Publié le 19 juillet 2012 | par Rédaction

Beau succès commercial, la compacte intermédiaire d’Audi apparaît aujourd’hui sous une nouvelle livrée… seize ans après sa première mouture. Plus performante et séduisante que jamais, elle continue, après l’A1, de faire monter la moyenne qualitative sur son segment.

La nouvelle Audi A3 est en passe de boucler le renouvellement esthétique de la marque. Pas tellement différente du modèle précédent dans ses dimensions et sa forme générale, elle s’en démarque toutefois par un coup de crayon à la fois plus fluide et nerveux, adoptant de nouvelles optiques sur ses faces avant et arrière, ainsi qu’un capot plongeant et abaissé, du meilleur effet. Signe extérieur partagé avec ses sœurs les plus récentes, la nouvelle calandre signe ce dernier opus, figure à la fois distinguée et racée de l’esthétique Audi.

Une qualité toujours en progrès

Le sentiment de qualité s’impose à vous dès l’instant où vous vous installez à bord de l’A3. Confort des sièges, qualité des plastiques et des revêtements, finition millimétrée, ergonomie intelligemment pensée, systèmes de réglage rationalisés : tout a été conçu pour rendre déplacements courts et longs trajets à la fois faciles et reposants.

Poste_conduite_A3_1.jpg

Par rapport à la précédente version, cette A3 – bien que partageant globalement les mêmes cotes – propose un peu plus d’espace dans son habitacle pour un coffre de 365 litres en configuration normale. En prime, elle parvient à peser environ 80 kg de moins que son aînée tout en embarquant plus d’équipements.

Une prouesse des ingénieurs d’Ingolstadt, le lieu de conception et de production, qui ont eu recours à l’aluminium tant pour certains éléments de carrosserie que pour une partie des moteurs. Par ailleurs, l’utilisation d’acier carboné haute résistance a également permis l’assemblage de tôles plus fines. C’est ainsi que l’A3 n’affiche sur la balance que 1175 kg, performance favorisant bien sûr les économies de carburant.

moteur_TFSI_essence_A3.jpg

Lancée avec le 2 litres TDI de 150 ch, la nouvelle A3 complètera son offre Diesel avec le 1,6 TDI de 105 ch (3,8 l et 99 gr de CO2) avant la fin de l’année. Une version plus satisfaisante au plan de la TVS et de la consommation moyenne, même si l’A3 gagne évidemment à être pilotée avec la motorisation supérieure, plus satisfaisante au plan des reprises (320 Nm) et de l’agrément de conduite : comme souvent, le fait d’avoir une réserve de puissance sous le pied droit procure un sentiment de sécurité synonyme de tranquillité d’esprit (on déboursera cependant 2000 € supplémentaire pour ces chevaux-là).

Agile et prompte à réagir aux sollicitations de son conducteur – seule réserve, l’assistance variable pourrait offrir un peu plus de résistance en conduite rapide –, l’A3 se trouve aussi à l’aise sur route que sur autoroute, en ville la nuit ou dans les embouteillages le jour, et cela que l’on opte pour la boîte manuelle à 6 rapports ou la version S-tronic à double embrayage.

levier_vitesses_Audi_A3.jpg

Cette polyvalence d’utilisation vaut surtout pour la constance du niveau de confort élevé que procure cette compacte équipée du système Start/Stop. Parfois, l’exemplarité se loge dans les détails, comme avec les nouveaux aérateurs aptes à délivrer un flux d’air concentré ou un tourbillonnement épars ; agréable, surtout avec une climatisation !

Équipements et budget

Conscient que les limites de la séduction se situent quelque part autour d’un budget toujours plus mesuré, Audi a tenté de formuler la commercialisation de la nouvelle A3 sur un tarif à peine plus élevé que celui de la version précédente… mais avec une mise à jour des équipements et systèmes embarqués. Au final, on s’attardera sur la finition Ambiente qui propose – en plus de quelques atours sympathiques – des antibrouillards, un radar de recul, une climatisation automatique bizone, le fameux système MMI (mollette digitale) et son écran escamotable, une connectique multimédia complète, un volant bien achalandé, mais aussi le régulateur de vitesse, le rétroviseur intérieur jour/nuit , le système de détection de pluie… entre autres.

Face_avant_audi_A3_double.jpg

Tout cela pour un prix de 27 550 € (moteur 1.6 TDI, 105 ch), soit 120 € de plus que le précédent modèle dans la même configuration, mais avec, en plus, un airbag genoux, le réglage en hauteur du siège passager et la suite multimédia. Bien entendu, Audi continuera de s’appuyer sur la moindre dépréciation de ce modèle sur 3 ans, comparativement à une BMW 118d Confort, une Golf 2.0 TDI 140 Carat ou une Mégane 1.9 CDI 130 Dynamique.

Même si l’on sait que dans ce domaine, chaque constructeur parvient à voir midi à sa porte, il n’en est pas moins exact de considérer qu’Audi et son A3 sont (et resteront) dans le peloton de tête des modèles qui décotent le moins après 75 000 km d’utilisation.
De plus, on ne saurait négliger la part statutaire que représente aujourd’hui le fait de se déplacer à bord d’une Audi ce qui, dans le contexte professionnel, doit être nécessairement pris en compte.

Axel Ekman

En Chiffres…
Audi A3 2.0 TDI Ambiente 3 Portes Quattro BVM6

Puissance : 150 ch
Moteur : 4 cylindres Diesel turbocompressé
Couple : 320 Nm
Vitesse maxi : ± 215 km/h

Consommation mixte : 4,1 l/100 km
Émissions CO2 : 106 g/km

Prix : 29 550 euros ttc


Un produit sûr :
En 2011, Audi a vendu 2635 A3 aux loueurs longue durée et 1422 unités en vente directe à entreprise. Un score qui place ce modèle en sixième position (2,5 % PdM) sur ce segment de marché. “Nous pensons que le nouveau modèle, par son surcroît d’équipements et sa stabilité tarifaire, va booster ces chiffres.

Nous le lançons en version 3 portes – ce qui intéressera d’abord les dirigeants de PME et les professions libérales – avant de proposer la version Sportback 5 portes à Paris, dès octobre. C’est un bon timing compte tenu du fait que beaucoup de grosses entreprises bouclent leur bilan et provisionnent leurs investissements en fin d’année.”, prévoit Alexandre Rouland, en charge des ventes Sociétés chez Audi France.

Face_avant_audi_A3.jpg

Avec un mode d’utilisation des systèmes d’information simplifié, un GPS plus réactif et plus d’équipements de sécurité active disponibles, la nouvelle A3 (allégée donc moins gourmande en carburant et moins émettrice de CO2) a des arguments solides. “Il y a aussi l’image du modèle dans et hors de l’entreprise : c’est une voiture premium bien finie mais certainement pas ostentatoire. Être séduisante et motivante sans verser dans le « bling-bling », c’est sans doute là un de ses principaux atouts”, conclut A. Rouland. Un point de vue dont on peut penser qu’il sera partagé par plus d’un décideur.

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...