Publié le 7 décembre 2012 | par Rédaction

Depuis la mise à la retraite de la 607, c’est à la 508 que revient la charge de sommet de gamme, position qu’elle assure avec talent. Design, cotes, présentation générale : on n’a guère de critiques majeures à opposer à ce modèle qui voudrait aller chasser en terres germaniques.

Proposant en milieu et haut de gamme son 2,0L HDi de 163 ch, Peugeot a décidé de créer une rupture dans la formulation hybride habituelle en conservant ce bloc diesel et en lui adjoignant un moteur électrique d’appoint d’une puissance de 37 ch. L’ensemble est géré par une boîte automatique à 6 rapports… hélas privée d’une technologie de transfert de couple de type double embrayage, gage de rapidité et de fluidité.

Cette formulation originale avance le double avantage d’aligner un moteur thermique déjà sobre et performant (5,7 l et 149 g de CO2 en BVA) fonctionnant de surcroît avec un carburant moins taxé que l’essence 95. En ajoutant une unité électrique dispensant sa puissance aux roues arrière, Peugeot joue sur deux tableaux : faire démarrer la 508 en silence (elle peut ainsi rouler jusqu’à 60 km/h sur 3 km environ) et/ou utiliser cette puissance d’appoint pour améliorer sa performance en accélérations.

Peugeot_508_hybrid4_large.jpg

Notons au passage que cette répartition produit au final… une transmission intégrale certes très partielle, mais quand même ! Au volant, la répartition des rôles se gère bien en mode automatique et permet de rejoindre des valeurs de consommation tout à fait performantes. Toutefois, dès lors que l’on cherche à profiter des belles qualités du châssis et des trains roulants de la 508, le surpoids du dispositif et la gestion chaotique des rapports de boîte désignent le parcours urbain et péri-urbain comme terrain de prédilection de cette solution hybride.

Ce n’est peut-être pas là que la 508 réalise ses meilleures performances de consommation, mais c’est dans cette utilisation qu’elle offre le meilleur agrément. Et au final, elle consomme moins que sa cousine tournant au seul diesel.

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...