Publié le 10 septembre 2015 | par Rédaction

La Superb n’a jamais aussi bien porté son nom. Elle pourrait même devenir le nouveau best-seller pour les entreprises en quête d’une (très) grande routière au comportement routier devenu souverain. Un pavé dans la marre signé Skoda.

Cette troisième génération de Skoda Superb fait mieux que tenir toutes ses promesses, elle se surpasse. Plus moderne, agressive et équilibrée, la grande berline Skoda reprend à la fois certains traits typiquement « VAG » comme le modelage des feux et les arêtes saillantes, tout en gardant un zeste d’élégance et de sobriété.

Skoda_volant_compteur_14.jpg

Issue d’une conception de plate-forme modulaire « MQB » (motorisations en position transversale), la nouvelle Superb offre une rigidité torsionnelle accrue et un gain poids allant jusqu’à 75 kg selon les versions par rapport à l’ancien modèle. L’empattement et la longueur sont rallongés respectivement de 80 mm et de 28 mm (soit 4,86 mètres de long), au bénéfice d’une silhouette plus harmonieuse et d’une habitabilité toujours record par rapport à ses rivales du segment D avec 625 litres de coffre et jusqu’à 1 760 litres banquette rabattue.

A l’arrière, l’espace aux jambes est même comparable à celui d’une limousine. Les aspects pratiques, énoncés par le slogan « Simply Clever », font également partie des fondamentaux de la marque avec une lampe de poche amovible dans le coffre, deux rangements pour parapluie, des systèmes de maintien des bagages ou encore une ouverture mains-libres du hayon.

Skoda_poste_de_conduite_14.jpg

Un véritable haut de gamme

En prenant place derrière le volant, on apprécie l’accueil généreux des sièges, la planche de bord moussé impeccablement finie et l’ajustage des éléments au cordeau. Le niveau d’équipement « dernier cri » fait également partie des évolutions majeures avec la présence, en option, d’assistants d’angles morts, de franchissement de ligne et d’anticollision, d’un régulateur de vitesse, de feux de route adaptatifs, d’une aide au stationnement intelligent ou encore d’un amortissement piloté DCC.

Ce système, que l’on retrouve pourtant sur de nombreux modèles du groupe, arrive pour la première fois chez Skoda. Avec des lois propres à la philosophie de la marque, c’est à dire typées souples. Les trois lois d’amortissement, Confort, Normal ou Sport, sont ici parfaitement calibrées et offrent suffisamment de différences pour être appréciées. Même le mode Sport reste confortable avec une suspension raffermie juste ce qu’il faut pour limiter les débattements verticaux et le roulis.

Skoda_phares_14.jpg

A titre de comparaison, la Volkswagen Passat, certes dynamique en comportement, apparaît un cran en dessous en matière d’amortissement. À partir de 120 km/h, on perçoit toutefois quelques bruits aérodynamiques et de roulements sachant que nos modèles d’essai étaient équipés de roues optionnelles de 18 pouces (au lieu des 16 pouces en finition Business).

Économiquement cohérente

En Diesel, nous avons essayé la version 2.0 TDI de 150 ch à boîte manuelle 6 rapports. Si les performances se montrent déjà appréciables, on note toutefois un manque de disponibilité avant l’arrivée du couple maximal à 1 750 tr/min, ce qui impose souvent de jouer du levier de vitesses. Ce grief disparaît si vous optez pour la boîte automatique à double embrayage DSG à 6 ou 7 rapports. Revers de la médaille, cette transmission pénalise légèrement la Superb sur le plan dynamique, c’est-à-dire jusqu’à 12 g/km et 0,4 l/100 km de plus en cycle mixte annoncé en 2.0 TDI.

Skoda_laterale_14.jpg

Avec la boîte manuelle, la consommation moyenne est apparue très raisonnable avec 7 l/100 km à allure soutenue. La motorisation d’appel 1.6 TDI de 120 ch (10,9 s au 0 à 100 km/h, 4,0 l/100 km et 103 g/km de CO2) n’est pas un foudre de guerre mais peut se révéler suffisante au quotidien si l’on privilégie l’aspect économique, soit 1 400 € de moins que le 2.0 TDI de 150 ch.

Skoda_arriere_14.jpg

Adrien Cortesi

Boris Ilic, Responsable des Ventes Sociétés d’Audi France : “Accompagner et fidéliser pour progresser”. Challenger émérite sur le segment Premium, Audi apporte sa pierre à la reconstruction très écologique du paysage…

Lire la suite
edito

Le covid 19 depuis plus de 2 ans, la crise des composants et semi-conducteurs, le conflit Russo/Ukrainien, le déficit d’approvisionnement gazier, pétrolier, et électrique, l’envolée des couts de ces énergies et matière …

Lire la suite
Les articles les plus lus

Toyota C-HR Hybride Business : Un crossover hybride

Parce que le segment du crossover est désormais incontournable dans la compétition commerciale, To...

Renault Kangoo Maxi : Le Kangoo dopé aux anabolisants

Après le Kangoo « normal » et la version Compact dédiée aux professionnels des villes, Renault ...

Augmentation de salaire vs voiture de fonction ?

Si l'automobile n'a plus le même pouvoir de séduction, la voiture de fonction conserve ses droits ...

Législation : ZFE-m : 33 supplémentaires en 2024 ?

La loi “Climat et Résilience” prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (...

« Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct » (Elisabeth Badinter)

En une phrase simple, madame Badinter aura résumé ce qui doit nous guider dans nos métiers. Lire ...