Publié le 9 décembre 2010 | par Louis DAUBIN

Edito_large.jpg

Il devient de plus en plus difficile de gérer son entreprise sur la foi de règles administratives et fiscales de plus en plus évolutives de moins en moins stables. Certes les besoins financiers de pour servir les charges de fonctionnement des prestations, devoirs régaliens et dettes de l’état Français évoluent aussi au gré des intérêts de nos emprunts.

Il n’est donc pas surprenant de voir les engagements fiscaux et promesses du pouvoir remis en cause au plan européens (le N1) et national. Il nous faut donc nous adapter et nous faisons tout pour vous y aider.

Le Grenelle de la fiscalité nous pend au nez et il n’aura pas pour vocation de nous enrichir. La dialectique a ses limites et les promesses rassasieront encore les plus fragiles intellectuellement. Pour l’automobile on nous laisse entendre depuis Bercy que les seuils de Co2 fixant la TVS pourraient évoluer pour 2011 et que le N1 n’est pas si mort puisque tout calcul fait il est en fait une excellente recette fiscale pour l’état.

La mise aux normes de la fiscalité Française et de la fiscalité Allemande devrait rapidement faire sauter le destructeur plafond d’amortissement Français à 9900 euros et a 18300 euros pour les achats automobiles qui constitue un des freins essentiel à la bonne marche des ventes automobiles aux sociétés.

Aujourd’hui ce qui est intéressant à observer c’est l’attitude des constructeurs et concessionnaires face aux entreprises qui ont passé commande de véhicules N1. Idem pour les loueurs longue durée face aux PME dans ce dossier. Du comportement des fournisseurs dépendra la confiance des clients. Foin de TCO, de VR ou de services premium. Il va falloir trouver une solution à tous ces cas entreprise que l’état abandonne en rase campagne et que ceux qui parlent de services auront l’intelligence d’aider en proposant des solutions de sortie au guêpier administratif tendu par les imprévoyants.

L’année 2011 commencera par une loi de finance bienvenue pour remettre tout cela d’aplomb en attendant que « Bercy » découvre qu’il s’est trompé à nouveau de quelques centaines de milliard d’euros dans ses calculs et que l’on nous demande donc au nom de la justice de la solidarité de l’écologie et des comptes sociaux de bien vouloir encore appauvrir un peu nos économies d’entreprise.

Louis Daubin

Reiner Hoeps  : « Nos électriques nous permettront de garder la clientèle des gros rouleurs » …

Lire la suite
edito

Il y a encore deux ans ,et depuis 50 ans, la Location longue durée avec les banques et les financières captives des constructeurs  nous tenaient un discours de métier : on avançait des arguments financiers factuels p…

Lire la suite
Les articles les plus lus

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...