Publié le 14 janvier 2011 | par Rédaction

Le Vito vient de bénéficier d’une remise au goût du jour. Si, extérieurement, les changements esthétiques sont légers, les changements techniques sont plus importants notamment au niveau des suspensions et des motorisations.

Mercedes vient de lancer son nouveau Vito. Il reste esthétiquement proche de l’ancien modèle étant donné que les modifications portent principalement sur des retouches de la face avant avec de nouveaux phares et de nouveaux boucliers ainsi que sur quelques éléments intérieurs.

vito_en_trois_quart_avant.jpg

En revanche, les changements sont beaucoup plus important du point de vue technique. Ainsi, de nouvelles suspensions permettant de générer un meilleur confort sans remettre en cause la tenue de route et la faible prise de roulis de la caisse ont été élaborées. Surtout, sous le capot prennent désormais place une nouvelle gamme de moteurs CDi (repris du Sprinter) et répondant à la norme Euro 5.

Il s’agit du 4 cylindre 2.2 l décliné en trois niveaux de puissance : 95, 136 et 163 ch. Cette gamme offre en outre des consommations inférieures malgré l’augmentation des puissances. Enfin, en haut de gamme, le V6 3.0 l développe désormais pas moins de 224 ch et un couple énorme de 44 mkg dès 1 400 tours/minute.

Ces nouveaux moteurs sont accouplés à de nouvelles boîtes de vitesses (manuelle ou automatique) toutes à 6 rapports qui permettent d’afficher une moindre consommation mais aussi des émissions polluantes inférieures. En option, ces mécaniques peuvent recevoir le « pack » Blue Efficiency (avec notamment le système stop and start) permettant d’abaisser encore les valeurs d’émissions de CO2 et les consommations. Tous les moteurs diesel disposent d’un catalyseur d’oxydation, d’un filtre à particules et d’un système de recyclage des gaz d’échappement refroidi (EGR).

Un véritable pullman

Le nouveau Vito se caractérise avant tout par son confort. Le précédent modèle bénéficiait déjà de belles qualités de ce point de vue. Les nouvelles suspensions apportent un confort encore plus important sans remettre en cause les qualités routières du Vito. A noter que l’insonorisation a été également améliorée, ce qui permet aux passagers d’apprécier encore plus le fourgon compact Mercedes.

Vito_poste_conduite.jpg

A l’intérieur, les changements sont très légers, et finalement, l’ensemble s’avère bien fini même si l’emplacement de certaines commandes est toujours aussi original. En option, le conducteur du Vito peut désormais bénéficier d’un volant multifonctions à quatre branches avec nouvelles touches de commande et des inserts chromés mats. Un nouvel autoradio et des tissus de garniture inédits viennent compléter la nouvelle gamme Vito. La seule vraie révolution de cette nouvelle gamme est en fait constituée de l’originale version électrique e-cell.

Vito e-cell : un Vito sous haute tension

Le Vito e-cell est un Vito à part puisqu’il est équipé d’une propulsion 100 % électrique. Il est élaboré uniquement sur la base d’un Vito empattement long, non surélevé. Cela s’explique par la nécessité, pour le constructeur, de mettre au point un châssis dédié spécifique permettant d’accueillir le pack de batteries.

Autre originalité du Vito e-cell : il s’agit d’un fourgon traction avant et non pas propulsion comme sur tous les autres modèles de la gamme. Le Vito e-cell est équipé d’un moteur électrique synchrone à excitation permanente délivrant une puissance permanente de 60 kW pouvant atteindre momentanément 70 kW. Le couple maximal s’établit à 280 Nm. Les blocs de batteries lithium-ion (196 cellules) de 36 kWh affichant une tension de 360 Volts sont logés sous le plancher de chargement.

Vito_structure_e_cell.jpg

La transmission entre le moteur et les roues avant via une boîte de vitesse spécifique à ce modèle. Si la vitesse maximale est limitée à 80 km/h et son autonomie ne dépasse pas 130 km, la charge utile a été préservée puisqu’elle affiche tout de même 900 kg grâce au PTAC de 3 050 kg. Une valeur intéressante et proche du minima de celle du Vito thermique (980 kg).

Afin d’augmenter leur autonomie, les batteries du Vito e-cell sont en plus rechargées par récupération pendant la marche, c’est-à-dire par la transformation de l’énergie de freinage en électricité. La récupération n’a pas lieu seulement lorsque la pédale de frein est activée, mais également en mode « décélération » et lorsque le conducteur relève le pied de l’accélérateur.

Malgré son poids à vide de plus de 2 tonnes, le Vito e-cell a un comportement dynamique plaisant. La grande force de la traction électrique est en effet de fournir une accélération linéaire ce qui fait que l’arrachement du Vito e-cell ne pose aucun souci et se révèle même convaincant. Idem en ce qui concerne la prise de vitesse.

Vito_arriere_e_cell.jpg

Si la vitesse de pointe pourra paraître limitée, elle est rapidement atteinte dans un confort et un silence souverains. Attention quand même à ne pas trop jouer avec l’accélérateur auquel cas la « jauge » de batterie risque de baisser rapidement. Le Vito e-cell n’est pas (encore) à vendre. Les cent premiers exemplaires seront livrés entre août et décembre 2010 en Allemagne dans le cadre d’un programme de tests en conditions réelles dans des centres urbains.

Les clients louent ces Vito e-cell en full-services avec intégration de l’après-vente et de l’entretien des batteries. Début 2011, des exemplaires supplémentaires seront mis à la route, notamment en Espagne. L’objectif affiché de Mercedes est d’atteindre 2 000 Vito e-cell en Europe d’ici 2012.

En conclusion

Le nouveau Vito évolue en douceur. Encore plus confortable que le précédent modèle, il dispose de mécaniques puissantes et peu gourmandes. Enfin, cerise sur le gâteau, le Vito s’est depuis plusieurs années acheté une conduite au niveau des prix de vente. De quoi en faire une alternative alléchante aux références françaises.

vito_en_lateral.jpg

Guillaume Geneste

Motorisations :
– 110 CDi : 2 143 cm3, 95 ch à 3 800 tours/minute, 25 mkg à 1 200 tours/minute, conso moyenne : 7,7 l/100 km, vitesse maxi : 156 km/h
– 113 CDi : 2 143 cm3, 136 ch à 3 800 tours/minute, 31 mkg à 1 400 tours/minute, conso moyenne : 7,4 l/100 km, vitesse maxi : 174 km/h
– 116 CDi : 2 143 cm3, 163 ch à 3 800 tours/minute, 36 mkg à 1 600 tours/minute, conso moyenne : 7,4 l/100 km, vitesse maxi : 188 km/h
– 122 CDi : V6 2 987 cm3, 224 ch à 3 800 tours/minute, 44 mkg à 1 400 tours/minute, conso moyenne : 8,6 l/100 km, vitesse maxi : 201 km/h

Equipements :
En série : ABS avec aide au freinage d’urgence, ESP, antipatinage, airbag conducteur, condamnation centralisée, vitres électriques, vitres teintées, volant réglable en hauteur, direction assistée, siège réglable en hauteur, cloison de séparation, régulateur/limiteur de vitesse…

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...