantes, la singularité de la Mazda 3 s’appuie sur une conception légère de la plateforme et de la carrosserie utilisant des aciers à haute limite élastique. Mazda a tout particulièrement allégè 300 composants de la structure tout en veillant à ce que celle-ci soit 30 % plus rigide que celle de sa devancière. Résultat, la Mazda 3 est environ 80 kg plus légère que celle qu’elle remplace et elle soigne son aérodynamique avec un Cx de 0,275. Cet excellent chiffre provient d’un soin apporté aux formes mais également à des astuces additionnelles telles les volets pilotés dans la calandre ainsi que des déflecteurs placés sous la caisse en avant des pneumatiques.

Un Seul Diesel : 150ch

Côté motorisations, conçues également suivant les principes Skyactiv, le seul diesel disponible est un quatre cylindres de 2,2 litres développant une puissance de 150 ch et un couple de 380 Nm. Un moteur très agréable, à la fois souple et puissant acceptant de fonctionner à bas régimes sans s’essouffler au-dessus de 3.500 tr/mn. Une véritable réussite, d’autant plus que grâce à un principe de combustion particulièrement innovant et spécifique à Mazda, ce moteur est d’ores et déjà conforme à la norme antipollution Euro 6.

Ce moteur assure à la Mazda 3 2.2 diesel des émissions de CO2 de 107 g/km soit 4,1 l/100 km sur le cycle NEDC avec la boîte à six vitesses et le système Stop & Start. A noter, pour l’anecdote, que la Mazda 3 est également disponible avec deux moteurs essence de 2 litres, forts plaisants, de 120 ch et 165 ch. Malgré leur agrément et leur consommation assez faible, ils sont peu adaptés au monde de l’entreprise.

Dès les premiers kilomètres, la légèreté, 1.320 kg pour la version Elégance avec le diesel 2.2, de la Mazda 3 est immédiatement perceptible. L’ensemble est vif, alerte, avec des relances immédiates dès les plus bas régimes. Sur une plage de vitesses plus importante, le recours à la boîte de vitesses se révèle également fort agréable grâce à ses débattements courts et ses verrouillages bien nets.

En virage, la Mazda 3 se cale bien naturellement sur sa trajectoire sur une simple impulsion au volant. C’est net et franc sans avoir le tranchant d’une Peugeot 308. La tenue de route est sécurisante et les moyennes sur routes sinueuses peuvent être très élevées. L’empattement de 2,7 m apporte suffisamment de stabilité et de tranquillité d’esprit dans ces enchaînements de virage. Une conduite au style flamboyant nous a emmené vers les 7 l/100 kms.

Et ce dynamisme de roulage n’est pas obtenu au détriment du confort, notamment sur la version Elégance avec ses roues de 16 pouces. Les sièges contribuent également à ce bien-être en proposant un bon maintien et un confort d’assise suffisant. L’ambiance intérieure et la planche de bord inspirent confiance en matière de présentation et de qualité d’assemblage. Les informations de l’instrumentation, au graphisme simple et lisible se perçoivent aisément. L’ensemble de la planche de bord est plutôt simple et efficace.

Un Excellent Rapport Prix/Equipement

C’est la finition Elégance qui constitue la meilleure affaire pour l’utilisateur professionnel. A 27.200 euros, il y trouvera l’essentiel, voire plus ; ESP, système de surveillance de la pression des pneumatiques, airbags frontaux, rideaux et latéraux, phares antibrouillards, lecteur CD et MP3 et Bluetooth, système de navigation avec écran couleur tactile, climatisation automatique bi-zone, régulateur de vitesse, aide au stationnement arrière, aide au démarrage en côte, rétroviseurs extérieurs réglables électriquement et sièges avant chauffants.

Finalement, si l’on rapporte cet équipement et le moteur 150 ch, le prix de 27.200 euros passe beaucoup mieux et se compare même favorablement aux offres comparables des concurrents. Et pour les 1.800 euros de plus demandés pour la version Dynamique, les gourmands trouveront les phares au Xénon, des jantes alliage de 18 pouces, des inserts aluminium sur la planche de bord, un système audio Bose à neuf haut-parleurs et un affichage tête haute.

Par ailleurs, notons qu’une boîte automatique à six vitesses est disponible pour un surcoût de 2.000 euros avec une pénalité CO2 de 20 g/km, soit 127 g/km. Un surcoût qui sera difficile à faire passer en entreprise.

Par ailleurs, l’on notera l’aisance d’utilisation du système d’info-divertissement que l’on commande de plusieurs manières : avec sa molette chromée située sur la console centrale, par les menus affichés sur l’écran tactile ou par commande vocale. L’utilisateur professionnel sera heureux de pouvoir lire les sms, mms et emails reçus sur son smartphone connecté au véhicule.

De plus, sur les finitions supérieures, l’affichage tête haute permet au conducteur de disposer directement dans son champ de vision des trois données de conduite les plus importantes en temps réel.
Côté sécurité, tant active que passive, la Mazda 3 propose le meilleur. Qu’il s’agisse de la déformation programmée des blocs avant et arrière de la carrosserie, des six airbags ou des équipements de haute technologie proposés. La combinaison de capteurs multiples et du radar permet de réaliser un grand nombre de fonctions de sécurité telles l’avertissement de changement de file et le régulateur de vitesse et de distance actif avec action sur les freins.

Cette Mazda 3, bien séduisante, n’est pas une voiture à laquelle l’on pense de prime abord dans la catégorie et c’est bien dommage. Elle constitue une alternative originale aux autre berlines cinq portes du segment C, qu’elles soient issues des marques généralistes ou spécialistes. Et les 27.200 euros demandés pour la version Elégance et son vigoureux moteur diesel de 150 ch constituent une proposition bien intéressante !

Bertrand GAY

En Chiffres...

Mazda 3 2.2 D Elégance

- CO2 : 107 g/km
- TVS : 428 euros/an
- Puissance : 150 ch à 4.500 tr/mn
- Vitesse : 210 km/h
- Prix : 27.200 euros

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80