Publié le 27 juin 2016 | par Rédaction

Premier bilan des tests menés sur 52 véhicules par la commission de contrôle des émissions polluantes (dite Commission Royal) : Les résultats sont parfois difficiles à interpréter.

Comme les 15 modèles Peugeot et Citroën du groupe PSA testés par la Commission Royal (voir ci-dessous), 37 autres voitures de 15 marques ont été contrôlées permettant de faire un premier bilan des résultats des tests de pollution effectués. Selon ce rapport d’étape, « aucun dispositif d’invalidation permettant de tromper les cycles d’homologation n’a été détecté ; en revanche, ces essais montrent des dépassements significatifs d’émissions de NOx notamment, en conditions réelles de circulation ». Cette Commission de contrôle note également que « les systèmes de dépollution utilisés par plusieurs constructeurs ne fonctionnent pas de façon optimale en permanence afin de préserver différents éléments de motorisation ».

Nox_E6.jpg

Ainsi, huit constructeurs français et étrangers pour lesquels des anomalies ont été détectées ont été auditionnés par la commission technique indépendante. Il s’agit de Renault, FCA – Fiat Chrysler, Mercedes, Volkswagen, PSA, Nissan, Opel et Ford. Pour les modèles de ces marques présentant des anomalies, leurs constructeurs devront « présenter rapidement des plans d’amélioration précisant le nombre de véhicules concernés, l’origine des anomalies constatées, les mesures envisagées pour que ces véhicules respectent les limites réglementaires ».

L’exemple de Renault cité plus haut avec son plan d’amélioration des performances de ses moteurs en va dans ce sens. Toutefois, comme l’indique le ministère de l’Ecologie, « pour les véhicules neufs, les autorités d’homologation devront décider si les mesures proposées sont suffisantes ou s’il convient, de suspendre la vente ». Quant aux nouveaux véhicules à homologuer, « le règlement européen RDE (Real Driving Emission) permettra dès 2017 de réaliser des tests en conditions réelles de circulation ». Signalons que ce futur règlement européen Real Driving Emission imposera aux constructeurs de respecter la norme en conditions réelles d’utilisation. Il prévoit une tolérance de dépassement d’un coefficient de 2,1 à partir de 2019 pour tous les véhicules neufs puis de 1,5 à partir de 2023 pour tous les véhicules neufs.

Les bons résultats de la technologie EGR + SCR

La première série de contrôles réalisés par cette commission montre qu’en dehors des deux modèles Volkswagen déjà incriminés, des investigations complémentaires sont nécessaires pour des modèles de Ford, Opel, Mercedes Benz, Renault/Dacia, Nissan, PSA, Fiat/Chrysler et Kia, soit pour des écarts sur les NOx soit pour des écarts sur le CO2. A cette occasion, la commission note les faiblesses de certains systèmes de dépollution qui, chez plusieurs constructeurs, ont des plages de fonctionnement trop restreintes. Autant dire que les rappels de véhicules chez les constructeurs devraient se multiplier dans les prochains mois et ce, d’autant plus que les pouvoirs public français indiquent la coopération établie dans ce domaine avec leurs confrères allemands et britanniques.

Nox_E6_2.jpg

Sur un plan technique, la commission de contrôle note qu’au plan des émissions de NOx, les véhicules équipés des technologies EGR + SCR présentent globalement plutôt de bons résultats au regard des tests, alors qu’une large majorité des véhicules Euro 6 équipés uniquement de la technologie EGR + NOx Trap présentent des anomalies, notamment en émissions de NOx sur piste. Ces écarts, jugés préoccupants lorsqu’ils dépassent cinq fois la norme, sont plus de dix fois supérieurs à la norme chez certains constructeurs.

Sur le test D1 qui représente le test d’homologation avec quelques variantes permettant de déceler une fraude, les modèles Euro 6 des Opel Mokka, Ford Kuga, Nissan Qashqai, Renault Captur et Mercedes S350 dépassent allègrement les limites de rejets d’oxyde d’azote (voir tableau).

Euro_6_test_utac-2.jpg

Le test D2 s’intéresse à la partie extra-urbaine du cycle d’essais. Il considère que le test est anormal dès lors que le rapport entre les valeurs obtenues pour la partie extra-urbaine de chacun des essais D1 et D2 dépasse 1,5. Ici, seuls le Renault Captur et la Mercedes S350 dépassent les limites autorisées en terme d’émissions de NOx.
Enfin, comme on l’a dit, le test D3 s’effectue sur piste et lorsque les émissions de NOx dépassent plus de 5 fois la norme, elles engendrent des investigations complémentaires comme on l’a vu lors des perquisitions de la DGCCRF menées chez Renault ou chez PSA.
Les résultats obtenus ici montrent que, sur les 23 véhicules Euro 6 testés, 10 émettent lors de l’essai sur piste 5 fois plus que la limite d’émissions (80 mg/km) et 3 dépassent cette même limite de plus de 10 fois. Il s’agit du Citroën C4 Picasso, de l’Opel Mokka, de l’Opel Zafira, la Peugeot 5008, du Nissan Qashqai, du Renault Captur (90 et 110 ch), du Renault Kadjar, du Renault Espace et du Ford S-Max.
Autant dire que de nombreux constructeurs vont devoir revoir leur copie avec parfois le risque d’adopter de nouveaux calibrages pouvant mettre en péril à la fois la robustesse quand ce n’est pas les performances de consommation de leurs motorisations.

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...