Publié le 22 mars 2013 | par Rédaction

La quatrième génération de Clio est plus grande, plus habitable et propose un style plus séduisant que celui de sa devancière. Cette nouvelle Clio propose la consommation normalisée la plus basse de sa catégorie avec 3,2 l/100 km ce qui se traduit par 83 g/km de CO2, soit la TVS la plus basse du segment pour une berline diesel. Cela sera-t-il suffisant pour maintenir sa valeur au fil des années malgré un tarif un peu élevé.

La Clio 4 entend succéder à sa devancière en y ajoutant plus de séduction et en accroissant l’économie d’utilisation. Cela, c’est le volet « client », côté Renault, il s’agissait d’abaisser les coûts de fabrication pour que l’ensemble du programme soit rentable. Evidemment, il s’agit que ce dernier objectif ne vienne pas altérer la belle qualité perçue qui a fait la réputation de la Clio 3.

Renault Clio 4 coffre

Renault Clio 4 coffre

Arborant le nouveau design de la marque, l’élégante musculature de cette quatrième génération de Clio tranche avec style plus classique de sa devancière. L’accroissement de son gabarit (+35 mm de long et +24 mm de large que sa devancière) lui assure des prestations proches de la catégorie supérieure puisqu’elle toise ses rivales directes de plus de 10 cm (la 208 ne mesure « que » 3,94 m de long). De plus, son volume de coffre passe de 288 à 300 litres.

L’éternelle querelle des citadines tricolores ne fait donc que commencer, avec un sentiment de renouveau et une tactique bien distincte entre les marques de Sochaux et de Billancourt. Une localisation française désormais symbolique pour la Clio 4 produite jusqu’à 70 % en Turquie (sur le site de Bursa, break Estate compris). Mais les standards de fabrication rigoureusement identiques à l’usine de Flins rendent la détection de sa provenance impossible. Cette production turque permet à Renault d’abaisser ses objectifs de baisse des coûts de revient sans trop pénaliser le client.

Priorité à l’environnement

La Clio ne propose pas de réels bouleversements dans la catégorie. Mais elle mise sur un bel équilibre de prestations pour se placer parmi les meilleures offres du segment. Cela commence par la meilleure consommation normalisée du segment avec 3,2 l/100 km, un chiffre qui ne rime pas à grand-chose en utilisation réelle mais qui permet de dresser une hiérarchie : la Ford Fiesta Econetic est à 3,3 l/100 km tandis que la Polo TDI BlueMotion est à 3,4 l/100 km en compagnie de la Peugeot 208 1.4 e-HDI. La Clio est donc la meilleure du lot mais en terme de TVS annuelle, la différente est ténue entre ces quatre modèles, 12 euros au maximum.

C’est donc la Clio qui propose la consommation la plus basse, en tout cas sur le papier. Sa botte secrète ? Des rapports de boîte légèrement rallongés et un mode « ECO » permettant d’abaisser la sensibilité de l’accélérateur, de passer sur une cartographie spécifique et de réduire la sollicitation de la climatisation.

Renault clio 4 Avant

Renault clio 4 Avant

Dans ces conditions, la Clio paraît amputée d’une belle poignée de chevaux-vapeurs. Mais grâce à une courbe de couple bien répartie, il en reste suffisamment sous le pied dans le cadre d’une conduite « normale ». Et si la nécessitée de détaler survient inopinément, enfoncer la pédale d’accélérateur à fond vous redonne instantanément l’exploitation des 90 ch. Ce mode n’incite donc qu’à une conduite « tranquille » et permet de moins se soucier de la légèreté de son pied droit. Lorsque ce mode est désactivé, la Clio parait nettement plus nerveuse du fait de sa sensibilité accrue et il devient plus difficile de niveler sa consommation vers le bas…

Sensations ouatées

S’il y a bien un point où la Clio ne progresse pas, c’est en termes de qualité de finition. Aurait-elle attrapé le syndrome « low cost » de Dacia ? La sensation de légèreté des plastiques est flagrante au niveau des garnitures de portes et des parties basses de l’habitacle. Les zones noir laquées peinent à rehausser le niveau. Certes, la présentation générale pimpante rend la vie à bord agréable. L’écran tactile 7 pouces de la console centrale, doté du GPS (de série dès la finition Dynamique) et du Bluetooth, séduit par son côté intuitif. Autre grief, l’épaisseur des montants pénalise la visibilité de ¾ arrière en manœuvre.

Pour autant, cette nouvelle Clio ne faillit pas à sa réputation en matière de confort. Elle rehausse même le niveau d’un cran pour dominer la catégorie grâce à une excellente filtration de sa suspension aussi moelleuse qu’amortie. Ses sièges bien dessinés épousant correctement la courbure du dos ne précipitent pas les effets de la fatigue. L’isolation des bruits de roulements est tout aussi bonne, même à haute vitesse. Son seul bémol, les bruits aérodynamiques qui commencent à s’imposer au-delà de 120 km/h.

Ne rechignant pas à avaler les kilomètres, la Clio se révèle suffisamment performante pour faire face à toutes les situations. Son régime sec, de 50kg à 100 kg selon les versions, peaufine le dynamisme général. Le comportement neutre et rassurant, typique de la Clio, aurait toutefois pu être un peu plus incisif. De même, si sa direction à assistance électrique s’avère globalement réussie (surtout en ville), sa légèreté un brin excessive à haute vitesse assagie la communication avec le train avant. Bien sûr, nous ne sommes pas en présence d’une R.S. mais la 208 distille un meilleur feeling.

Le verdict par la sobriété

Et si le nerf de la guerre en matière de décision d’achat, c’était la consommation ? Nous l’avons vu, la Clio ne craint personne sur le papier. Mais qu’en est-il réellement au quotidien ? Pour en avoir le cœur net, nous avons relevé sa consommation réelle au travers différents types de parcours et de conduite, afin d’établir une vérité comparative sur son appétit. A la première prise en main, l’ordinateur de bord affichait 5,7 l/100 km. Une moyenne que nous jugions un peu élevée, mais plutôt logique au regard d’une utilisation « mixte urbaine ».

Remise à zéro, nous commençons avec des conditions parisiennes embouteillées très défavorables : sur 25 km parcourus uniquement dans la capitale, nous n’avons pu descendre en dessous de 8 l/100 km. Direction maintenant l’autoroute, domaine où l’ordinateur de bord fait le grand écart. Une différence de 10 km/h suffit en effet à faire varier la moyenne d’un litre… Si l’on peut tabler sur 5 l/100 km à 130 km/h stabilisé (130 km/h compteur revient à 124 km/h au GPS), nous retiendrons de façon plus réaliste une valeur comprise entre 6 et 6,5 l/100 km avec le pied un peu plus lourd…

Renault clio 4 tableau de Bord

Renault clio 4 tableau de Bord

A l’inverse, les routes départementales appréhendées entre 90 et 110 km/h se rapprocherons des valeurs théoriques avec 3,5 à 4 l/100 km.
Vous l’aurez compris, même si tout se passe entre le siège et le volant, cette Clio confirme des moyennes très basses. A ce petit jeu, elle demeure bel et bien le nouveau maître-étalon de la sobriété. Au terme de nos 1 500 km parcourus au total, notre moyenne générale oscillera autour de 5,5 l/100 km.

En avançant un prix frôlant les 20 000 € avec les Pack Look et Techno (carte main libre, antibrouillards, lève-vitres avant à impulsion), le pré-équipement services connectés Bluetooth et le volant cuir, notre modèle d’essai pourtant en milieu de gamme n’est pas bon marché. Mais à l’image d’un investissement sur sa sobriété, la citadine au losange vise juste en assurant polyvalence et homogénéité. Et sa valeur résiduelle en hausse rassure également les entreprises.

Adrien Cortesi


En chiffres…

Renault Clio 1.5 dCi Expression « 83 g »

– Moteur : 4 cylindres Diesel
– Cylindrée : 1 461 cm3
– Puissance : 90 ch à 4 000 tr/mn
– Couple : 220 Nm à partir de 1 750 tr/mn
– Vitesse maxi : 180 km/h
– Accélérations : 0 à 100 km/h en 12,1 s.
– Consommation mixte : 3,2 l/100 km
– Emissions de CO2 : 83 g/km
– TVS : 166 euros (2013)
– Prix : à partir de 13 700 euros

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...